Société – Évasans en hausse ?

    mercredi 20 juillet 2016

    Les évasans nocturnes semblent être nombreuses depuis quelque temps, pour certains riverains du CHPF. (Photo : archives LDT)

    Les évasans nocturnes semblent être nombreuses depuis quelque temps, pour certains riverains du CHPF. (Photo : archives LDT)


    Le bal (nocturne) des hélicos

     

    “Cela fait quelques semaines qu’un hélicoptère passe au-dessus de la maison”, a écrit à La Dépêche un habitant de Pirae.

    Contactée par nos soins, la mairie ne semble pas avoir de plaintes de riverains même si certains avaient, il y a quelque temps maintenant, manifesté leur mécontentement suite aux essais réalisés, avant l’inauguration de l’hélistation de l’hôpital du Taaone, en mars.

    “Même si je conçois que c’est certainement un progrès pour la réactivité face à des situations d’urgences sanitaires, ça engendre de réelles nuisances sonores qui étaient jusqu’alors inexistantes. J’ai l’impression qu’un soir sur deux, l’hélico passe au-dessus de la maison. Et certains soirs, plusieurs fois. C’est assez pénible”, a expliqué ce riverain.

    Des propos confirmés par d’autres administrés de Pirae, certains n’habitant pas dans la proximité du CHPF. Selon nos informations, rien d’anormal, ni de trafic en hausse des évasans.

    Ce n’est pas l’hôpital qui gère l’arrivée des urgences, qui sont dictées par des critères médicaux, sur lesquels s’appuie le Samu. Si l’évasan à faire, se situe à Tahiti ou Moorea, c’est l’Écureuil bleu de Tahiti Helicopters, qui est chargé de l’évacuation sanitaire mais de jour uniquement.

    Si, la personne à rapatrier au CHPF est située sur une île plus lointaine et/ou de nuit (dès le coucher du soleil), c’est le Dauphin interministériel, seul habilité à se poser de nuit sur le toit de l’hôpital, qui est réquisitionné à la demande du haut-commissariat.

    Mais ce dernier, plus imposant, occasionne plus de bruit, d’où les remarques des riverains.

    Côté chiffres, les prévisions sont tenues, sur les 550 évasans annuelles environ (soit une quarantaine par mois environ, 70 à 80 vont être réalisées par hélicoptère, permettant un gain de temps appréciable sur les transferts (Pirae-Taravao en 35 minutes au lieu d’une heure et demie à 2 heures en véhicule et Pirae-Moorea en 20 minutes, pour un coût identique à l’avion). Des transferts, de jour comme de nuit.

     

    C.C.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete