Habillage fond de site

Un service de chimiothérapie de l’hôpital de Taravao

lundi 18 juin 2018

chiomio taravao

Quatre chambres ont été aménagées pour le confort des patients lors de l’administration du traitement. (© Anne-Charlotte Bouleau)


Opérationnel  depuis trois semaines, le service de chimiothérapie de l’hôpital de Taravao a été inauguré vendredi. La concrétisation de ce projet résulte d’un partenariat entre l’État et le Pays, pour un investissement de 28,2 millions de francs. Le personnel soignant et les associations se joignent à cet effort d’amélioration de la prise en charge des patients au quotidien.

C’était un rende z – v o u s annoncé et attendu. Le service de chimiothérapie de l’hôpital de Taravao, opérationnel depuis t rois semaines, a été inauguré en présence du ministre de la Santé, Jacques Raynal, de l’administrateur des subdivisions des îles du Vent et des îles Sous-le-Vent, Raymond Yeddou, de représentants associatifs et d’élus locaux, ainsi que de la directrice de l’établissement, Marie-Pierre Tefaafana, et des membres du personnel.

À l’issue de la bénédiction, les invités ont découvert les quatre chambres dédiées, aménagées dans l’aile du service de médecine, donnant sur le jardin intérieur.

Financée à hauteur de 22,5 millions de francs par l’État et de 5,6 millions de francs par le Pays, pour un montant total de 28,2 millions de francs (hors taxes), cette opération conjointe est synonyme d’avancée pour les usagers du sud de Tahiti, s’agissant notamment de la proximité des soins.

“L’inégalité était à la fois territoriale et sociale, privant la population de ce bassin important de ces d’équipements. Il y avait une double peine, avec la maladie à supporter et l’obligation de faire plusieurs heures de route, ce qui ajoutait de la fatigue et des dépenses”, a souligné Raymond Yeddou, tout en précisant que les efforts allaient se poursuivre dans le cadre du Plan Cancer 2018-2022, avec une enveloppe de 6 millions d’euros (715,9 millions de francs) allouée au financement de divers investissements, y compris dans les archipels, tandis que trois internes devraient rejoindre l’an prochain l’équipe d’oncologie du centre hospitalier (CHPF).

 

 

“On est sur une bonne lancée”

 

Après la récente inauguration d’un mammographe à Nuku Hiva, c’est donc au tour de la Presqu’île de faire un pas en avant dans l’amélioration de la prise en charge de la maladie.

“Il faut savoir que c’est un processus qui est un peu complexe sur le plan de l’organisation, puisque la préparation des produits doit être faite par un pharmacien dans des conditions particulières de sécurité, à Taaone. Les produits sont ensuite acheminés pour être délivrés aux patients, dans un délai maximum de 24 heures. Les contraintes sont à la fois techniques et humaines, car l’accompagnement des patients est aussi très important. C’est un traitement extrêmement délicat, qui nécessite une surveillance et un confort particuliers”, a précisé Jacques Raynal.

Sur ce dernier point, l’Association polynésienne d’aide aux personnes atteintes du cancer (APAC) et la Ligue contre le cancer ont financé des postes de télévision pour chaque chambre et des fauteuils pour la salle d’attente,
avec la contribution des élèves des Centres pour jeunes adolescents (CJA) de Tautira et de Vairao.

“C’est grâce à un travail en partenariat que ce projet a pu être mené à terme, pour le bien des patients. La chimiothérapie, c’est fatiguant. Être obligé de faire la route de Tautira ou de Teahupo’o jusqu’en ville, c’est épuisant. On est sur une bonne lancée, avec le mammographe aux Marquises et l’annonce de la mise en place de certaines chimiothérapies, de même qu’à Raiatea”, a remarqué Patricia Grand, présidente du comité polynésien de la Ligue contre le cancer.

Le ministre de la Santé a d’ailleurs confirmé que l’hôpital de Uturoa serait prochainement doté de chambres adaptées à la chimiothérapie.

Quant à l’hôpital de Taravao, l’équipe a six mois pour optimiser le fonctionnement de ce nouveau service.

 

A.-C. B.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete