Habillage fond de site

Six mois avec sursis pour la bande des “fleurs du mal”

mercredi 17 avril 2019

Jean-Claude Tang, membre du cabinet du président du Pays (au centre), a été condamné hier à six mois de prison avec sursis dans le cadre d’une affaire d’importation frauduleuse de plantes interdites… au profit de son épouse Myrna. Il a annoncé son intention de faire appel. Photo : Damien Grivois

Jean-Claude Tang, membre du cabinet du président du Pays (au centre), a été condamné hier à six mois de prison avec sursis dans le cadre d’une affaire d’importation frauduleuse de plantes interdites… au profit de son épouse Myrna. Il a annoncé son intention de faire appel. (Photo : Damien Grivois)

Magouille familiale, appât du gain, irresponsabilité, conflit d’intérêts, mélange des genres, absence de remords et dysfonctionnements au sein d’un service administratif du Pays. Cette affaire a été qualifiée de “fleurs du mal”, par l’avocat du Pays, Me Gilles Jourdainne. Jean-Claude Tang, son épouse Myrna, Patricia Hoata et Hans Rauscher ont été condamnés à six mois de prison avec sursis, ainsi qu’à des amendes jusqu’à deux millions de francs et à des amendes douanières équivalentes au double du bénéfice espéré. Un cinquième prévenu, qui n’avait pas participé à l’importation frauduleuse, a été relaxé.

Leur faute : avoir délibérément mis en péril, début avril 2017, la biosécurité et l’équilibre écologique de la Polynésie française en important des plantes prohibées. Des végétaux achetées au marché de Rungis à Paris, à l’occasion d’un déplacement en délégation au salon de l’agriculture.

Le tout avec la connivence d’au moins un agent de la biosécurité locale pourtant officiellement en repos ce jour-là. Lequel agent, selon le président du tribunal, a “fort opportunément” tamponné les documents permettant de sortir du contrôle sanitaire les 22 cartons remplis de 3 500 plants d’orchidées, d’oiseaux de paradis, de broméliacées, de gingembres, d’anthuriums, de palmiers, de citrus, de ‘opuhi …

L’introduction d’une grande majorité de ces plantes est interdite, ce que tous les prévenus savaient parfaitement puisque qu’ils travaillent tous pour ou en relation avec la filière horticole. Ce sont les douaniers qui, en vérifiant que le contenu des cartons, ont constaté qu’il ne correspondait pas aux documents.

 

Jean-Claude Tang tente l’argument politique

 

Bien qu’il s’en défende, Jean-Claude Tang apparaît comme un personnage central du dossier. Et même, selon la procureure Monique Rouzaud, “l’instigateur qui a tout mis au nom de sa femme pour éviter les soucis personnels”.

Or, Jean-Claude Tang n’est pas “n’importe qui” et il se plaît à le rappeler. Cet ancien agent du service du développement rural (SDR) (en charge de la prévention) est devenu en 2014 conseiller du président du Pays pour les questions agricoles. Conséquence selon lui de cette affaire, il a été “rétrogradé” dans le cabinet d’Édouard Fritch à la fonction de chargé de mission.

C’est grâce à la carte professionnelle dont Jean-Claude Tang disposait au titre de la chambre d’agriculture que Patricia Hoata et Hans Rauscher, horticulteurs privés qui reconnaissent leur participation, ont pu réaliser des achats pour Myrna Tang au marché de gros de Rungis.

Jean-Claude Tang conteste les faits et n’exprime en conséquence aucun remord. Il a annoncé son intention de faire appel. L’avocat du Pays, partie civile, estime que “spécialistes des plantes” , ils étaient parfaitement informés. Et redoute une “pratique rodée avec la connivence de certains services administratifs”.

La procureure demande au tribunal d’infliger aux prévenus une “peine d’avertissement” de trois mois de prison avec sursis, assortie d’amendes jusqu’à deux millions de francs.

Les avocats de la défense contestent l’intention délictueuse et attaquent la cohérence de la réglementation locale en matière d’importation de végétaux. Au final, les quatre prévenus écopent donc d’une peine plus sévère que celle demandée par le ministère public.

 

Compte rendu d’audience Damien Grivois

 

jean claude tng trib

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous qu’un Tahitien peut enfin s’imposer à domicile cette année à la Tahiti Pro Teahupo'o ? Si oui, lequel ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete