Santé – 201 cas de grippe en deux semaines

mercredi 12 juillet 2017

 

grippe

Deux cent un cas de grippe ont été répertoriés en deux semaines, un chiffre « élevé » selon la direction de la santé. (© Photo : Claire Allavena)


Fatigue extrême, maux de tête, fièvre, courbatures… voici les désagréables mais si banals maux associés à la grippe. Une infection virale qui a affecté 201 personnes entre le 19 juin et le 2 juillet, selon le dernier rapport de veille sanitaire fourni lundi par La direction de la santé.

Des données qui font couler beaucoup d’encre au fenua et un chiffre qualifié, noir sur blanc, d’ “élevé” par le rapport.
Mais si le mot “épidémie” semble alarmant, le docteur Grégory Detrun, médecin généraliste, tient à être pragmatique :  “Ce sont les surinfections sur cette grippe qui sont très graves. Un petit traitement et, puis, hop ça passe. C’est vrai qu’il y en a beaucoup qui sont touchés, mais de là à ralentir l’activité économique, je ne pense pas”, s’amuse Lucille Rottier, secrétaire général du Medef.
Si  le virus est depuis toujours dans le paysage médical jusqu’à en avoir l’air bénin, ce qui est souvent le cas, il peut être grave, voire mortel, pour les plus fragiles.

“Les personnes âgées ou atteintes de certaines maladies chroniques, les femmes enceintes, les personnes obèses ou les nourrissons”, liste le site gouvernemental, vaccination-info-service.fr.
En s’attaquant au système respiratoire le virus impacte tout l’organisme et diminue les défenses immunitaires “dès les premiers symptômes, surtout chez les personnes fragiles, on n’attend pas pour consulter. Si jamais ça ne guérit pas au bout de quelques jours et que l’on a une toux avec des crachats purulents jaunes/verts, tout de suite ,on va voir le médecin ou on l’appelle. C’est ça surtout qui fait la différence !”, prévient Grégory Detrun.

 

La grippe B, une super grippe ?

 

En deux semaines, six prélèvements ont confirmé une grippe B au fenua. Alors est-elle plus dangereuse ? La réponse est “non”, selon ce médecin généraliste. Mais alors qu’est-ce-qu’elle a de plus ? “Rien”, souffle t-il. En réalité, si la grippe dite “B” est sous les feux des projecteurs depuis ses débuts, c’est qu’elle n’est pas dans le spectre couvert par le vaccin.
“C’est le gros problème, affirme le médecin, même les gens qui étaient vaccinés peuvent l’avoir. Elle est aussi surprenante, car il y a des réactions neurologiques, des paralysies, mais ces symptômes restent très exceptionnels. Donc, on peut dire que c’est une grippe normale.”

Dans les chiffres, le vaccin contre la grippe n’est jamais efficace à 100 %. Dans le meilleur des cas, il l’est à 60 %. Ainsi, pour limiter la contamination de son entourage, Grégory Detrun conseille de “porter un masque quand on est malade, car ce sont la toux et les éternuements qui propagent le virus. Et le lavage de mains avec du savon, est incontournable. Avec ça, vous diminuez de 99 % le risque de contamination. Et puis, ne pas aller dans les grands magasins et à l’école… mais par chance, on est en période de vacances scolaires, donc l’épidémie risque de s’éteindre grâce à ça.”

Même si vous n’êtes pas fragile, comptez cinq jours minimum avant d’être à peu près opérationnel.“Au bout d’une semaine, les patients pensent qu’ils sont tirés d’affaire. Mais en fait, le système immunitaire a été bouleversé. Il a été extrêmement sollicité. On ne récupère totalement qu’au bout de trois semaines minimum.”

 

C.A.Capture d’écran 2017-07-12 à 09.06.29

 

 

    Edition abonnés
    Le vote

    Une proposition de loi du Pays, susceptible d'être prochainement adoptée, rendra plus accessible la stérilisation des animaux. Et vous, qu’en pensez-vous ?

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete