Habillage fond de site

SANTÉ – Greffes d’organes : 148 patients toujours sur liste d’attente

mercredi 29 novembre 2017

don organe

Deux experts de l’agence de biomédecine, dans l’Hexagone, ont passé la semaine dernière à évaluer l’activité du don d’organes au fenua tout en formant les professionnels de santé aux entretiens lors d’un décès. (© Jennifer Rofès)

Deux experts de l’agence de biomédecine métropolitaine étaient en mission au centre hospitalier de la Polynésie française (CHPF), la semaine dernière.

Il s’agit des docteurs Christian Lamotte, médecin réanimateur coordinateur, et de Jean-Noël Sant. Ceux-ci ont, durant une semaine, évalué l’activité du don d’organes en Polynésie française et délivré à l’ensemble des professionnels, qui collaborent à l’activité du prélèvement, un enseignement portant sur la prise en charge du donneur.

Venu il y a dix ans pour mettre en place l’activité du don d’organes en Polynésie française, le docteur Christian Lamotte s’est dit très satisfait du travail accompli par la coordination de l’hôpital.

Son confrère a également remarqué, lors de l’audit, que les procédures étaient bien mises en place, que le respect de la législation était totalement conforme aux règles de bonnes pratiques exigées par l’agence de biomédecine et que la campagne de communication sur le don d’organes, extérieure à l’hôpital, était impressionnante.

Les experts ont également pu apprécier la collaboration entre les différents services concernés, notamment entre les urgences, la réanimation et la coordination. Selon les équipes locales, “ces experts ont su transmettre leur savoir et apporter une analyse juste de la situation tout en tenant compte des spécificités locales, notamment liées à l’éloignement de la Polynésie”.

Jeudi et vendredi derniers, Christian Lamotte et Jean-Noël Sant ont organisé des exercices de simulation d’entretiens portant sur l’annonce d’un décès et sur l’abord du don d’organes.

Ces exercices ont été réalisés dans des conditions proches de la réalité, parfois en langue tahitienne. Plus d’une trentaine de professionnels de santé ont ainsi été formés à des techniques de communication justes et adaptées.

“Il n’est jamais facile pour un soignant d’être confronté à des familles endeuillées, qui souffrent. L’entretien c’est aussi un acte de soin. Cela veut dire qu’il y a une façon de faire, de parler et d’expliquer qui doit être maîtrisée par les professionnels. Nous devons comprendre les freins et les peurs qui se cachent derrière ce que les familles n’expriment pas verbalement, pour les accompagner”, a précisé Carine Domelier, infirmière, coordinatrice des prélèvements d’organes au CHPF.

Depuis octobre 2013, l’hôpital de Taaone et la coordination des prélèvements d’organes ont réalisé 75 greffes rénales.

Dix-huit patients ont pu être greffés en 2017. Néanmoins, 148 malades en attente d’une greffe sont toujours sur liste d’attente.

Jen.R.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete