Habillage fond de site

Il s’évade de la prison de Uturoa : “Je veux aller à Nuutania”

mardi 7 mars 2017

tribunal justice

“Je suis en prison pour faire ma peine, pas pour faire l’esclave”, s’est défendu le jeune prévenu. (© Florent Collet)

Protéger les victimes, protéger la société et parfois protéger le prévenu lui-même. C’est ce à quoi tend la justice lorsqu’elle rend ses décisions.

Le but n’a pas forcément été atteint pour N. V., un jeune homme de 22 ans jugé hier en comparution immédiate pour avoir profité que le gardien de la prison de Uturoa discute avec des détenus pour sauter par-dessus les grillages et prendre la fuite. Le jeune homme a été condamné, la semaine dernière, par le tribunal forain de Raiatea pour de nombreux vols.

C’est le même procureur qui a officié ce jour-là, et hier. Il a donc pu éclairer le tribunal sur la longue réflexion qui avait alors poussé les juges à estimer que, pour lui, “la prison est mieux que la liberté”. “Tout le monde était touché par sa situation personnelle”, a relaté le procureur.

SDF, le jeune homme n’a aucune famille, il vole pour manger. Une situation loin de le satisfaire. Son corps en porte les traces. Les nombreuses traces de scarification montrent qu’il a voulu en finir avec ses jours.

“Nous pensions qu’en prison, il pourrait retrouver une hygiène, suivre une formation, se faire un petit pécule s’il était désigné pour une corvée”, retrace le procureur.

Finalement, au bout d’une semaine, il a pris les clefs des champs, pour une nuit, il sera retrouvé pas très loin du centre détention le lendemain, presque comme si c’était volontaire.

“Je veux aller à Nuutania. Je veux être tout seul dans une cage, pas avec les autres”, explique-t-il à la barre après avoir détaillé ses difficultés sur l’Île sacrée. “J’ai eu peur des autres prisonniers. Ils veulent que je fasse leur vaisselle, leur linge, que je ne m’assois pas à certains endroits. Si je ne fais pas ce qu’ils me disent, s’ils me tapent, je suis foutu ; ils sont balèzes. Si je me fais taper là-bas, je préfère mourir tout de suite. Je suis en prison pour faire ma peine, pas pour faire l’esclave.”

Alors que le procureur requiert 3 mois de prison supplémentaires en précisant qu’il devra les purger à Nuutania où “il y a d’avantages de structures adaptées à son cas”, l’avocat de N. V. confirme que les détenus de Uturoa ont profité de sa fragilité. Son souhait a finalement été exaucé, il écope de deux mois de prison supplémentaires… à Nuutania.

 

 

F.C.

 

 

2
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete