Habillage fond de site

Sixième édition de Fight like a girl

mardi 28 novembre 2017

self defense

La sixième édition de Fight like a girl s’est déroulée samedi dernier, sous le préau de la MJC, à Pirae. (© Jean-Marc Monnier)


La sixième édition de Fight like a girl s’est tenue dans le cadre de la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Démonstrations d’arts martiaux, de self-défense et de sports de combat étaient au programme. L’objectif était de prouver aux femmes qu’elles sont en mesure de se défendre.

La Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes a été l’occasion, pour le club Tahiti Fisfo Kultur (TFK) self défense, d’organiser, samedi dernier, à Pirae, la sixième édition de l’évènement Fight like a girl (FLAG).

Dès le début de matinée, et cela malgré la pluie, plusieurs dizaines de femmes se sont retrouvées sous la halle des sports de la Maison des jeunes et de la culture, derrière le stade Pater.

Elles ont d’abord pu assister à des démonstrations d’arts martiaux, de self-défense et de sports de combat, réalisées par les membres des différents clubs présents.

Réparties ensuite par groupe, elles ont enchaîné sur des séances d’initiation à l’autodéfense, dans des ateliers tenus par des professeurs et des élèves.

“L’objectif de cette journée est de prouver aux femmes qu’elles sont en mesure de se défendre face à une agression physique, et cela quel que soit leur âge ou leur condition physique”, explique Mere Fevre, présidente et instructrice du club TFK.

 

Atelier contre les attaques en voiture

 

Grâce à ces mises en situation, la centaine de vahine présentes a  pu constater que l’apprentissage des règles de base pouvait réellement leur permettre de faire face à de nombreux types d’agressions.

L’usage des bons gestes, mais aussi le recours à divers objets, postures et comportements, peuvent en effet véritablement mettre l’agresseur en fuite, limiter les dégâts et donner l’alerte.

Un atelier “carjacking” ou d’attaque lorsque l’on est en voiture leur était même proposé afin de savoir comment réagir face à ce type d’agression très spécifique.

À noter enfin que la championne de mixed martial Arts (MMA) Hani Flore, marraine de l’événement, était elle aussi présente afin d’encourager la gent féminine à se lancer, peut-être pas dans le MMA comme elle le pratique, mais au moins dans un des nombreux arts martiaux qui sont à sa disposition en Polynésie.

L’essentiel étant d’être prête à réagir en cas de besoin, les attaques étant hélas nombreuses, ici comme ailleurs.

Jean-Marc Monnier

 

FLAG

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French Bee, compagnie aérienne low cost, enchaîne les retards, annulations ou “problèmes techniques”. Pour vous :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete