Santé – “Nos chiffres de couverture vaccinale sont très bons”

    jeudi 21 janvier 2016

    Depuis quelques années, on observe en métropole un phénomène qui commence de plus en plus à inquiéter les autorités publiques : le nombre de parents qui refusent de vacciner leurs enfants augmente, entraînant ainsi une recrudescence de certaines maladies infantiles que l’on croyait alors disparues, comme la rougeole, la tuberculose ou la coqueluche.
    Mais qu’en est-il en Polynésie française ? Les Polynésiens sont-ils devenus, eux aussi, réticents à la vaccination ?
    Que ce soit les pédiatres ou la direction de la santé, tout le monde est unanime sur le sujet : les Polynésiens font confiance à la vaccination.
    “Nos chiffres de couverture vaccinale sont très bons. Ils ont été évalués la dernière fois en 2012 et se situent entre 95 % et 98 %. Les réticences sont faibles par rapport à la métropole. Ceci étant, chaque année, on reçoit des gens qui refusent la vaccination. Ce sont souvent des personnes qui viennent de l’étranger ou de la métropole et qui ont été influencées par des lobbys antivaccins, provenant soit d’Internet, soit de leur entourage”, explique Jean-Marc Segalin, responsable du programme des maladies infectieuses à la direction de la santé.
    Il faut dire qu’en Polynésie française, la scolarisation joue un rôle majeur dans la couverture vaccinale. En effet, pour être scolarisés, les enfants doivent être à jour dans leurs vaccins. En métropole, seul le vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la poliomyélite (DTP) est obligatoire pour l’entrée à l’école. La Polynésie française, quant à elle, impose aux parents de vacciner également leurs enfants contre l’hépatite B (HepB), la rougeole et la rubéole (RR), l’haemophilus influenzae B (Hib) et la tuberculose.
    “Les gens qui refusent la vaccination prétendent, lorsqu’ils arrivent en Polynésie française, qu’ils ne savaient pas que la vaccination était obligatoire pour rentrer à l’école, mais on leur rappelle qu’ici, on est dans un pays autonome en matière de santé et qu’il y a une loi. Ces dernières années, on a fait un effort pour augmenter l’information auprès des expatriés”, poursuit Jean-Marc Segalin.
    En 2014, le calendrier vaccinal a été modifié, réduisant le nombre d’injections de certains vaccins. “L’Italie et certains pays du nord de l’Europe avaient réduit depuis quelques années le nombre d’injections de certains vaccins effectués chez les bébés, sans qu’il y ait de conséquence sur leur efficacité. Cela concernait essentiellement la suppression d’une dose de DTP, de Hib et de coqueluche acellulaire (Ca) à 3 mois et d’une dose DTP à 16 ans. Nous avons donc décidé de nous caler sur leur calendrier vaccinal”, raconte Jean-Marc Segalin.
    En Polynésie française, la vaccination est organisée par la direction de la santé. Les vaccins sont administrés gratuitement dans les structures publiques : centre de protection infantile (CIP) et certains dispensaires.
    Dans les structures privées, la vaccination reste à la charge des familles, puisque la caisse de prévoyance sociale (CPS) refuse de rembourser les vaccins, et ce malgré une demande récurrente de prise en charge de la part de la direction de la santé et des médecins de la place.
    La Dépêche n’a pas réussi à obtenir des explications de la CPS à ce sujet.  Pour les médecins, l’explication est là : “La CPS préfère prendre en charge le curatif au dépens du préventif…”
    Contrairement à la métropole, en Polynésie, il n’y a pas de recrudescence de maladies infantiles qu’on croyait disparues. L’hépatite B n’a pas disparu chez les personnes nées avant 1992. Les enfants nés après 1992 sont protégés grâce à la vaccination administrée dès la naissance. L’excellent taux de couverture vaccinale contre la rougeole permet de protéger la population contre des épidémies telles que celles qui ont été observées ces dernières années en métropole ou en Nouvelle-Zélande.

    É.P.

    Calendrier vaccinal

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete