Habillage fond de site

Semaine du handicap : un bilan nuancé selon Henriette Kamia

dimanche 29 avril 2018

FEN_CC1_SemaineHandicapBilan« La Pointe Vénus est un très beau site mais, quand il pleut, ce n’est pas évident », souligne Henriette Kamia, présidente de la fédération Te Nui o te huma alors que la semaine du handicap organisée à Mahina est refermée. « Nos journées ont été rythmées par des conférences, des tables rondes, des ateliers de réflexion, des activités culturelles et sportives, sans compter tous nos stands d’information et d’exposition, qui ont beaucoup plu. C’était la semaine du handicap, il fallait que nos structures d’accueil soient présentes mais aussi, le fruit du travail de nos personnes handicapées comme le lapin en bourre de coco, qui a connu un franc succès. Les Staps, les 40 étudiants de l’Isepp nous ont filé un sacré coup de main, notamment pour les épreuves sportives traditionnelles », s’est félicité la présidente, qui a passé 30 ans de sa vie à faire reconnaître le handicap sous toutes ses formes, au fenua.

« Chaque année, cette semaine est une façon de nous faire entendre et de dresser un bilan. Chaque année, on invite tout le monde mais cette année, personne d’autre que le président et son gouvernement ne sont venus. Je n’ai pas compris ».

Selon Henriette Kamia, présidente de la fédération Te Nui o te huma, « l’accessibilité est toujours au cœur du problème ». « Accessibilité du savoir, de la lecture, à l’information »…

L’accessibilité des bâtiments est la priorité des priorités et fut longuement débattue au cours de la semaine. Le ministère de l’Équipement semble d’accord pour intégrer la fédération dans l’approche de futurs plans mais aussi « pour réaménager, si nécessaire, les bâtiments actuels ».

 

Éditer un guide pratique

 

Le bilan de tous les travaux organisés durant cette semaine passée, seront rendus le vendredi 18 mai à la fédération, à Arue. Après ce bilan, l’objectif de la fédération est de sortir un livre blanc en septembre, une sorte de guide pratique pour aider les entreprises à recruter, par exemple.

« Il faut aussi sensibiliser aussi les salariés lorsqu’un patron embauche un handicapé. Parfois, cela ne leur plait pas », confie la présidente de Te Nui o te huma, avouant « qu’on a encore beaucoup de travail de sensibilisation à faire ».

« Mais ça bouge. Aujourd’hui, on communique bien avec le Medef et la CPME, les organisations patronales. Quinze handicapés ont été mis en immersion professionnelle durant la semaine passée et une personne a été embauchée, vendredi. Je suis si heureuse. Et il risque d’y avoir d’autres d’embauches », se réjouit Henriette.

Une délégation fidjienne avec le président du forum du Pacifique du handicap, était également présente. A cette occasion, Henriette Kamia a monté une antenne francophone avec la Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna, dans cette instance internationale.

Tahiti devrait accueillir en 2021, une conférence régionale de cette organisation. « Il y a de bonnes choses à prendre de partout mais il semble qu’on est assez avant-gardiste au fenua », croit la présidente de la fédération, qui regroupe une vingtaine d’associations qui viennent en aide à une population estimée à 9 000 personnes.

Christophe Cozette

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete