Santé – Parler pour battre le cancer

    mardi 15 mars 2016

    Le comité polynésien de la Ligue nationale contre le cancer relance les réunions de groupes de parole, destinés aux patients en traitement ou en rémission. À raison d’une fois par mois, à partir de la semaine prochaine, les victimes du cancer qui éprouvent le besoin de partager leur expérience pourront échanger durant deux heures et demie, avec le soutien de la psychologue Sylvie Couraud, qui œuvre aux côtés du comité depuis plusieurs années.
    Pour Torea Thuret, secrétaire général du comité, il est important de soutenir ces nombreux patients : “Il y a un peu moins de 500 nouveaux patients par an, c’est un chiffre important. Plus ça va et plus ça augmente. Je pense que c’est surtout dû à un meilleur dépistage. Je préfère positiver en disant que l’information et les dépistages précoces fonctionnent de mieux en mieux.”
    Les groupes de parole sont restreints aux patients, “ce ne sont pas des réunions d’information”, insiste Torea Thuret.
    Ils rassemblent “une moyenne de cinq à six personnes. Les patients ont souvent beaucoup de mal à parler. Ceux qui viennent éprouvent un vrai besoin de partager leur ressenti avec les autres et savent qu’ils vont en tirer un soutien. Certains vont rester une année, voire plus”, précise Patricia Grand, la présidente du comité.
    “Et tout ce qui se dit à l’intérieur de ces groupes de parole est totalement confidentiel.” Elle ne veut pas s’arrêter là : “Nous envisageons de créer également un groupe pour les familles de personnes décédées, mais ce n’est pas encore mis en place”, dit Patricia Grand.
    Rien ne serait possible sans la générosité des donateurs, explique-t-elle : “Il faut savoir que depuis quelques années, nous avons des sponsors réguliers, comme l’association Fitness Challenge ; depuis deux ans, on a la TSP et des personnes qui nous remettent des chèques relativement importants.
    Nous avons des anonymes aussi, dont un qui nous verse 300 000 F par an depuis deux ans, c’est beaucoup.
    Cette année, c’est le docteur Catteau qui fait le tour de son carnet d’adresses pour essayer de récupérer de l’argent.
    Et il faut le dire aussi, cette année, nous avons enfin obtenu une subvention du territoire.”
    La première réunion est prévue mardi prochain, le 22 mars, au centre hospitalier de la Polynésie française de Taaone, qui met un local à disposition de la Ligue. “Avant, nous avions un local à la mairie de Papeete. Celui-ci est un peu petit, mais nous espérons en obtenir un plus grand. Nous n’avons pas de moyens financiers à mettre dans un loyer, nous n’en sommes pas encore là.”
    Le comité polynésien de la Ligue lance également une nouvelle opération : “Ce mercredi (demain, NDLR), nous commençons également l’opération ‘café-thé’, comme je l’ai vécu moi-même à la Pitié-Salpétrière : en radiothérapie, nous avons une bénévole qui va offrir du thé, du café ou du chocolat à ceux qui sont là pour leur traitement, dit Patricia Grand. Je veux remercier nos généreux sponsors qui financent cette opération, dont le coût est estimé à 15 000 F par mois. J’ai déjà trouvé sept ou huit sponsors.”

    C.P.

    Les groupes de parole au centre hospitalier de Taaone, dont le rendez-vous est donné à la cafétéria, auront lieu :
    – Mardi 22 mars, de 9 heures à 11 h 30 ;
    – Mardi 26 avril, de 9 heures à 11 h 30 ;
    – Mardi 31 mai, de 9 heures à 11 h 30.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete