Habillage fond de site

Salade de marge sur les productions locales

mercredi 17 avril 2019

Deux syndicats demandent de remettre tous les produits locaux dans la liste des produits de grande consommation soumis à la marge des 35 %.

Deux syndicats demandent de remettre tous les produits locaux dans la liste des produits de grande consommation soumis à la marge des 35 %. (© DR)

Dans une lettre ouverte à l’attention du gouvernement de la Polynésie française, Françoise Henry dénonce “le démantèlement des marges de commercialisation et leurs conséquences pour leurs producteurs”.

“Nous avons appris avec stupeur, lors de la conférence agricole du 19 mars, que vous aviez procédé, en conseil des ministres, au retrait de tous les produits agricoles locaux de la liste des PGC soumis à une marge règlementaire de 35 % lors de la revente au détail”, écrit-elle dans sa lettre ouverte.

La modification de l’arrêté n°171 CM du 07/02/1992 (Annexe 2A remplacée Arrêté n° 225CM du 15/02/2019) s’est faite en toute opacité et nous sommes devant un fait accompli sans concertation aucune”, poursuit-elle.

Selon la productrice, le choix de ces mesures nouvelles aurait plusieurs “conséquences néfastes”. La modification, selon sa lecture, touchera à la répartition des gains sur les produits agricoles.

“Jusqu’à présent le producteur touchait 60 % du prix de vente au détail (sur 100 F au détail il faut enlever 35 % de marge et 5 % de TVA)”, argumente-t-elle. “Cela permet au producteur de s’en sortir sans avoir besoin de recourir à des aides à la production, comme cela se fait en Europe. (…) C’est la garantie d’un commerce équitable”. (…)

“À cause de ce texte, analyse-t-elle, nous ne serons plus qu’une variable d’ajustement dans la structure de prix d’un produit pour lequel nous aurons produit la plus grande part de plus-value.”

 

Envolée des prix

 

Autre point de grogne pour Françoise Henry, le fait que d’enlever la part fixe de l’agriculteur risque de permettre une envolée des prix totalement incontrôlable puisque les marges seront libres.

“Nous avons noté votre volonté de développer le secteur primaire par votre politique agricole et les moyens et dispositifs d’aide que vous avez mis en place”, poursuit l’agricultrice. “Ne pensez-vous pas qu’ils auront été déployés et dépensés en vain si l’on tue la production locale ?”

Alliant en conclusion les deux économies du secteur primaire et du tourisme, Françoise Henry demande au président du Pays de ne pas oublier que “le secteur primaire est sans doute le plus grand pourvoyeur d’emplois du territoire (…)” et que “l’agriculture est détentrice d’une part de la culture du pays, en particulier notre culture alimentaire, qui devrait jouer un rôle crucial dans une industrie qui vous tient à cœur : le tourisme.”

Aussi, la représentante des différentes organisations syndicales demande-t-elle le retrait de la mesure et de remettre tous les produits locaux dans la liste des produits de grande consommation soumis à la marge des 35 %, tout en plaidant à l’inverse pour mettre aussi les produits importés dans cette catégorie, afin de les soumettre à la même règle des 35 % que les produits locaux. Une mesure forcément moins intéressante pour les grossistes qui se font une marge libre sur ces importations.

 

B.P.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, qui sera élue Miss Tahiti 2019 :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete