Sécurité routière : un permis îles en cours de préparation

    lundi 15 juin 2015

    “C’est le new loop.” Cette jeune étudiante du lycée hôtelier de Punaauia ne pouvait pas mieux résumer sa sensation, une fois sortie de la voiture-tonneau de la direction des transports terrestres (DTT), présente samedi dans l’enceinte de l’établissement lors de la dernière journée de prévention “Halte à la prise de risques sur les routes”.
    Comme l’a dit Maratai, 19 ans, une fois sorti de cette voiture censée reproduire des tonneaux sur la route lors d’un accident, c’était “Yeah. Si toutefois tu ressens une sensation comme cela lorsque tu as un accident, oh là là !”
    Sensibilisation réussie auprès des 200 à 250 étudiants présents samedi, dans la matinée, pour tester ces machines à sensibilisation mais surtout suivre un stage avec, à la clé, divers cadeaux à gagner dont un voyage, un scooter et 34 formations au permis de conduire, offerts par les partenaires privés, histoire de faire encore mieux passer le message auprès de ces conducteurs de demain.
    Les instances de l’État et du Pays ainsi que tous les acteurs privés impliqués dans la sécurité routière avaient fait le déplacement dans la matinée, côte ouest, pour cette énième action de sensibilisation auprès des jeunes.
    “Les jeunes sont des vecteurs intéressants pour diffuser des messages de sécurité routière”, n’a pas manqué de rappeler le haut-commissaire de la République, Lionel Beffre.
    “Ce sont eux les conducteurs de demain, je leur ai demandé de passer le message autour d’eux, auprès de leur famille, leurs futurs enfants, leurs amis”, a confié le représentant de l’État, rappelant que ce sont “les jeunes de moins de 25 ans qui sont à 55 % les victimes mortelles des accidents de la route”.

    Le nombre de morts ne baisse pas, mais les accidents et les blessés, oui. Mission : peut encore mieux faire, même si les chiffres sont encourageants après des années terribles sur les routes polynésiennes, d’autant plus que “le 0 mort, 0 blessé n’existe pas”.
    Il y a 20 ans, la Polynésie comptait 500 accidents par an, il y a dix ans, 300, alors que “seulement” 167 accidents ont été recensés en 2014 et que cette même année, on enregistrait -37 % de tués sur la route par rapport à l’année précédente.
    La “stratégie” semble payer, ainsi que les nombreuses campagnes de sensibilisation.

    “Améliorer les choses en matière de sécurité routière, c’est arriver à faire prendre conscience au public qu’il est l’acteur de sa propre sécurité”, a rappelé le colonel Pierre Caudrelier, commandant de la gendarmerie, également présent samedi dernier.

    “On ne peut se contenter de cela”, a martelé le haussaire, rappelant qu’il “y avait des routes plus dangereuses que d’autres” et que des mesures de prévention-répression ont été prises récemment pour y pallier.
    En effet, l’inquiétude est de mise du côté des forces de l’ordre, avec un premier trimestre plutôt mortel sur les routes de Polynésie.
    En point d’orgue, les jeunes donc, les deux-roues et la prise d’alcool et/ou de stupéfiants, sont le triptyque d’action à mener pour plus de sécurité.

    Albert Solia, ministre de l’Équipement, de l’Aménagement, de l’Urbanisme et des Transports intérieurs, lui aussi, était venu apporter de bonnes nouvelles.
    La première est la création d’un brevet de sécurité routière, pour tous les conducteurs de deux et quatre roues, d’engins et de véhicules qui circulent à moins de 45 km/h.
    La seconde – une première mondiale selon Albert Solia et son équipe –, un permis spécial archipels, appelé “capacité à la conduite”.
    Après une courte formation, le (déjà) conducteur pourra utiliser son véhicule quel qu’il soit, sauf pour les transports en commun et les transports de matières dangereuses, l’idée étant ensuite de faciliter la prise d’assurance, chose impossible sans permis.
    Le conducteur dudit permis (qui devrait commencer à être délivré, sans coût, au dernier trimestre) ne sera autorisé qu’à conduire sur son île (ou atoll).
    On n’a pas de pétrole mais on a des idées.

    Christophe Cozette

     

    REI 2015-06-15 11:38:00
    Un permis non valable pour Bora Bora, c'est bien dommage, heureusement que une autre opportunité se présente grâce a Madame Sandra DEXTER qui ouvrira dès la semaine prochaine son auto-école à Bora Bora.. Merci Sandra que nos jeunes puissent avoir des cours sur Bora Bora et l'obtenir car les derniers statistiques sans l'auto-école c'est seulement 1% de réussite
        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete