Six mois de prison ferme pour le boit-sans-soif qui rosse un épicier

vendredi 9 janvier 2015

On voulait continuer à boire…” C’est l’explication donnée par François, jeune homme de 21 ans, chef de file d’une bande de quatre jeunes copains impliqués dans le passage à tabac d’un épicier de 62 ans, dans la nuit de mardi à mercredi chez lui à Papetoai. Convoqué hier après-midi au tribunal correctionnel pour y être jugé en comparution immédiate, le boit-sans-soif a écopé de 12 mois de prison dont six mois ferme avec mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Nuutania.
La victime, qui a trouvé la force de se déplacer au palais de justice, arborait hier un tricot aussi rouge que son œil gauche encore injecté de sang, stigmate de la pluie de coups qui s’est abattue sur lui, il y a trois nuits. Ses agresseurs l’avaient choisi car ils savaient que l’homme, un épicier de 62 ans, pas trop regardant, vendait de l’alcool de jour comme de nuit. Pour dépanner.
 
“J’ai cru que j’allais mourir, j’étouffais…” Arrivé en bas de chez lui, un premier larron, mineur – il sera jugé plus tard devant le juge des enfants – appelle le brave homme qui s’est endormi. Ce sont finalement les cris de ses chiens qui réveilleront le sexagénaire. Persuadé pour sa part que les tristes sires préparaient un mauvais coup, l’épicier descend et va vérifier qu’il ne manque rien dans sa réserve. Mais il a tort de baisser la garde. François, 21 ans, le surprendra par-derrière quelques minutes plus tard alors que le malheureux lui tournait le dos, soulageant la nature contre un arbre. S’en suivent plusieurs coups de poings au visage. À terre, François immobilise sa victime par une clé de bras, l’étrangle pendant que son jeune complice le frappe à son tour. Les deux autres ne veulent pas prendre part à la curée et se tiennent à l’écart.
“J’ai cru que j’allais mourir, j’étouffais…”, a témoigné la victime à la barre, persuadé qu’il n’a dû son salut qu’à l’intervention de sa femme. Réveillée par tout ce chahut, la vahine a immédiatement appelé les secours, provoquant la fuite de François et sa bande.
“Nous avons affaire à quatre jeunes qui ont bu de l’alcool toute la soirée et qui ont montré qu’ils étaient prêts à tout pour en trouver dès qu’ils n’en avaient plus”, a fustigé le représentant du ministère public, rappelant la gravité des faits avant de requérir une peine de l’ordre de six mois de prison ferme : “Un vol avec violence occasionnant 20 jours d’incapacité totale de travail, on n’a pas cela tous les jours…”.
Invité à s’exprimer en dernier, le jeune homme a simplement déclaré qu’il n’avait “pas envie d’aller à Nuutania”. Insuffisant. Le tribunal a jugé l’agression trop grave et même son casier judiciaire vierge n’a pas suffi à lui éviter la détention.
 
Compte rendu d’audience Raphaël Pierre
 

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete