Sécurité routière : tu ne paies pas l’amende mais tu changes ton casque !

mercredi 7 janvier 2015

Engagés dans deux tiers des accidents, les pilotes de scooters et autres deux-roues paient un lourd tribut, chaque année, sur les routes polynésiennes. Une constante à laquelle souhaitent s’attaquer les autorités, et notamment la gendarmerie, avec une opération originale visant, à terme, à éradiquer des têtes des conducteurs les casques de sécurité non homologués ou trop usagés.
“La première phase de cette opération sera lancée le 1er février et se prolongera jusqu’à la fin avril”, détaille le capitaine Olivier Faure, officier adjoint à la circulation et à la sécurité routière pour la gendarmerie en Polynésie française.
“Sur décision du procureur de la République, nous allons proposer une alternative aux poursuites. Tous les conducteurs de deux-roues qui seront contrôlés par la brigade motorisée avec des casques non homologués auront le choix : soit régler l’amende de 16 100 Fcfp, soit venir à la gendarmerie avec la preuve d’achat d’un casque neuf, aux normes françaises ou européennes. Ils seront alors dispensés de payer l’amende”. Le casque non homologué sera dans le même temps remis aux autorités pour destruction.
Attention, l’intéressé devra se présenter rapidement, sous quinzaine, sous peine de devoir s’acquitter de l’amende quoiqu’il arrive.
 
Compter 8 000 Fcfp pour un casque homologué premier prix. “Trop de gens roulent encore avec ces demi-bols et autres casques de vélo cross ou de skate”, poursuit le gendarme, “des équipements qui n’apportent aucune protection en cas d’accident”. Pour mémoire, un casque homologué se reconnaît à l’étiquette blanche cousue sur la jugulaire et portant la mention NF (norme française) ou NE (norme européenne).
Dans sa seconde phase, vraisemblablement “à compter du second semestre 2015”, précise le capitaine Faure, l’opération renouvellement des casques sera étendue aux casques usagés. Pas d’amende dans ce cas de figure, mais un coup de pouce sous la forme d’un bon d’achat délivré en partenariat avec des fournisseurs et la Banque de Polynésie. Le montant de la ristourne reste à affiner.
Mais au fait, quand considère-t-on qu’un casque est usagé ? “Normalement, il faut le changer tous les cinq ans”, assène le capitaine Faure. “Mais je ramènerais le délai à trois ans, ici, en Polynésie française. Il y a le soleil, l’humidité, la transpiration, qui abîment plus vite ce type d’équipement”. L’officier qui rappelle aussi qu’un casque choqué ou ayant chuté par terre d’une hauteur d’un mètre est considéré comme défectueux et doit être changé.
Et pour finir ces quelques règles de bon sens : “La jugulaire doit être attachée, sinon le casque ne sert à rien, tout comme un casque trop grand, mal adapté, comme on en voit régulièrement sur la tête des enfants”.
 
Raphaël Pierre

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete