Social : le point sur l’OPT, la CPS, EDT, et l’huilerie de Tahiti touchée à son tour

    jeudi 2 avril 2015

    • CPS
     
    Les salariés grévistes de la CPS ont assisté au vote à l’assemblée concernant la convention État – Pays sur le retour au financement de l’État au régime de solidarité.
    Il s’agissait pour eux de constater que le paragraphe 4, article 2.1 qui mentionnait la « finalisation de la renégociation de la convention d’entreprise de la CPS » avait bien été amendé par le président du gouvernement, Edouard Fritch, comme ce dernier s’était engagé à le faire. A l’issue du vote, les grévistes se sont déclarés satisfaits et prêts à discuter du deuxième point de cet article concernant « l’utilisation de toutes les marges de manœuvres possible pour dégager des gains de productivité ».
     
    Du côté de la direction, Régis Chang, directeur de la Caisse, et Yves Laugrost, président du conseil d’administration du régime des salariés, ont fait une mise au point.
    Déjà, le conflit n’entrave le fonctionnement de la Caisse que de manière substantielle :  « Nous avons mis en place une organisation particulière qui fait que la CPS fonctionne, les évasans aussi et les médecins conseils ont été déployés dans les antennes. » Si le siège de la CPS n’est pas ouvert, c’est pour des raisons de sécurité : « L’autorité en charge de la sécurité, à savoir la ville de Papeete, nous a rappelé que l’accès des véhicules de secours au siège de la CPS ne pouvaient se faire à cause des barrages mis en place devant les accès. Il n’est pas question de déroger aux règles de sécurité pour un établissement recevant du public », a expliqué Régis Chang.
    Yves Laugrost a voulu rectifier « certaines affirmations mensongères » concernant le directeur général : « Les chiffres concernant les augmentations que se serait octroyé le directeur général sont complètement faux. La seule rémunération supplémentaire, de 250 000 Fcfp, qui a été autorisée par l’administrateur provisoire, après consultation orale d’un certain nombre de personnes, dont A tia i Mua, Otahi et la CSTP/FO, concerne celle qui couvre la gestion des SCI confiée à Régis Chang. »
    En ce qui concerne le « malaise socioprofessionnel » à la CPS, Régis Chang note l’évolution des revendications : « On est passé du harcèlement, à un management pervers et maintenant à un management inapproprié. On voit bien que ces discours évoluent selon les personnes qui les tiennent. Dans le préavis il n’y a pas cette notion de harcèlement, et à ce sujet je me réserve le droit d’agir en justice le temps voulu pour diffamation. En ce qui concerne le malaise socioprofessionnel, j’ai mis en place des réformes courageuses et difficiles qui ont induit un management différent compte tenu de la rapidité à laquelle il a fallu les mettre en place. S’il est normal qu’il y ait de la résistance au changement, dire que le malaise est à mettre uniquement sur le compte du directeur et prétendre que tout ira mieux quand je serais parti est totalement inapproprié », a-t-il expliqué.
     

    • OPT
     
    Les grévistes de l’OPT étaient également à l’assemblée espérant rencontrer leur ministre de tutelle, qui n’est autre que le président du gouvernement. La rencontre n’a pas eu lieu. Mais un protocole d’accord a été signé dans la nuit de jeudi à aujourd’hui, à minuit.
     
     
    • Huilerie de Tahiti 
     
    Au tour de l’Huilerie de Tahiti de subir les affres des conflits sociaux. Les salariés sont en grève depuis ce jeudi.
     
     
    • EDT
     
    Des discussions sont actuellement en cours pour éviter la grève.
     
     
     
    Plus d’infos dans notre édition de samedi 4 avril
     

    LEPETANT 2015-04-04 05:46:00
    Les nantis font la grève afin d'obtenir encore plus de privilèges. Ce n'est pas propre à la Polynésie. C'est ainsi dans le monde entier. Jusqu'au jour où la population excédée se révolte.
    Paul conscience 2015-04-03 22:05:00
    TAMAORI, tu te trompes de cible, c'est le chantage et la magouille qui ne paient pas de nos jours. Tu devrais remercier internet de t'exprimer librement, ça doit êtres pénible de se ramasser un pave dans la mare, Mais tu ne m’apprends rien tout, tu ne sais pas argumenter alors en terme de cours du soir donne ton opinion explicative, maintenant concernant la jalousie, y'a pas de quoi se vanter de gagnez de l'argent sur le dos du polynésien qui bosse, apparemment t'a l'air de prendre le maohi pour des idiots alors que la CPS est déficitaire ! Ça c'est la dure réalité ! Alors descend de ton cocotier, enlèvent tes œillères qui t'aveuglent.
    yoyo 2015-04-03 14:40:00
    Mr paul conscience ; post plus que juste rien à dire de plus, TAMAORI ; la réalité c'est que votre petit arrangement avec G FLOSSE et les FLOSSISTE n'a pas marché. ! Pas de jours de grève payée puisque vous n'avez pas voulu suspendre votre mouvement après la réception du courrier du président !!! Vous avez douté de sa parole ok vous en payerez le prix .Le tahoeraa et vos syndicats vous les payeront. De plus bloquer les accés d'une entreprise est une faute lourde qui justifie le licenciement du DS qui l'a mis en œuvre !! il y a des précédents demandez à CSIP !!! MAHINA et une autre commune
    De plus vos syndicats sont d'accord pour plus de productivité ce qui signifie faire plus de travail avec autant voir moins d'argent !!! Vu que vous êtes tous débordé et fatigué la seule solution sera de faire votre boulot comme maintenant et de supprimer les billets d'avion ;Ou vous pouvez tout garder et licencier, en faisant faire plus de travail à ceux qui reste et au faignant si il y ena; Vous pouvez aussi jouer eb diminuant les arrêts maladie. Mise en place des jours de carence . Bref pour garder tout vos avantages et tout votre personnel vous allez devoir faire baisser le cout de foctionnement . PRODUCTIVITE !! et vos syndicats votent pour !!! Ils vous la mettent profond et sans vaseline si je peux me permettre cette métaphore graveleuse. Vos BOSS eux c'est pas la productivté qui va les étouffer.Ils ont fait leurs mouvements de l'année. Après repos au CESC et à la centrale
    Tamaori 2015-04-03 13:33:00
    Mr Paul Con, va travailler au lieu de perdre ton temps sur Internet, la jalousie ne paye pas ! Espèce d'idiot, prends des cours du soir pour revenir à la réalité
    Paul conscience 2015-04-03 00:45:00
    Vous avez bien raison Mr Régis CHANG mettez les au tribunal pour diffamation et demandez des dommages et intérêts. Croyez-moi, Mr le directeur, ils vont revendiquez la lune sous la forme de prétextes démagogiques et pendant qu’on y est, vos fonctions de directeur mais sans responsabilité d’un directeur. Ils n'ont pas de l'aval du CA de la CPS ni l’aval du gouvernement pour demander votre démission, Ils ne sont que 40 pour cent de fainéant à faire grève, ils n'ont même pas la majorité du personnel de leur coté. Depuis le départ, ils prennent le gouvernement et les administrés Polynésiens pour des cons en déclenchant un mouvement de grève pour des revendications bidon, je viens de voir les infos sur TNTV ; l’amendement fait disparaitre de la convention état-pays toute mention à la convention interne de la CPS à été adopté. Cela devrait suffire à satisfaire les meneurs de ce mouvement. Eh, non, comme d’habitude, on voit ce délégué arrogant Mr Helme celui qui se vantait d’obtenir 2/3 de grévistes dans sa poche imaginaire la semaine dernière à la télé qui en rajoute encore une couche, il veut rencontrer les autorités pour discuter de la direction en générale ! Voila, encore un rigolo qui a la grosse tête.
    Mr Yves LAUGROSTE, on a lu la convention interne de la CPS on très très loin de la surenchère spéculant dans les couloirs syndicale pour badauds illettrés et bien sur médiatique, Allez on débute les enchères officieuses et officielles : 4 500 000 FCP, 4 000 000 FCP, 3 500 000 FCP, 3 000 000 CFP, 2 500 000 CFP de salaire annoncé par les centrales syndicales mythomanes. Vous devez rester ferme face à des maitres chanteurs de bas étages qui nous font un grand caca nerveux médiatique, pas de négociation avant ou après la libération des accès et surtout jours grevés, jours non payés. Les fainéants n’ont cas s’adresser au 3 saint parmi les saints selon les règles évangélique de GALENON le truand, de BARBU l’infidèle, du taulard LEGAYIC et aux connards de délégué syndicaux de les payer. Cela fera des économies à la CPS et beaucoup de bien à la collectivité des polynésiens cotisants qui n’ont la chance de bosser dans la climatisation, ni leurs avantages. Menez ce combat la avec dignité, défendez nos valeurs que l’argent ne tombe pas du ciel, qu’il faut le mériter pour le gagner ! Un dicton que je répète à mes gosses adolescents que dans ce bas monde, rien n’est gratuit. Vous n’êtes pas seul, vous avez l’opinion publique qui vous soutient à 200 pourcent ainsi que les 60 pour cent de bosseurs non grévistes. Méfiez vous de ces gugusses, Ils ont déjà annoncé la couleur, on n’est pas dupe, ce n’est pas fini, ils vont remettre le couvert HAPAARI, devant ces méthodes douteuses qui n’ont rien à voir avec la noblesse du syndicalisme HAPAARI, ne lâchaient rien, c’est important c’est une question de principe MEA MA HAPAARI.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete