Les sages-femmes de Polynésie tiennent leur premier congrès sur deux jours

    jeudi 22 septembre 2016

    congrès

    Une centaine de personnes étaient présentes en ce premier jour : des sages-femmes, mais aussi des infirmières, des puéricultrices, des psychologues, des médecins et des pharmaciens. (Photo : Vaiana Hargous)

     

    Une centaine de personnes était réunie, hier à la mairie de Pirae, pour assister aux premières assises des sages-femmes de Polynésie française.

     

    Au nombre des participants, on comptait des sages-femmes de Huahine, de Raiatea, de Tubuai, de Moorea, de toutes les communes de Tahiti, de Nouvelle-Calédonie et de métropole, mais aussi des infirmières, des puéricultrices, des psychologues, des médecins, des pharmaciens, des étudiants sages-femmes, des internes en médecine et des délégués médicaux.

    Pour Matha Williams, la présidente du conseil de l’ordre des sages-femmes de Polynésie française, “c’est un événement assez exceptionnel parce que c’est un congrès sur deux jours et le programme est très dense.  Nous aborderons trois grands thèmes, pour lesquels on a fait venir des experts, et nous-mêmes, sages-femmes, allons présenter nos travaux de recherche, discuter ensemble et voir un peu comment on envisage notre futur professionnel.

     

    Le premier thème abordé a été l’allaitement maternel, “parce que nous avons voulu rappeler à toutes les sages-femmes que nous avons notre rôle à jouer, et on l’a un peu mis de côté”, poursuit Matha Williams. “Les puéricultrices ont vraiment soutenu l’allaitement et font un travail formidable. Les sages-femmes aussi. Mais on peut encore l’améliorer. C’est pour cela que nous avons choisi ce thème. Et c’est un des leviers forts contre l’obésité.

    La journée s’est terminée par une intervention du Dr Nadine David, cardiopédiatre de renom, sur “la cardiologie fœtale : examen et analyse du cœur normal”. Ce sujet était abordé dans le cadre du deuxième grand thème retenu : l’échographie fœtale, “que beaucoup de sages-femmes sont amenées à pratiquer”. Les assises reprendront ce matin sur ce même thème et finiront avec celui de “la recherche d’informations”.

    C’est Évelyne Mouillet qui va nous former un peu et nous interpeller sur notre devoir déontologique. Nous allons aussi voir comment, par Internet, et avec méthode, on peut accéder au savoir scientifique médical”, précise la présidente du conseil de l’ordre des sages-femmes de Polynésie, organisateur de l’événement.

     

    Les assises sont pour nous un formidable test. Ça nous permet de prendre la température : Est-ce que ce type d’événement va nous fédérer ? Va-t-il plaire ? Va-t-il susciter un dynamisme pour nous permettre d’aller de l’avant, notamment collectivement, pour sortir un peu de l’isolement et de l’individualité ? Le rôle d’une sage-femme est tellement vaste.

    C’est un professionnel de santé dévoué, compétent et qui travaille au bien-être de la mère et de l’enfant, depuis la conception jusqu’au retour à domicile après l’accouchement, donc sur une très longue période. C’est pour cela que nous sommes des acteurs de santé publique à part ; parce qu’on peut lutter contre le tabac, contre la prise de poids, la violence, et nous avons prouvé déjà que quand on prenait en charge les mamans pendant leur grossesse, ça marche, parce qu’elles sont tellement motivées pour leur bébé, qu’elles font vraiment des efforts”, conclut-elle.

     

    V.H.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete