Habillage fond de site

Une « soirée aux chandelles », un geste pour la planète samedi 24 mars

jeudi 15 mars 2018

Cent établissements du fenua proposeront un dîner aux chandelles, le 24 mars mais il est aussi possible de remplacer ses ampoules par des bougies ce soir-là, chez soi, pour faire un geste pour l’environnement.

Cent établissements du fenua proposeront un dîner aux chandelles, le 24 mars mais il est aussi possible de remplacer ses ampoules par des bougies ce soir-là, chez soi, pour faire un geste pour l’environnement.

« Éteins la lumière. » Andy Tupaia l’a chanté. A nous de le faire, désormais, comme le propose le collectif Earth Hour, qui a présenté le programme de sa 6e édition en faveur de l’environnement, hier matin, à la CCISM, partenaire. L’opération se tiendra le 24 mars durant une heure, mais pas uniquement. Earth Hour a commencé comme une idée visant à unir les habitants de la ville de Sydney en Australie en 2007. D’une seule ville, Earth Hour s’est étendue à 178 pays et territoires, représentant plus de 12 700 monuments éteints et témoignant du rôle que jouent les individus dans l’action climatique.

Depuis, Earth Hour a promu des actions individuelles pour protéger les forêts, les océans et la faune, et a encouragé des comportements et des modes de vie durables à travers le monde. Des soirées thématiques sur ces thèmes seront d’ailleurs données à la CCISM, avant le 24 mars (lire encadré). La Polynésie française a intégré officiellement le mouvement Earth Hour en 2013 avec une « soirée aux chandelles » organisée par quinze hôtels, bars, restaurants et pensions de famille à travers le fenua.

Plus de 100 établissements participent

La CCISM, en partenariat avec AB&B Consulting et Earth Hour Tahiti, lance donc la 6è édition de l’opération « soirée aux chandelles » samedi 24 mars sur l’ensemble de la Polynésie française. Ce sont plus de cent établissements qui ont rejoint cette initiative dont plusieurs dans sept îles autres que Tahiti. La Chambre de commerce a proposé aux établissements de restauration (hôtels, bars, restaurants, roulottes, snacks) de s’approprier l’événement en proposant à leur clientèle une soirée aux chandelles dans une ambiance tamisée, cosy. En plus de cette ambiance romantique, comme l’a rappelé le propriétaire du restaurant Ô Belvédère, ils proposeront des avantages aux clients ce soir-là, à découvrir sur place.

Il est également suggéré, pour ceux qui ne souhaitent pas sortir, de dîner aux chandelles chez eux. En effet, la symbolique du mouvement Earth Hour qui consiste à éteindre les lumières non essentielles durant une heure se tiendra samedi 24 mars, entre 20h30 et 21h30. La planète entière fera de même, à partir du 23 mars, avec un démarrage en Nouvelle-Zélande pour se terminer par le fenua. « Si on peut entraîner les clients et leurs enfants à faire un petit geste pour la planète, on dit toujours oui », indique une des restauratrices qui participe au mouvement. « Les deux dernières fois, ils ne voulaient pas qu’on rallume les lumières alors on les a coupées pendant quatre heures », confie t-elle.

Afin de susciter l’intérêt du public, la CCISM organise un jeu-concours qui consiste pour les dîneurs à prendre en photo leur plat et à le poster sur la page de l’événement, créée spécialement sur la page Facebook de la CCISM. De nombreux lots offerts par les restaurateurs seront à gagner après un tirage au sort. Les clients auront également la possibilité de faire gagner leur restaurant préféré puisque les trois établissements qui auront obtenu le plus de photos de leurs clients gagneront les trophées Fetia, nouveautés de cette édition Earth Hour 2018.

Christophe Cozette

 

 

Le programme des quatre soirées thématiques

Du lundi 19 au jeudi 22 mars, de 17h00 à 18h30, dans l’amphithéâtre de la CCISM, quatre soirées thématiques consacrées à l’océan, l’énergie, les citoyens et les déchets seront données dans le cadre de Earth Hour. L’entrée est gratuite.

– Lundi 19 mars, Olivier Pôté, directeur de la Fondation FACE, sur la thématique « Citoyens : vers une révolution sociale en Polynésie française ? »

– Mardi 20 mars, Dominique Morvan, chef d’édition à Univers polynésiens, sur la thématique « Énergie : pour une stratégie énergétique en phase avec la nature »

– Mercredi 21 mars, Noelyn Faussane, gérante de l’épicerie ECO Vrac, sur la thématique « Déchets : traitement des déchets, le dossier impossible »

– Jeudi 22 mars, Hinano Murphy, présidente de l’association Te pu Atiti’a de Moorea, sur la thématique « Océan : la langue et la culture, moyens de préservation de l’environnement »

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

French bee propose un aller retour PPT - San Francisco à moins de 40 000 F :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete