Une SDF du marché souffrant de troubles psychiatriques envoyée un mois à Nuutania

    mardi 25 avril 2017

    (Photo : Florent Collet)

    (Photo : Florent Collet)

    Au marché de Papeete, les sautes d’humeur d’Émélie R. sont connues de beaucoup. Selon une expertise psychiatrique, cette femme, âgée de 43 ans, souffre de graves problèmes de santé mentale se caractérisant notamment par des délires de persécution. Jusqu’à présent, elle s’était souvent fait remarquer en s’infligeant elle-même des souffrances corporelles ou en s’allongeant nue sur la route. Cette fois, c’est une vendeuse de couronnes de fleurs du marché qui en a fait les frais.

    Le 16 avril déjà, la police a dû intervenir car Émélie R. avait, sans raison, déchirer le pareu servant de nappe à la vendeuse de couronnes avant de jeter les couronnes par terre. Deux jours plus tard, Émélie a des ciseaux en main, lorsqu’elle voit sa victime discuter avec une amie. Elle imagine dans ce dialogue des moqueries à son encontre. Elle menace alors la vendeuse et brandit les ciseaux à trois reprises au-dessus de sa tête avant de tenter de lui porter un coup au thorax. Fort heureusement, la victime arrive à se reculer un peu et, si sa robe se retrouve largement déchirée, elle ne subit qu’une blessure très superficielle.
    Placée sous tutelle, c’est avec son tuteur qu’Émélie R. s’est présentée à la barre hier. Ayant du mal à s’exprimer et comprendre les questions du tribunal, c’est son tuteur qui a expliqué qu’aucun lieu n’avait pu être trouvé pour l’accueillir autre que la rue, de l’hôpital psychiatrique à sa famille, à Tahiti ou Rurutu.

    Le procureur de la République a tenu à souligner que les experts avaient expliqué que son discernement n’avait pas été altéré et qu’il existait un risque de récidive. “Une étape a été franchie”, a-t-il relaté en référence aux souffrances qu’elle infligeait uniquement à sa personne. Il a souhaité qu’elle fasse l’objet d’un “suivi réel et efficace” en détention en requérant quatre mois de prison ferme.
    “Nuutania n’a pas vocation à accueillir les personnes souffrant de troubles de la personnalité”, a, de son côté, rappelé l’avocate d’Émélie. Le tuteur, lui, s’est interrogé : “Est-ce que la prison n’est pas une bonne leçon qui pourrait lui permettre de comprendre.”

    Il a été entendu par les juges qui ont infligé 6 mois de prison dont 5 mois avec sursis et l’interdiction d’approcher la victime à qui elle devra payer 100 000 F de préjudice moral. Elle a été conduite à Nuutania à l’issue de cette audience en comparution immédiate.

     

    F.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete