Séminaire de l’Agence immobilière sociale de Polynésie française – 89 familles aidées en 2015

    vendredi 1 avril 2016

     L’Agence immobilière sociale (AISPF) a tenu son deuxième séminaire, hier matin, dans les locaux de l’IJSPF, à Pirae.  L’activité de l’AISPF
    est en croissance puisqu’elle a aidé 89 familles en 2015, contre 39 en 2009.  70 % des familles quittent l’AISPF avec une situation meilleure, après les deux années passées avec ce dispositif.

    À l’occasion du deuxième séminaire de l’Agence immobilière sociale (AISPF), sa présidente, Antonina Bambridge, a dressé le bilan de l’activité de cette structure tournée vers l’aide aux familles sans logement dont l’activité n’a cessé de se développer depuis sa création.
    “Notre objectif est de réussir l’accompagnement des familles en difficulté dans la réalisation de leur projet de vie tout au long des deux années pendant lesquelles elles bénéficient d’un logement attribué par l’AISPF. L’activité de cette dernière est en croissance puisqu’en 2009 nous avions intégré 39 familles pour 89 familles en 2015, mais cette croissance ne se fait pas sans difficultés.”
    Pour Antonina Bambridge, ces difficultés sont en effet de deux ordres.
    “La première difficulté découle de la pénurie en logements sociaux et la seconde tient à l’augmentation des impayés.
    En 2015, nous avons enregistré une progression de 59 % des impayés par rapport à 2014, soit un montant de 7 737 471 millions de francs alors que le cumul des impayés sur la période de 2009 à 2015 était de 13 364 282 millions de francs.
    Cette situation n’est pas supportable et tout sera mis en œuvre pour inverser cette courbe exponentielle, l’activité de l’AISPF en dépend.”

    Défaut de paiement des loyers, un échec

    Pour Antonina Bambridge, le défaut de paiement des loyers par certaines familles est avant tout un constat d’échec : “L’AISPF engage systématiquement des procédures à l’encontre des mauvais payeurs afin de faire respecter l’égalité de traitement entre toutes les familles, mais ce n’est pas sa vocation. Ces procédures interviennent après un cumul d’échecs, malheureusement nous avons le sentiment que pour certaines familles et accompagnants sociaux, intégrer le dispositif AISPF est une fin en soi, ce qui n’est pas le cas. C’est au contraire le début d’un processus de deux années qui devrait permettre à ces familles de s’installer durablement dans un logement et assumer les charges d’une famille ou plus simplement l’apprentissage de l’autonomie”.
    Malgré ce constat amer, Antonina Bambridge estime que le dispositif AISPF est une réussite pour la majorité des familles concernées.
    “70 % des familles quittent l’AISPF avec une situation meilleure après les deux années passées avec ce dispositif. C’est un succès indéniable et une grande satisfaction pour ceux qui s’y emploient.”
    Pascal Martin

    Lire aussi nos témoignages dans La Dépêche de Tahiti

    L’AISPF en chiffres

    • Nombre de locations dans le parc privé :
    En 2013 :  69 et 12 à l’issue du projet avorté de Te Ara Nui
    En 2014 : 65 et 12 à l’issue du projet avorté de Te Ara Nui
    En 2015 : 77 et 13 à l’issue du projet avorté de Te Ara Nui
    • La moyenne des loyers est de 85 000 F pour lequel la famille s’acquitte d’une somme équivalente à 30 %
    • Les subventions allouées par le Pays se montaient à 74 millions de francs en 2015 et 150 millions en 2016
    • Pour entrer dans le dispositif AISPF, une famille d’une ou deux personnes doit avoir des revenus mensuels inférieurs ou égaux à 152 914 F ; pour une famille de 5 personnes : 244 662 F ; pour une famille de 8 personnes : 336 410 F ; pour une famille de
    10 personnes : 397 576 F.
    • En 2015, 111 familles ont bénéficié du dispositif AISPF, soit
    432 personnes.
    • En 2015, le montant des impayés s’est élevé à 7 737 471 millions de francs, soit 12 364 282 millions depuis 2009.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete