Sida : efficacité validée d’un médicament préventif dans l’essai Ipergay

    mercredi 29 octobre 2014

    Un antirétroviral testé comme traitement préventif chez des homosexuels exposés au risque d’infection par le VIH/sida, dans le cadre de l’essai français Ipergay, a fait la preuve de son efficacité lorsqu’il est pris au moment des rapports sexuels.
    L’étude Ipergay a démontré « une efficacité très élevée » de la prévention médicamenteuse dite « à la demande », « de l’ordre de 80% de réduction du risque », a indiqué à l’AFP son coordinateur, le Pr Jean-Michel Molina (Hôpital Saint-Louis, Paris). 
    Du coup l’antirétroviral, le Truvada, va être mis à disposition de tous les participants de l’essai lancé en février 2012 par l’Agence nationale de recherche sur le sida (ANRS), soit un peu plus de 400 personnes, annoncé l’agence mercredi.
    Les résultats complets de l’essai devraient être disponibles début 2015.
    Ce médicament du laboratoire américain Gilead, combinaison de deux produits (Ténofovir + FTC), a été autorisé en juillet 2012 aux États-Unis comme premier traitement préventif. Mais ce n’est pas encore le cas en Europe.
    Ipergay étant un essai comparatif, les volontaires ont été répartis en deux groupes par tirage au sort, l’un recevant effectivement le médicament, l’autre recevant à la place un placebo, sans principe actif. Ni les participants, ni les médecins ne connaissaient le traitement reçu (essai dit « en double aveugle »).
    Mais une autre équipe est venue semer le trouble. Les responsables de l’étude PROUD, menée au Royaume-Uni cette fois, viennent de décider de donner Truvada à tous les participants à leur essai. Des résultats intermédiaires ont en effet montré que la prévention médicamenteuse -les spécialistes parlent de prophylaxie pré-exposition, ou PrEP- se révélait « hautement protectrice contre le VIH ».
    Au vu de cette décision, l’équipe française a décidé de « lever l’aveugle » de l’essai Ipergay avant son terme, c’est-à-dire de prendre connaissance des données sur le nombre de cas d’infection par le VIH dans les deux groupes (celui recevant Truvada et celui recevant le placebo).
    La différence entre les deux groupes est telle que l’ANRS a décidé de permettre à tous les participants de bénéficier du traitement par Truvada.
    L’essai va se poursuivre « pendant au moins un an », a précisé l’ANRS, afin désormais de vérifier le maintien du bénéfice du traitement préventif « à la demande » sur le long terme ainsi que sa tolérance. « C’est une avancée majeure dans la lutte contre le VIH. Les résultats d’Ipergay devraient faire évoluer les recommandations nationales et internationales en matière de prévention contre le VIH », a déclaré le Pr Jean-François Delfraissy, directeur de l’ANRS.
    L’association de lutte contre le sida Aides, associée à l’essai Ipergay, a salué la décision de l’ANRS. Elle a aussi demandé à la ministre de la Santé Marisol Touraine d’accélérer le processus d’examen de sa demande d’autorisation temporaire du Truvada comme traitement préventif chez les personnes à risques. « L’accès au Truvada doit être garanti pour toutes celles et tous ceux qui en ont urgemment besoin », a-t-elle déclaré dans un communiqué.
    L’essai Ipergay se distingue d’autres essais de prévention médicamenteuse par une prise de l’antirétroviral dite « à la demande », c’est-à-dire uniquement avant et après les rapports sexuels, et non pas en continu.
    Il s’inscrit par ailleurs « dans un cadre global et combiné de prévention » : conseils personnalisés de prévention, dépistages répétés, distribution de préservatifs…
    L’efficacité observée du médicament ne doit pas « faire oublier que le préservatif reste la pierre angulaire de la prévention », a d’ailleurs souligné le Pr Molina.
    Chaque année en France, plus de 6 000 personnes découvrent leur séropositivité. Les hommes ayant des relations sexuelles avec les hommes représentent 42% des nouveaux cas.
    Truvada a un coût élevé : environ 10 000 euros par an en cas de prise quotidienne, ce qui rend hypothétique son utilisation dans les pays en développement.
     
    AFP

    Marian 2015-02-06 20:32:00
    Je suis toujours surpris chocs et ce grand miracle qui se est passé dans ma famille, mon mari et je ai été de différentes maladies Je ai été testé VIH positifs l'an dernier Octobre et mon mari était séronégatif Je étais tellement surpris parce qu'il était encore malade à ce moment-et qui nous conduisent à l'hôpital, mais le médecin a confirmé qu'il avait des problèmes rénaux. depuis que nous avons dépensé de l'argent partout dans obtenir des médicaments de l'hôpital différent, je étais à la recherche à travers l'Internet de l'aide quand je ai vu un commentaire des gens parler sur la façon dont le Dr Paul Emen a aidés à guérir leur maladie VIH et d'autres maladies, je n 't croire mais je viens de choisir de donner essayer de les herbes et je l'ai contacté par ce e-mail (okonofuatem99@gmail.com) et on m'a dit ce qu'il faut faire même si la mienne était plus stressant que celui de mon mari différentes herbes a été envoyé pour nous deux. À ma grande surprise, après mon mari et moi allons patiemment par le traitement que l'instruction qui nous est donnée par cet homme appelé Emen et nous sommes allés pour un examen médical et le résultat était négatif et le nouveau confirmé que mon mari nous avons tout à fait correct, même notre médecin a été confondue il a dit qu'il n'a jamais vu ce genre de miracle avant. Dr Paul Emen nous vous remercions très bon travail dans notre vie de et Dieu vous bénira pour le bon travail que vous faites. vous contacterons aussi ce grand et puissant homme si vous avez un problème via son adresse e-mail: okonofua_solution_tem99@hotmail.com. vous pouvez ainsi lui +2348153930869 appeler.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete