Habillage fond de site

Le Sécosud a dévoilé la nouvelle grille tarifaire

mardi 28 février 2017

sécosud jamet

Une conférence de presse était organisée, hier matin, à l’issue de la délibération portant sur l’approbation de la nouvelle grille tarifaire. (© Anne-Charlotte Bouleau)


Les membres du Sécosud se sont réunis hier, à Taravao, pour voter la nouvelle grille tarifaire, qui entrera en vigueur dès demain. Selon Anthony Jamet, la baisse la plus significative concerne la catégorie domestique, avec la promesse d’un mois et demi d’économie par an pour près de la moitié des usagers. Au chapitre des nouveautés, Tahiti Sud Énergie, filiale d’EDT-Engie créée pour l’occasion, prendra notamment le relais pour la facturation.

Quatre jours après le vote en faveur d’EDT-Engie, une nouvelle conférence de presse était organisée, hier, dans les locaux du Syndicat pour l’électrification des communes du sud de Tahiti (Sécosud), à Taravao.

Il s’agissait avant tout d’une réunion extraordinaire du comité syndical, à l’occasion d’une délibération portant sur l’approbation de la nouvelle grille tarifaire. L’issue du vote a été la même que jeudi dernier, à savoir : sept voix pour et une abstention, celle du maire de Teahupo’o, Gérard Parker.

Selon le président du Sécosud, Anthony Jamet, la baisse la plus significative cible la catégorie domestique.

“Cela concerne plus de 5 700 usagers, soit un peu plus de 49 % des usagers du Secosud. Cette baisse équivaut à un mois et demi d’économie par an, soit un peu plus de 5 800 F”, précise-t-il.

Au niveau de la basse tension classique, la baisse serait de l’ordre de 2,5 %, tandis que la basse tension professionnelle avoisinerait une diminution de 1 %.

“Au niveau des communes, nous avons abandonné l’idée de revoir le tarif de l’éclairage public, pour participer à l’effort de la baisse au profit des consommateurs les plus démunis”, souligne Anthony Jamet.

 

Tahiti Sud Énergie prend le relais

 

Libéré de son devoir de réserve, le président du Sécosud est également revenu sur son choix, favorable à EDT-Engie, martelant que “la baisse est plus conséquente que celle qui était proposée par le concurrent”, tout en prenant en compte les garanties techniques.

“Ce qu’il est important de retenir, c’est que nous avons exercé notre compétence pour la première fois”, a-t-il déclaré.

Au chapitre des nouveautés, la création d’une société dédiée, baptisée Tahiti Sud Énergie, a été annoncée vendredi dernier. Filiale d’EDT-Engie, l’entreprise au logo vert prendra le relais de la facturation au 1er mars, autrement dit, dès demain.

“Ça fera partie d’une nouvelle expérience qu’on va vivre cette année. C’est la première fois, en Polynésie, que le comité, c’est-à-dire le Sécosud, décide. On n’est plus un acteur passif, mais un acteur réactif”, affirme le président du syndicat, affichant une volonté de transparence et de comptabilité adaptée.

Concernant les tarifs, ceux-ci étant soumis aux variations du coût d’achat de l’électricité et du transport, des ajustements pourraient intervenir d’ici au 1er mars 2018.

Dans le contrat, l’élaboration d’un schéma directeur des investissements serait également mentionnée, entre extension, entretien et rénovation du réseau, sans oublier la valorisation des énergies renouvelables.

 

A.-C.B.

 

Anthony Jamet, président du Sécosud : “Derrière tout ça, il y a la garantie d’une prestation de qualité”

anthony jamet

(© Anne-Charlotte Bouleau)

“Tahiti Sud Énergie est une société dédiée, qui va adopter une attitude plus transparente, puisque nous aurons des relations privilégiées, ne serait-ce que dans la garantie des prestations. Nous serons amenés à nous revoir assez souvent, en nous basant sur des documents exploitables au niveau du Sud.

J’ai beaucoup souffert, personnellement, des obligations de confidentialité qui ont entouré cette opération. C’est quelque chose de nouveau, qui n’a jamais été vécu jusqu’ici en Polynésie.

Je suis content du résultat. Derrière tout ça, il y a la garantie d’une prestation de qualité, alors que nous avons connu, avant 1989, un tarif plus élevé que celui qui était pratiqué dans le Nord et des coupures qui pouvaient aller jusqu’à deux ou trois jours”.

 

Capture d’écran 2017-02-28 à 09.39.56

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Capture d’écran 2017-02-28 à 09.39.49

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Capture d’écran 2017-02-28 à 09.40.09

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

12
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete