Saga – Des intervenants nombreux et engagés

    vendredi 24 juillet 2015

    Chaque semaine, ce sont en moyenne 140 enfants qui sont accueillis dans le cadre de la Saga. En parallèle du rôle essentiel des familles d’accueil, chaque jour, plusieurs dizaines de personnes contribuent elles aussi, de près ou de loin, à offrir aux enfants des vacances synonymes d’évasion et de sérénité. Au premier plan, les douze moniteurs diplômés encadrent chacun un groupe de plus d’une dizaine d’enfants, du petit-déjeuner à l’heure du goûter, en passant par les consignes de sécurité et la préparation du matériel avant de s’adonner aux diverses activités nautiques à disposition. Dans leur rôle d’accompagnement, ils sont les spectateurs privilégiés de l’évolution des enfants, au fur et à mesure que les jours passent. « Les petits gagnent beaucoup en aisance sur l’eau. On leur apprend à vivre entre eux, à s’entraider, avec tout le côté social que la voile apporte, qui est finalement presque plus important que la pratique en elle-même », souligne Marie, monitrice à l’école de voile de Moorea. Les moniteurs peuvent par ailleurs compter sur le soutien de leurs aides-moniteurs, de jeunes bénévoles généralement amoureux de la voile et particulièrement motivés. Certains d’entre eux ont même été enfants de la Saga avant de se voir proposer cette mission, découvrant à leur tour les rudiments de l’encadrement.

     

    Au service du bien-être des enfants

     

    De retour sur terre, les enfants, que la navigation aura affamés, peuvent compter sur les encas mis à leur disposition au « fare goûter » grâce aux dons des partenaires de la Saga. « Pour le staff, les super cuisinières de la cuisine centrale de Vairao nous font un repas pour le midi et le soir, en plus de leur travail pendant l’année », précise Xavier Sachet, moniteur polyvalent, logé avec l’ensemble de ses collègues à la Maison Familiale Rurale des garçons de Vairao. Pour faire face aux aléas des activités en plein air, comme aux petits soucis du quotidien, l’infirmerie s’avère quant à elle être un lieu assez fréquenté. « Le matin, on refait souvent les pansements pour protéger les blessures qui risquent de s’aggraver avec l’eau de mer », explique Irène, infirmière bénévole depuis plusieurs années. « Les enfants viennent aussi pour se faire « chouchouter » dans le cadre d’une relation privilégiée à deux, où l’on soigne parfois des petits bobos qui sont plus d’ordre affectif ou psychologique », ajoute-t-elle. A l’allée, le matin, comme le soir, au retour, les convoyeurs, bien souvent des élus locaux, entretiennent eux aussi une relation particulière avec les enfants au cours des trajets effectués en bus de part à d’autre de la Presqu’île.

     

    L’émergence d’initiatives et de talents

     

    Si le concept au fondement de la Saga et à l’origine de son succès reste inchangé depuis 23 ans, l’équipe en charge de l’organisation en amont, comme de la logistique sur le terrain, contribue à le développer et à l’enrichir. C’est le cas d’Allison, en charge de la communication depuis l’édition précédente, en 2014. « A la base, je devais simplement faire quelques photos. Comme j’étais plus disponible, j’ai proposé de faire des vidéos, de créer et d’animer une page Facebook, tout en m’occupant du site internet, qui doit être refait », explique-t-elle, soucieuse de mettre en avant les enfants, ainsi que l’ensemble des personnes prenant part à l’aventure de la Saga. Quant aux moniteurs de voile, organisant régulièrement des régates sur le plan d’eau de Puunui, ils aimeraient bien amener certains enfants à prendre part à des compétitions officielles. « Cette année, on essaie de repérer une dizaine de jeunes talents, entre 12 et 15 ans, qui ont une passion pour la voile et qui ont acquis autonomie et confiance en eux, dans l’objectif de les intégrer à l’école de voile », résume Benjamin Prioux, responsable technique à la Saga et entraineur à l’école de voile d’Arue. Ce programme de détection, inédit dans le cadre de la Saga et soutenu par la Fédération Tahitienne de Voile, constitue une lueur d’espoir pour certains enfants. « Pour l’instant, on a détecté quatre jeunes, dont un qui est actuellement placé en foyer. Il a l’envie, la passion, et l’inquiétude de ne pas pouvoir revenir, donc l’école de voile va le prendre en charge, avec le soutien de la mairie d’Arue, on l’espère, et éventuellement d’un sponsor », ajoute Benjamin Prioux au sujet de ce projet qui lui tient particulièrement à cœur de concrétiser. Nul doute, les enfants sont entre de bonnes mains à la Saga.

     

    A.-C. B.

    Plus d’information dans notre édition du samedi 25 juillet ou au feuilletage numérique
     

    MOOREA56 2015-07-25 21:08:00
    Bravo à vous tous,vous mériteriez des énormes médailles et reconnaissances à l'infini. JP
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete