Habillage fond de site

Sécosud – “Il faut rendre le domaine de l’énergie plus démocratique”

mercredi 22 février 2017

sécosud tina cross

Valentina Cross était aux côtés de Gérard Parker et de Faana Taputu – respectivement titulaire et suppléant au sein du Sécosud –, lundi soir, à Taravao, à l’occasion d’une réunion publique d’information. (© Anne-Charlotte Bouleau)


La tournée des réunions publiques d’information organisée par No te aru tai mareva autour des enjeux du Sécosud a débuté lundi, à Taravao. Valentina Cross était présente, aux côtés de Gérard Parker et de Faana Taputu, pour répondre aux interrogations de la population et dénoncer des actions “illégales”. Au-delà des clivages en cours, un critère intéresse plus particulièrement les administrés : celui de la baisse du montant de la facture d’électricité à la fin du mois.

 

Plusieurs dizaines de personnes ont répondu à l’appel du syndicat No te aru tai mareva, qui a organisé une réunion publique, lundi soir, à Taravao, autour des enjeux en cours au sein du Syndicat pour l’électrification des communes du sud de Tahiti (Sécosud).

EDT-Engie et Tevarua Nui sont en concurrence dans le cadre de l’attribution de la délégation de service public pour les dix-sept années à venir. Un vote décisif doit intervenir demain.

“On ne défend pas l’intérêt d’un candidat ou de l’autre, on se positionne du côté des consommateurs”, a précisé un représentant de No te aru tai mareva.

Gérard Parker, maire délégué de Teahupo’o et membre du conseil syndical, et Faana Taputu, suppléant du maire de Taiarapu-Ouest, Wilfred Tavaearii, étaient les interlocuteurs privilégiés de cette rencontre, aux côtés de Valentina Cross, conseillère municipale à Teva i Uta et membre du Sécosud de 2008 à 2013.

“Je suis là pour apporter mon soutien. Mon seul objectif, c’est la baisse des tarifs de l’électricité. C’est un combat que je mène depuis longtemps. Quand j’étais maire, j’ai initié les trois procédures judiciaires qui ont débouté EDT-Engie d’une reconduction précipitée en 2009, sans aucun appel à la concurrence. En 2015, il a pu y avoir un appel d’offres. Aujourd’hui, on est près du but”, a déclaré l’élue, qui a présenté un état des lieux de la situation, chronologie à l’appui.

 

La parole aux administrés

 

Il a notamment été rappelé que trois représentants – Jacqui Drollet et Abel Tehotu, pour Hitia’a o te Ra, et Jonas Tahuaitu, pour Teva i Uta – avaient été remplacés à l’issue du vote du 10 janvier, défavorable à EDT-Engie, changeant ainsi la constitution du conseil syndical à la veille du deuxième tour.

Des éliminations à quelques jours de l’attribution d’un marché public de 31 milliards de francs, c’est du jamais vu dans l’histoire de la République ! Pour moi, c’est illégal”, a lancé Valentina Cross, en précisant qu’elle avait adressé un complément de plainte au procureur, le matin même, faisant suite à un premier signalement, au mois d’août.

En deuxième partie de soirée, la parole a été laissée aux administrés, qui comptaient également quelques élus dans leurs rangs. D’emblée, un jeune homme s’est interrogé sur l’interprétation des tarifs présentés, n’étant pas exprimés pour le même nombre de kWh d’une société à l’autre.

D’après Valentina Cross, un tableau de simulation serait en cours de conception. Ce dernier permettrait d’illustrer la possibilité d’une diminution de la facture de 25 % pour les particuliers. Pour l’élue, face au monopole et au manque d’information, “il faut rendre le domaine de l’énergie plus démocratique, car ça nous concerne tous”.

Une chose est sûre, la question intéresse la population, qui guettera avec attention le montant des prochaines factures.

 

 

A.-C.B.

 

Capture d’écran 2017-02-22 à 08.34.10

 

2
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete