Habillage fond de site

Sébastien Lecornu : “On peut être fier de ce qui se passe ici”

mercredi 13 septembre 2017

lecornu fritch bidal

(© Caroline Perdrix)

Retour sur la journée du secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, Sébastien Lecornu, qui a commencé par le traditionnel dépôt de gerbe au monument aux morts de l’avenue Pouvanaa a Oopa. “J’ai choisi un déplacement long ici en Polynésie française, dans un cadre qui est bien sûr les Assises de l’Outre-mer, qui sont un moment important pour le gouvernement et l’État français. Ça a été promis par Emmanuel Macron lors de sa campagne électorale, et donc je souhaite prendre mon temps pour échanger avec les différents acteurs politiques et administratifs”, a déclaré Sébastien Lecornu.

 

À la présidence : une heure d’entretien avec Édouard Frit

ch

Les deux hommes se sont vus lors du Forum du Pacifique Sud à Apia, mais la rencontre d’hier, à laquelle assistaient également le haut-commissaire René Bidal, le contre-amiral Denis Bertrand, et le ministre de l’Environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, a débordé du timing prévu – réduisant à un “touch and go” sa visite au CESC.

Ils ont évoqué la préparation des Assises de l’Outre-mer, qui débutent à la fin du mois de septembre, le plan de transition énergétique et les problématiques d’assainissement et d’eau potable. “La Polynésie est prometteuse sur les questions énergétiques, je pense qu’on peut être fier de ce qui se passe ici, a déclaré le secrétaire d’État. Si c’est possible ici, ça va être possible ailleurs, et d’autres territoires d’Outre-mer peuvent prendre les mêmes avances. Mais ce n’est pas parce qu’on a pris de l’avance ici qu’il ne faut pas continuer d’accélérer pour arriver au plancher symbolique des 50 % d’énergies propres dans la production d’électricité.”

Le président Fritch a pris soin de rappeler que la Polynésie manque encore d’une vingtaine d’abris de survie, dont la réalisation est en cours de discussion avec l’État.

 

À la station d’épuration de Papeete : visite des installations

lecornu

(© Élénore Pelletier)

Bravo” a répété à maintes reprises le secrétaire d’État durant sa visite de la station d’épuration de Papeete. Accompagné du président Edouard Fritch, du haut-commissaire, René Bidal et du ministre de l’environnement, Heremoana Maamaatuaiahutapu, Sébastien Lecornu s’est vu présenter ce site, inauguré il y a un an.

Cette station d’épuration a pu voir le jour grâce à un investissement tripartite de l’État (45 %), du Pays (45%) et de la Société d’économie mixte locale (SEML) Te Ora No Ananahi (10 %) de 4 milliards de francs. Sa construction a nécessité de techniques innovantes notamment pour ne pas gêner la circulation du centre-ville. Le site traite aujourd’hui plus de 600 m3 d’eaux usées par jour (soit l’équivalent de la consommation de 2500 habitants), mais aura bientôt la capacité de traiter jusqu’à 3500 m3 d’eaux usées par jour, lorsque tous les raccordements seront effectués.

Pour le moment, seule la zone allant de fare ute au centre Vaima (soit un tiers du centre-ville de Papeete) est raccordée. Cependant 2 milliards de francs viennent d’être attribués par le Fonds européen de développement (FED) pour étendre les réseaux de canalisation sur un deuxième tiers du centre ville allant du centre Vaima au quartier Paofai.

Les travaux devraient commencer d’ici la fin de l’année. Des extensions de la station d’épuration sont également prévues dans les prochaines décennies ce qui permettrait à terme, à  celle-ci de quadrupler la quantité d’eaux à traiter et d’englober ainsi les communes alentours. Pirae et Arue se sont d’ailleurs positionnées pour bénéficier des services de la station.

Le secrétaire d’Etat s’est dit “bluffé” par ces installations, et n’a pas manqué d’apprécier la double fonction du site, qui, grâce à ses panneaux photovoltaïques, produit lui même, l’électricité qu’il consomme.

“Je n’ignore pas que ces questions ne sont pas très sexy pour la population. Lorsque j’ai dit que j’allais en Polynésie française visiter une station d’épuration, les gens m’attendaient ailleurs, ce sont cependant des sujets fondamentaux qui font le lien avec le tourisme et la qualité de l’eau de l’océan. Tout se tient : on ne peut pas avoir un développement touristique et un cadre de vie pour les habitants de la Polynésie française respectable et durable, si on ne fait pas attention à la qualité des eaux” a-t-il évoqué, ayant lui-même été confronté à cette problématique en tant qu’élu communal.

 

 E.P.

 

À l’assemblée de la Polynésie française : rencontre protocolaire avec Marcel Tuihani

tuihani lecornu bidal

(© Caroline Perdrix)

Sébastien Lecornu a été reçu par Marcel Tuihani, “une rencontre protocolaire qui ne nous a pas véritablement permis de traiter des sujets qui peuvent intéresser la collectivité et l’État”, a reconnu le président de l’assemblée. “J’ai simplement profité de cette rencontre pour rappeler un certain nombre de sujets que les Polynésiens ont à cœur, et en particulier les élus de l’assemblée, les ressources minérales de la Polynésie. Et, comme ça s’est fait en Nouvelle-Calédonie, je pense qu’il est urgent que cette compétence soit véritablement inscrite dans le statut d’autonomie pour qu’il n’y ait plus d’ambiguïté sur à qui appartiennent ces ressources minérales.”

 

Au camp de la gendarmerie de Faa’a : prise de commandement du colonel Frédéric Boudier

(© Haut-commissariat)

(© Haut-commissariat)

Le remplaçant du colonel Caudrelier a solennellement pris le commandement de la gendarmerie en Polynésie française, même s’il est en fonction depuis le 1er août. Le colonel Frédéric Boudier, âgé de 46 ans, était en poste au Centre des hautes études militaires à Paris. Il était auparavant patron des gendarmes des Bouches-du-Rhône après avoir occupé la même fonction en Loire-Atlantique. Il est titulaire de la légion d’honneur, de l’ordre national du mérite, et médaille d’or de la défense nationale avec étoile de bronze.

La cérémonie s’est déroulée en présence du général de division Lambert Lucas, commandant la gendarmerie Outre-mer. Outre le secrétaire d’État, étaient présents le haut-commissaire de la République, René Bidal, le président Édouard Fritch, le contre-amiral Denis Bertrand, les députés Maina Sage, Nicole Sanquer et Moetai Brotherson, la sénatrice Lana Tetuanui.

 

3
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete