SOCIAL – La Confédération syndicale des agents communaux de Polynésie “reprend du service”

    vendredi 17 juillet 2015

    La Cosac veille. Après avoir mené toutes les batailles face à la mise en place de la fonction publique communale, “une sous-fonction publique, un mauvais copié-collé”, la Confédération syndicale des agents communaux de Polynésie (Cosac) se replace sur le devant de la scène sociale, alors qu’à Paris des discussions ont lieu en ce moment même, à l’Assemblée nationale et au Sénat, autour du projet de loi relatif à la modernisation du droit de l’outre-mer. Le syndicat des agents communaux a tenu une conférence de presse hier matin, à la mairie de Papeete, pour évoquer cette réforme, chose peu facile entre “les succès des Tiki Toa et le Heiva”, comme s’est amusé Vetea Heller, vice-président de la confédération. Comme l’a rappelé la Cosac, la fonction publique communale a été mise en place depuis le 1er août 2012. Décidé par une ordonnance prise en 2005, ce statut a vu modifier son ordonnance d’application, en 2011, “unilatéralement et de manière radicale”, dénonce la centrale syndicale. Selon cette dernière, “les agents communaux ont perdu la garantie et la sécurité de l’emploi et toute évolution de carrière prévue par leur contrat d’origine, qu’ils ont souscrit et qui a été validé par l’État, sans pouvoir faire appel à l’inspection du travail.” Depuis ce temps-là, la pilule n’est pas passée et la Cosac a mené la bataille face “à cette intégration forcée”, en 2012 et 2014, dans les rues de Papeete et de Polynésie.
    Depuis la dernière en mars 2014, des discussions tripartites (État, maires et organisations syndicales) visant à conserver des dispositions contractuelles initiales des agents communaux, ont eu lieu. Mais, car il y a un mais, le texte présenté à l’Assemblée nationale ne reflète plus les discussions tripartites. Et donc la Cosac se place.
    “Pour l’instant, à Paris, les discussions continuent, la modification de l’article 73 démarre, nous attendons la modification de l’article 9 et nous proposons au Pays, des alternatives pour régler définitivement le problème des agents non titulaires” a précisé Vetea Heller, qui ne voit pas de motifs à faire grève, pour le moment. De plus, selon lui, seuls 1 000 agents ont rejoint la nouvelle fonction publique communale, 3 400 restent “dans le foutoir”. Sur les discussions en cours, la Cosac note néanmoins un point positif. En effet, l’échéance est désormais fixée à 2018 (en juillet) pour intégrer la fonction publique communale où, d’ici là, les propositions de la Cosac auront trouvé un écho favorable. Ce nouveau délai “est une bonne chose en soi pour permettre aux communes de mieux se préparer”, reconnaît le document officiel remis à l’issue de la conférence de presse.
    Tout en restant vigilant sur la situation actuelle et à venir, la Cosac propose entre autres (lire ci-dessous), des solutions comme celle-ci, par exemple : “On pourrait, après tout, basculer et donner la compétence des communes au Pays”, envisage Vetea Heller. “Le FIP représente 16 milliards de francs aujourd’hui, 14 milliards du Pays, un milliard de l’État et un milliard d’un fonds qui est destiné à la Polynésie, mais c’est l’État qui le gère. Quatorze milliards d’un côté, deux de l’autre. Pour reprendre Michel Rocard, “qui paie contrôle”.” Que cela soit sur les propositions ou les discussions, Vetea Heller reste confiant, en attendant un rendez-vous présidentiel alors que le locataire de l’assemblée, Marcel Tuihani, a reçu la Cosac. “Nous allons attaquer sur tous les fronts, social et sur le terrain”, a prévenu le leader. “Nous ne nous sommes pas des avocats de profession, mais nous nous sommes fait les avocats du diable pour défendre les agents dans les communes. Toutes les pistes ont été utilisées pour que nous puissions rectifier le tir. Il est encore temps avant l’intégration. Trois ans, c’est peu, mais c’est toujours ça”. L’espoir fait vivre, c’est bien connu.

    Christophe Cozette

    Lire l’intégralité de l’article dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete