Habillage fond de site

Santé. Hello Consult, une solution adaptable à la Polynésie

lundi 10 décembre 2018

 

Le patient consulte son médecin traitant à distance et est remboursé par l’assurance maladie dans les mêmes conditions qu’en cabinet médical.

Le patient consulte son médecin traitant à distance et est remboursé par l’assurance maladie dans les mêmes conditions qu’en cabinet médical.

Sophie Kerob, directrice générale de Direct Médica, entreprise experte de la relation patient dans la santé, est venue il y a quelques semaines en Polynésie française présenter à la Caisse de prévoyance sociale (CPS) et au ministère de la Santé le tout nouvel outil mis en place par son entreprise, Hello Consult. Il s’agit d’une plateforme de téléconsultation, lancée mi-octobre dans l’Hexagone, qui permet de mettre en relation le patient avec son médecin traitant ou un professionnel de santé. Hello Consult permet donc à chaque patient de consulter son médecin traitant à distance et d’être remboursé par l’assurance maladie dans les mêmes conditions qu’en cabinet médical.

En libre accès pour les patients et les professionnels, cette plateforme per-met de s’affranchir des contraintes géographiques comme des problèmes de mobilité. Elle facilite de surcroît la prise de rendez-vous médical et s’affiche comme une solution concrète et efficace pour lutter contre les déserts médicaux, sur l’ensemble du territoire.

Selon Sophie Kerob, avec qui La Dépêche s’est entretenue, cet outil pourrait totalement s’adapter à la Polynésie française sans nécessiter d’investissements lourds. “En prenant en compte quelques spécificités, comme la devise, la prise en charge…, l’investissement pour la Polynésie se résume au cahier des charges à réaliser qui devra stipuler les conditions de prises en charge par la CPS. Mais ce travail peut être réalisé par les équipes de l’organisme. Ensuite, il y a les coûts d’hébergement de données qui dépendent de la volumétrie de celles-ci. Il s’agit d’une somme assez modique. Puis vient enfin le coût réel de la plateforme. Pour notre part, nous le faisons porter par les professionnels de santé. Ils rétribuent un pourcentage, un peu moins de 10 % de leur consultation, pour l’usage de la plateforme. Mais pour 2019, tout sera gratuit. Nous sommes actuellement en phase de bêta-test jusqu’à la fin de l’année. Une nouvelle version est d’ores et déjà prévue pour 2019.”

Dans l’Hexagone, Hello Consult a été lancé suite à l’officialisation des remboursements, le 15 septembre, des consultations à distance par l’assurance maladie. Ainsi, le patient est remboursé au même titre que s’il consultait son médecin en cabinet qui peut lui prescrire une ordonnance et la lui envoyer à son domicile par document numérisé.

Très peu d’investissement

Selon Sophie Kerob, ses rencontres avec la CPS et le ministère ont été concluantes et les problématiques soulevées par les autorités de santé du Pays peuvent facilement trouver des réponses adaptées. Il a en effet été question du problème de connexion dans certaines îles éloignées. Mais avec l’installation imminente de la fibre optique aux Tuamotu et aux Marquises sans compter les îles déjà équipées, il s’agit d’un frein qui se lève facilement.

En ce qui concerne la sécurité des données, la solution développée par Hello Consult est ultra-sécurisée. “Pour le dossier patient, l’accès au dossier et la sécurisation des données, les autorités du Pays ont estimé qu’il était important que ces données soient hébergées localement”, précise Sophie Kerob qui explique : “L’hébergement, c’est un réceptacle dans lequel vous savez que les données sont en sécurité. Ensuite, il y a les plateformes techniques qui vont être hébergées chez cet opérateur technique. Pour Hello Consult, ça veut dire que toutes les données que le médecin va partager avec le patient et inversement sont enregistrées sur l’hébergeur de la plateforme Hello Consult. Donc pour adapter ce système à la Polynésie, il faudrait que le Pays mette en place un hébergement des données de santé et une fois qu’il y a cet hébergement structuré par un cahier des charges précis, des plateformes de télémédecine ou téléconsultation vont pouvoir être hébergées dans ces salles blanches.”

Une autre grande interrogation des différents acteurs locaux reposait sur le fait de savoir à quel point les patients polynésiens allaient adhérer à ce type d’échange, car selon eux, les patients, notamment des îles, aiment avoir un contact direct avec leur infirmier ou leur aide-soignant. Selon Sophie Kerob, “l’adhésion au système passera forcément par ces professionnels de santé qui n’ont pas les réponses ou ne savent pas diagnostiquer une pathologie et qui seront eux-mêmes l’interface entre le patient et le médecin ou spécialiste”.

Recrutement de médecins polynésiens

Enfin, pour la directrice générale de Direct Médica, le train avance, la télémédecine avance et une plateforme de mise en relation s’affranchie des frontières. “Hello Consult a pour objectif de démocratiser la téléconsultation en offrant un accès libre à tous les médecins et patients sans exception. C’est pourquoi nous sommes aussi en train de déployer des actions de communication auprès des professionnels de santé tahitiens, car pour notre usage en France, nous avons besoin de proposer des consultations 24 heures sur 24, 7 jours sur 7. Et les médecins polynésiens sont parfaitement positionnés pour assurer des permanences de nuit chez nous, grâce au décalage horaire, et répondre à une maman qui, à deux heures du matin, a un problème avec son enfant. Nous sommes donc en train de faire du recrutement auprès des médecins polynésiens pour consulter les patients français.”

 

Jen. R.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, qui sera élue Miss Tahiti 2019 :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete