Habillage fond de site

Sept ans ferme pour le prédateur sexuel

mercredi 4 avril 2018

3189_documentDans l’attente du délibéré, il reste tête baissée à manier son chapelet. Un comble pour celui qui a admis être allé au culte mormon pour cibler ses jeunes victimes. “Quand je vois des enfants, j’ai des pulsions pour les enfants”, a reconnu l’homme, hier, lors de l’audience du tribunal correctionnel, où il était jugé pour une série de faits sur deux frères mineurs alors qu’il était hébergé sous le toit du grand-père. Ce dernier s’était tout de suite rendu compte des méfaits commis par le trentenaire, membre de la même Église mormone, et avait porté plainte. Le jeune homme avait reconnu avoir procédé à des attouchements sur l’enfant de 11 ans, imposé une fellation et tenté de le sodomiser.

Durant l’instruction, l’intéressé avait reconnu les faits mais niait l’avoir contraint, car, dit-il, “on se tenait la main, comme un couple”. De son côté, l’enfant admet que le prévenu lui “disait des mots gentils, des ‘je t’aime’” et “qu’il ne m’a pas forcé mais j’avais peur de lui”.

En quatre jours et quatre nuits dans cette famille, le prévenu s’en est également pris au petit frère alors âgé de 9 ans.

Au tribunal, les juges semblent perdus par tous les aveux, car l’homme reconnaît des attouchements sur d’autres victimes, d’autres affaires seraient en instruction. L’expertise psychologique confirme des “pulsions pédophiles incontrôlables et intenses”. À la barre, le prévenu ne s’en cache pas : “Je n’arrive plus à m’en passer, il faut que je touche.” Et il reconnaît le mode opératoire en allant au culte pour repérer les enfants et inspirer ensuite la pitié aux membres de son Église en demandant la charité et en proposant d’aider les familles.

“C’est une stratégie”, a reconnu le jeune homme, décrit comme un affabulateur par ses sœurs, n’hésitant pas à se faire passer pour un docteur ou un gendarme, “pour me venger et emmerder les gens”, explique-t-il à la barre sans vouloir en dire plus. Le juge regrette par ailleurs le manque de communication entre ces familles qui ont préféré garder le silence et empêcher de nouvelles victimes avant de saluer l’attitude du grand-père ayant mis fin à ces agissements en allant porter plainte.

Alors qu’il était tout juste majeur, le prévenu s’en était également pris à un enfant de six ans en pratiquant une fellation sur lui. L’avocate de cette victime a demandé 1,2 million de francs de dommages au titre du préjudice moral. Cette première expérience sexuelle aura des répercussions sur la construction de son client. La première victime de 11 ans, elle aussi, porte les stigmates de sévices, souffrant d’insomnie et allant souvent à la douche, ayant l’impression d’être perpétuellement souillée.

Le prévenu aurait été, lui aussi, victime d’agressions sexuelles par son père adoptif, son cousin, puis ses voisins et ses camarades de classe. “J’ai fait cela car, moi aussi, j’ai été abusé. Cette blessure ne s’est jamais refermée en moi. Heureusement, la religion m’aide à faire sortir tout cela.”

Pour le procureur, “ces faits multiples et d’une extrême gravité” sont le fait d’un individu dont “le comportement est certainement à caractère pédophile et d’un prédateur”. Il a requis une peine d’au moins 6 ans de prison.

“Un comportement qui est normal pour lui. Mais appelons un chat un chat, c’est un pédophile”, s’est insurgé l’avocat des deux jeunes frères. Il obtient, lui aussi, satisfaction dans sa demande de réparation du préjudice moral : 1,2 million de francs pour le plus grand, 500 000 F pour le plus petit et 500 000 F pour chacun des grands-parents.

Les juges ont finalement condamné le prévenu à 7 ans de prison ferme avec une peine de sûreté aux deux tiers. Il écopera également de 3 ans supplémentaires s’il ne se conforme pas à son suivi sociojudiciaire durant 5 ans, l’obligeant à suivre des soins et l’interdisant de s’approcher de mineurs. Il a également été inscrit au fichier des déliquants sexuels. Il a été conduit en détention à l’issue de l’audience.

F.C.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete