Habillage fond de site

La Saga, “plus que des vacances, c’est une expérience marquante”

jeudi 27 juin 2019

Henri Cornette de Saint-Cyr, alias Doudou, est l’organisateur de l’événement et le directeur de l’école de voile d’Arue. Photo : DR

Henri Cornette de Saint-Cyr, alias Doudou, est l’organisateur de l’événement et le directeur de l’école de voile d’Arue. (Photo : DR)


Cette année, Bora Bora n’a qu’à bien se tenir. L’île accueillera au mois de juillet plus de 700 enfants de la Saga. Ces derniers, issus de milieux sociaux modestes, viendront profiter d’une semaine de vacances ponctuée d’activités diverses et variées. Le fondateur, Henri Cornette de Saint-Cyr, autrement appelé Doudou, nous expose le projet, mais pas que.

La Saga, c’est quoi le principe ?

La Saga, c’est un lieu de rencontres, c’est un lieu d’échanges, c’est un lieu de partage. Chaque année, les enfants qui participent sont très enthousiastes et motivés. Ce sont des profils en difficulté, qui ne peuvent pas toujours bouger de chez eux. C’est là qu’on intervient pour leur permettre de découvrir autre chose. L’école de Voile d’Arue organise alors, chaque année, la Saga.

 

Les enfants vont-ils tous partir en même temps ?

Il y a au total 720 enfants. Donc, ça ferait trop. La Saga dure du 30 juin au 4 août. Cinq semaines au cours desquelles les enfants vont tourner, par groupes de 144. Donc, chaque semaine, un nouveau groupe arrive tandis que l’autre part, et ainsi de suite. Ils vont alors tous venir en avion et seront répartis par la suite en petits groupes, en fonction de l’âge.

 

Quels sont les profils des participants ?

Ce sont des enfants âgés de 8 à 18 ans qui ont été sélectionnés par les services sociaux. Le choix des bénéficiaires ne résulte donc pas de nos fonctions.

Sur les enfants, 395 viennent de Bora Bora, une centaine des autres îles comme les Marquises, une vingtaine de Moorea et les autres viennent de Tahiti. Il y a presque autant de filles que de garçons. Ce qui est une bonne chose.

 

Pourquoi avoir choisi Bora Bora cette année ?

C’est une superbe destination, surtout pour des enfants qui n’ont pour la plupart jamais voyagé ! Chaque année, on choisit un lieu, par exemple les Tuamotu ou Tahiti. Mais Bora Bora, c’est magnifique avec son lagon ; une superbe aventure pour les jeunes.

 

La voile est-elle l’activité principale du séjour ?

Non, plusieurs activités sont prévues pour la semaine. Au total, douze vont être mises en place pour que les enfants puissent tourner dans chacune d’elles.

En plus de la voile, ils assisteront à des ateliers axés sur l’environnement, le tri sélectif et le compost. Toujours en rapport avec la mer, les enfants vont en apprendre davantage sur la faune marine, avec les tortues et les raies.

Il va également y avoir des projets d’apprentissage, comme la natation pour certains qui ont des difficultés à nager. Ils vont être sensibilisés à la prévention routière, aux addictions ou à la délinquance. On espère également que des anciens s’investiront pour venir conter des légendes et histoires de l’île.

 

Comment les enfants vont-ils être encadrés ?

Des moniteurs autonomes seront présents pour chaque petit groupe, donc douze au total. C’est sympa car, pour la plupart, ce sont des anciens jeunes de la Saga. Par exemple, deux filles monitrices qui seront présentes étaient déjà venues à plusieurs éditions.

Les enfants encadrés par les grands qui encadrent à leur tour après… Concernant le logement, les enfants vont être hébergés en familles d’accueil, elles-mêmes choisies par les services sociaux.

 

Qui sont vos partenaires pour l’événement ?

Nous sommes en partenariat avec le Pays et l’État : les ministère des Sports, de la Culture et de la Solidarité. Sont également avec nous le Contrat de la ville mais aussi des particuliers et des donateurs anonymes, qui nous soutiennent tous les ans. La fédération tahitienne de natation sera également présente, et une association de Bora Bora.

 

Vous avez organisé une collecte en début du mois…

Oui, il était question de récolter des produits alimentaires. Comme les enfants seront logés en famille, ils ont besoin de prendre leurs petits-déjeuners et goûters tous les jours. On distribue donc à chaque famille des produits comme des gâteaux pour la collation des enfants. Puis ça nous permet également d’avoir à manger en plus pour le matin, car les enfants ont besoin d’avoir le ventre rempli avant les activités.

 

Un contact est-il gardé avec les enfants après ?

Étant donné que certains deviennent moniteurs et monitrices, oui. Encore cette semaine, j’ai recroisé une jeune femme qui avait participé à la Saga, il y a quelques années. Tout de suite, elle m’a reconnu et était toute joyeuse. Elle m’a alors expliqué que c’était une enfant compliquée, qui avait beaucoup de difficultés à l’école, qu’elle ne savait rien faire. La semaine avait alors été un déclic pour elle, et l’a poussée à travailler, à avoir son brevet et son bac…

 

Ce ne sont donc pas seulement des vacances ?

Ce sont plus que des vacances, c’est une expérience marquante. Ça permet aux enfants d’avoir confiance en eux. La plupart, tout au long de la semaine, se rendent compte qu’ils peuvent réussir des choses, qu’ils ne sont pas bons à rien. Ça les motive et les incite au sérieux et à la rigueur. Ils ont été sensibilisés à plein de choses et en ressortent plus grands. Ils ont comme évolué au cours de la semaine.

 

Propos recueillis par Mona Delahais

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous qu’un Tahitien peut enfin s’imposer à domicile cette année à la Tahiti Pro Teahupo'o ? Si oui, lequel ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete