Habillage fond de site

Six ans ferme pour avoir tabassé la mamie

mardi 7 novembre 2017

tribunal

Auteur et victime sont de la même famille élargie, ce qui n’a pas empêché Ama H. de passer à tabac Suzanne T. âgée de 70 ans, pour lui soutirer de l’argent. (© archives LDT)

Cette affaire n’avait pas pu être jugée en août à cause notamment des injures et des menaces proférées dans la salle d’audience. Les magistrats du tribunal correctionnel ont donc préféré la renvoyer à hier.

Les faits remontent à la nuit du 10 au 11 août. Ama H., âgé de 28 ans, s’était alors introduit par infraction au domicile de Suzanne T. (70 ans), dans le quartier Teauna, à Pirae.

Auteur et victime sont de la même famille élargie et vivent sur le même terrain. Le premier, sous l’emprise de l’alcool et du cannabis, se dirige alors dans la chambre de la seconde pour y dérober de l’argent.

Cependant, la septuagénaire se réveille. Pour éviter que Suzanne T. n’appelle à l’aide, son agresseur l’étrangle, puis lui assène des coups violents au visage, avant de tenter de l’étouffer avec un oreiller.

La mamie perd ensuite connaissance, et le jeune homme prend la fuite avec la somme de 19 000 F. Un butin qui sera dépensé pour acheter de l’alcool et de la drogue.

“Tout ce déchaînement de violence pour une somme dérisoire.” C’est le discours qu’a tenu le procureur de la République, dans son réquisitoire, hier, à l’encontre d’Ama H.

 

Des séquelles physiques

 

Suzanne T. reprend connaissance vers 1 heure du matin, mais son état physique ne lui permet pas de prévenir les secours.

“Je ne pouvais plus marcher et je ne voyais pas grand-chose avec tout le sang sur mon visage. J’ai dû ramper pour me rendre dans la salle de bains”, a confié la septuagénaire à la cour.

Elle attendra qu’une amie l’appelle sur son portable vers six heures du matin pour alerter les secours.

Selon les experts médicaux sollicités pour cette affaire, Suzanne T. pourrait conserver des séquelles d’un traumatisme crânien.

Cette dernière a expliqué “ne plus rien sentir du côté gauche de son visage et de ne quasiment plus rien entendre de l’oreille gauche”.

Au-delà des souffrances physiques, son avocat a tenu à souligner le traumatisme psychologique de sa cliente.

“Elle n’est plus rentrée chez elle depuis son agression parce qu’elle est terrorisée”, affirme-t-il.

Ama H. n’en était pas à son premier larcin puisqu’il a été condamné à trois reprises par le passé pour vol, en 2009, 2011 et 2015. Mais jamais il n’a été reconnu coupable d violences envers une personne.

Le jeune homme semblait même avoir repris sa vie en main avec un contrat CAE, à la mairie de Pirae, depuis février.

“Pourquoi avoir repris vos mauvaises habitudes alors que tout semblait aller dans le bon sens pour vous ?”

C’est par cette question que le président du tribunal à chercher à interpeller Ama H., un peu amorphe, lors de l’audience.

Il écope finalement de sept ans de prison ferme, dont un an de sursis, avec mise à l’épreuve et un suivi psychologique.

 

Compte-rendu d’audience D.T.

200
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete