Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Saisie d’ice à l’aéroport : un trafic organisé par le “parrain” incarcéré aux États-Unis

lundi 11 septembre 2017

ice

En garde à vue depuis lundi dernier, les quatre personnes impliquées ont été conduites à Nuutania, vendredi, après avoir été entendues par le juge d’instruction. (© Florent Collet)

“Pas dormir”, c’est le slogan à la mode initié par les consommateurs d’ice. Trafiquants, supposés simples consommateurs ou mule, ils étaient pourtant tous à tomber de sommeil, vendredi matin, dans la salle des pas perdus du palais de justice de Papeete, avant d’être déférés au parquet.

Après quatre jours de garde à vue dans les locaux de la direction de la sécurité publique (DSP) et de la section de recherche, quatre personnes ont donc été mises en examen pour importation, détention, offre ou cession de stupéfiants, à la suite de la saisie de 1,2 kg d’ice sur un homme de 41 ans, à sa descente d’avion, lundi.

Une enquête a également été ouverte pour association de malfaiteurs et blanchiment d’argent. Les quatre personnes ont ainsi été présentées au doyen des juges d’instruction avant de passer devant le juge des libertés et de la détention, qui a décidé de leur placement en détention provisoire. Ils ont été conduits à Nuutania.

Il s’agit là du résultat de plusieurs semaines d’une enquête menée conjointement par la brigade des stupéfiants de la direction de la sécurité publique, la section de recherche de la gendarmerie, le groupe d’intervention régional et la brigade des transports aériens.

 

Un apiculteur comme mule

 

À sa descente d’avion, un homme de 41 ans a donc été arrêté avec 1,2 kg de méthamphétamine. Cette mule est inconnue de la justice.

L’homme, apiculteur, aurait accepté cette mission auprès de commanditaires qui auraient promis de lui commander du matériel d’apiculture.

Dans le même avion, une jeune femme d’une trentaine d’années l’accompagnait. Elle a été interpellée dans la foulée. Pourtant bien insérée socialement avec un emploi, elle aurait dû reprendre son travail, lundi matin.

Les deux autres protagonistes incarcérés vendredi sont en revanche bien connus de la justice. Le premier, âgé de 50 ans, a déjà été condamné à cinq reprises pour trafic de stupéfiants. Il était d’ailleurs sorti de prison en janvier 2016 après avoir été impliqué dans une autre affaire d’ice.

Enfin, le dernier, âgé de 37 ans, ancien steward d’Air Tahiti Nui, avait été interpellé en 2014 avec 11 grammes d’ice et 900 000 F. L’instruction de cette affaire est terminée et l’homme devrait être jugé en début d’année prochaine.

Cette nouvelle affaire, elle, ne fait que commencer et devrait donner lieu, dans les prochaines semaines, à de nouvelles interpellations.

Si le parquet a refusé de confirmer cette information, plusieurs sources proches du dossier indiquent que les quatre personnes seraient liées à Yannick Mai.

Ce guide touristique polynésien avait été interpellé, le 10 juin, à l’aéroport de Los Angeles en possession de deux kilogrammes d’ice.

Selon nos informations, celui que certains mis en cause surnomment “le parrain” aurait donné ses instructions depuis sa cellule aux États-Unis grâce à un téléphone portable. Les écoutes téléphoniques auraient ainsi permis de mettre en cause les quatre personnes incarcérées vendredi.

Pour rappel, il s’agissait, lundi, de la plus importante saisie d’ice réalisée à l’aéroport de Tahiti-Faa’a. Achetée pour un montant approximatif de 3,6 millions de francs, la méthamphétamine pouvait être revendue localement pour 119 millions de francs. 

F.C.

 

 

16
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete