Habillage fond de site

Sécosud – La mise au point du président du syndicat

mardi 21 février 2017

secosud jamet

“Si j’ai décidé de m’exprimer aujourd’hui, c’est que le climat de suspicion artificiellement créé par des publications répétées ne nous permet plus de travailler sereinement”, a déclaré le président. (© Anne-Charlotte Bouleau)


Une conférence de presse a été organisée, hier, dans les locaux du Sécosud, à l’initiative de son président, Anthony Jamet. Il est revenu sur les accusations dont il est la cible depuis plusieurs semaines, ainsi que sur la procédure en cours, sans entrer dans les détails, étant tenu au secret professionnel, comme l’ensemble des membres du conseil. “Mon choix sera le meilleur pour la collectivité et les habitants des communes du Sécosud”, a-t-il assuré.

 

Le feuilleton du Syndicat pour l’électrification des communes du sud de Tahiti (Sécosud) continue. Après avoir été la cible de multiples accusations au cours des dernières semaines, son président, Anthony Jamet, également maire de Taiarapu-Est, est sorti de son silence, pour se défendre et contre-attaquer.

Une conférence de presse était organisée dans cette optique, hier matin, dans les locaux du syndicat, à Taravao. Tous les membres du conseil syndical étaient présents, à l’exception du maire de Taiarapu-Ouest, Wilfred Tavaearii, retenu par des obligations familiales.

“Si j’ai décidé de m’exprimer aujourd’hui, c’est que le climat de suspicion artificiellement créé par des publications répétées ne nous permet plus de travailler sereinement”, a déclaré d’emblée le président.
Favoritisme”, “manœuvres”, “pressions”, à l’extérieur du comité, comme en son sein, plusieurs représentants politiques mettent en doute la procédure en cours, exemples à l’appui.

EDT-Engie et Tevarua Nui sont en concurrence dans le cadre de l’attribution de la délégation de service public pour les dix-sept années à venir, à l’échelle des quatre communes du sud.

“Les détracteurs n’ont qu’une partie des informations. Malheureusement, jusqu’ici, ceux qui ont parlé, ce sont ceux qui ne connaissent pas le dossier. En tant que conseiller du président, je lui ai rappelé plusieurs fois qu’il est tenu au secret professionnel. Les éléments que vous avez eus sont totalement faux. Cela donne une apparence de favoritisme, alors que ce n’est pas le cas. Ce sont des tentatives de manipulation et de désinformation”, souligne un juriste.

À ce sujet, un dossier de presse précise que “la grille tarifaire est fixée par le Sécosud”, avec comme contrainte d’arriver “à un chiffre d’affaires supérieur ou égal au revenu autorisé (RA) demandé par le concessionnaire”.

La grille tarifaire proposée par les candidats ne serait donc qu’indicative, mais impossible d’avoir plus de détails.

 

“Répondre aux différents critères du cahier des charges”

 

Anthony Jamet assure toutefois se référer à la procédure, conformément à la loi. “Depuis le début, nous sommes entourés d’experts. On a épluché les dossiers comme il le faut. Le travail a été fait, avec une analyse fine sur le plan juridique, financier et technique, pour répondre aux différents critères, très objectifs, du cahier des charges. Aujourd’hui, on a tous les éléments. Pourtant, on donne l’impression que le travail a été bâclé… Ce n’est pas le cas ! Si on a mis trois ans, c’est parce qu’on sait que ce projet présente un enjeu capital pour la population”, insiste-t-il.

Au premier tour, cinq négociations ont opposé les deux prétendants, complétées d’une sixième rencontre, à l’issue du vote du 10 janvier, qui avait invalidé le choix du président (EDT-Engie) à cinq voix contre trois.

Cette majorité absolue favorable à Tevarua Nui, le maire délégué de Teahupo’o, Gérard Parker, n’a pas manqué de la remettre sur la table, sortant brièvement de sa réserve pendant la conférence de presse.

“J’attends de voir la suite. Je ne suis pas convaincu par le président”, a-t-il déclaré, tout en précisant qu’il assisterait à la réunion publique organisée le soir même par le syndicat Te Aru Tai Mareva, à Taravao.

Quant à Anthony Jamet, il assure que “[s]on choix sera le meilleur pour la collectivité et les habitants des communes du Sécosud”.

Les votes des nouveaux entrants feront-ils pencher la balance ? La suite au prochain épisode, autrement dit le 23 février, date à laquelle les huit membres du conseil syndical se réuniront pour voter, le contrat actuel arrivant à échéance à la fin du mois.

 

A.-C.B.

 

Capture d’écran 2017-02-21 à 11.38.51

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete