Habillage fond de site

Six mois ferme pour s’être exhibé et masturbé devant une mineure

mardi 31 juillet 2018

Y.T. n’avait gardé sur lui que son t-shirt et s’était présenté devant la chambre de Z.K., 17 ans, avant de se masturber devant elle. (© Désiré Teivao)

Y.T. n’avait gardé sur lui que son t-shirt et s’était présenté devant la chambre de Z.K., 17 ans, avant de se masturber devant elle. (© Désiré Teivao)

C’est le visage fermé et l’air un peu gêné que Y.T., 44 ans s’est présenté hier à la barre du tribunal correctionnel. Ce dernier comparaissait pour des faits d’exhibition sexuelle, de violation de domicile et de vol, commis le 9 octobre 2017 et le 14 novembre 2017 à Papara.

Tout d’abord dans la nuit du 9 au 10 octobre, Y.T. s’introduit dans le jardin de E.K. avant de se diriger vers la terrasse. Au préalable, le prévenu prend le soin de se déshabiller et ne garde qu’un t-shirt sur lui. Il se présente ensuite devant la chambre de Z.K., fille de E.K., âgée de 17 ans, et se met à se masturber. La jeune fille, alertée par la lumière sur la terrasse, se rend alors compte de sa présence et se met à crier.

Y.T. s’enfuit immédiatement. Le prévenu ne sera pas reconnu ce soir-là, mais une plainte est déposée auprès de la gendarmerie.

 

Retrouvé grâce à sa casquette

 

Un mois plus tard, le 14 novembre, Y.T. “succombe de nouveau à ses pulsions” comme l’a indiqué le président du tribunal et retourne encore au domicile de E.K.

Ce dernier voit passer une ombre sur la terrasse et remarque immédiatement la présence du prévenu. Il l’interpelle, mais Y.T. arrive encore à s’enfuir. Dans l’empressement, il oublie sa casquette sur les lieux et emporte celle de Z.K.

Les analyses ADN pratiquées sur sa casquette permettront de le confondre, et il est interpelé au début du mois de juillet par les forces de l’ordre. Hier, lors de son procès, le président du tribunal a voulu le faire réagir sur ses actes. “Est-ce-que vous avez pensé aux effets qu’auraient pu provoquer le fait de vous masturber devant une mineure ?”

Y.T. apparemment encore très gêné baisse la tête, avant de lâcher : “Je suis séparé de ma femme, et c’est très dur pour moi”. Le prévenu indique également à la barre comment il a repéré la jeune fille : “Je l’avais vue une fois à un arrêt de bus à Papara. Et un copain savait où elle habitait et il me l’a dit”.

Au vu de son casier judiciaire qui fait mention de deux condamnations, dont notamment une déjà pour exhibition sexuelle survenue en 2003, le procureur a requis une peine de deux ans de prison dont un an ferme, et son maintien en détention.

L’avocate de Y.T. a plaidé le fait que son client “s’était tenu à carreau pendant une dizaine d’années avant de succomber à nouveau”. Puis de plaider des heures de travail d’intérêt général pour son client en affirmant que “l’incarcération ne lui fera pas du bien. Par contre des soins et du travail pourraient lui faire du bien et occuper son temps”.

Après en avoir délibéré, le tribunal a condamné Y.T. à une peine de 12 mois de prison dont six mois ferme, avec obligation de suivre des soins. Et il devra également verser la somme de 50 000 F à la victime.

 

Compte rendu d’audience D.T.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete