Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Le site de Taputapuatea inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco

lundi 10 juillet 2017

archives LDT

Le marae Taputapuatea est l’un des marae les plus importants de Polynésie française, tant par la symbolique qu’il porte
que par son caractère international. Ce site est au cœur même de la mythologie et de l’ancienne religion de la Polynésie de l’Est. (© Photo : archives LDT)


Hier, le paysage culturel de Taputapuatea a été admis au patrimoine mondial de l’Unesco au cours de la 41e session du Comité du patrimoine mondial, qui s’est déroulée à Cracovie, en Pologne. Cette désignation est l’aboutissement d’un travail mené depuis vingt ans par des associations et les gouvernements successifs. Désormais, la Polynésie française doit boucler deux autres dossiers : celui des Marquises et l’inscription du ‘ori Tahiti.

Le paysage culturel de Taputapuatea est officiellement inscrit au patrimoine mondial de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco).
Plus de 2 000 hectares couvrant terre et lagon, autour du plus mythique marae du triangle polynésien, ont été reconnus et seront désormais protégés.
Les paysages culturels sont définis par l’Unesco, qui a créé cette catégorie en 1992, comme “des œuvres conjuguées de l’être humain et de la nature”, qui expriment “une longue et intime relation des peuples avec leur environnement”.

L’annonce a été faite, hier, au cours de la 41e session du Comité du patrimoine mondial de l’Unesco qui s’est déroulée à Cracovie, en Pologne.
Le président du Pays, Édouard Fritch, le ministre de la Culture, Heremoana Maamaatuaiahutapu, le maire de Taputapuatea, Thomas Moutame, et l’ensemble de la délégation de la Polynésie française qui avait fait le déplacement pour soutenir la candidature de Taputapuatea, ont exprimé leur joie à l’annonce officielle de cette inscription au patrimoine mondial.
Cet événement, historique, a également été salué par de nombreuses délégations présentes pour cette grande première pour le monde polynésien.

Dans son discours de remerciements, Édouard Fritch a souligné l’importance de cette reconnaissance de l’histoire et de la culture polynésienne par des instances internationales (lire ci-dessous).
Situé sur l’île de Raiatea, le marae de Taputapuatea est considéré comme le berceau de la civilisation et des migrations polynésiennes. Cette reconnaissance “nous va droit au cœur” et suscite une “joie immense”, a déclaré le président du Pays.

 

Initié par la Jeune chambre économique

 

Cette inscription est le fruit d’un long travail, d’associations, de la commune, des services du Pays, et de l’État, afin de présenter le dossier devant l’Unesco.
Le dossier monté a particulièrement convaincu les états membres.

Plusieurs pays, le Portugal, la Turquie, le Koweït, la Tanzanie, les Philippines, le Zimbabwe, la Jamaïque, la Corée du Sud, Cuba, la Tunisie ou encore la Pologne, ont ainsi publiquement soutenu la candidature de Taputapuatea et souligné la qualité du dossier présenté.
Édouard Fritch a annoncé la poursuite des travaux.

“Vous entendrez encore parler de la Polynésie, de sa danse, le ‘ori Tahiti, qui exprime le lien entre l’être et la nature, et qui est désormais pratiquée sur les cinq continents. Et des îles Marquises, trésor des trésors.”
Le projet de classement du marae de Opoa au patrimoine mondial intervient après une longue route dont le point de départ s’est fait en 1997 avec la Jeune chambre économique (JCE) de Polynésie française.

Les autres sites inscrits sont la ville historique de Yazd (République islamique d’Iran), l’île sacrée d’Okinoshima et sites associés de la région de Munakata (Japon), les Ouvrages de défense vénitiens du XVIe au XVIIe siècles : Stato da Terra et Stato da Mar occidental (Italie, Croatie, Monténégro), le Kujataa au Groënland : agriculture nordique et inuite en bordure de la calotte glaciaire (Danemark), les Grottes et l’art de la période glaciaire dans le Jura souabe (Allemagne), les mines de plomb, argent et zinc de Tarnowskie Góry et son système de gestion hydraulique souterrain (Pologne) et la cathédrale et monastère de l’Assomption de l’île-village de Sviajsk  (Fédération de Russie).

 

Bertrand Prévost

 

Capture d’écran 2017-07-10 à 10.37.06

 

Capture d’écran 2017-07-10 à 11.04.53

 

Capture d’écran 2017-07-10 à 11.05.44

 

Capture d’écran 2017-07-10 à 11.06.21

325
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete