Soldes : plus de 350 commerçants jouent le jeu

mercredi 28 janvier 2015

Des prix à la baisse, voilà ce dont a besoin la population après les fêtes de fin d’année. Les premiers soldes de 2015 ont commencé ce matin et se poursuivent jusqu’au 10 février. Des cartons jaunes, rouges et verts affichant des
-50 % ou -30 % feront le bonheur de ceux qui ont dû se serrer la ceinture durant tout le mois de décembre, et qui pourront ainsi renouveler leur garde-robe sans se ruiner.
Des promotions attrayantes seront effectives sur les vêtements (féminins et masculins), équipements sportifs, accessoires et autres articles. Cette année, ils sont plus de 350 commerçants à participer aux soldes. “C’est un chiffre qui revient chaque année”, commente Odile Tcheou, responsable de la cellule action commerciale à la chambre de commerce, d’industrie, des services et des métiers (CCISM). “Généralement, ce sont les mêmes commerçants qui participent à toutes les périodes de soldes. Ils sont souvent issus du textile”, ajoute-t-elle.
Certains jouent le jeu et baissent leurs prix au maximum tandis que d’autres ne peuvent pas se le permettre, crise oblige. Pour beaucoup de commerçants, le chiffre d’affaires n’est plus ce qu’il était autrefois. Une grande partie d’entre eux voient de moins en moins de clients franchir le pas de leur porte. Participer aux soldes devient pour quelques-uns plus préjudiciable que profitable.
Quelques semaines après la nouvelle année, les commerçants font un constat unanime : “En janvier, les gens n’ont pas d’argent”. Après une succession de fêtes, les clients n’ont en effet, plus rien à dépenser, en attendant celles qui arrivent, la Saint-Valentin, le Nouvel An chinois, Mardi gras, etc. C’est donc sur une période creuse que commencent les soldes. Mais la majorité des négociants gardent espoir. “Les clients achètent de moins en moins, mais en général, ils profitent des soldes pour faire leurs courses.”
D’autres, en revanche, préfèrent ne pas se voiler la face. “Je ne pense pas que cette période de soldes sera bénéfique pour le chiffre d’affaires, ça ne nous servira pas à grand-chose.” Chez Tahiti pas cher, les soldes du mois de janvier ne seront pas au rendez-vous. “Nous préférons attendre le mois de septembre, parce qu’il faut de la matière pour faire des soldes”, explique le gérant du magasin.
 

Un “déstockage massif”

 
Les commerçants participant aux soldes adoptent ainsi des stratégies différentes, sans trop savoir laquelle est la bonne. L’heure est à l’urgence, c’est-à-dire qu’il faut pouvoir déstocker un maximum d’articles pour laisser place aux nouveaux arrivages. Simple à dire, mais dans la pratique, l’opération est plus difficile. Là où la crise passe, les commerçants trépassent. Ils se préoccupent davantage à se débarrasser des invendus de l’année plutôt que de faire jouer la concurrence avec des prix affriolants.
“Je ne regarde pas vraiment ce que font les autres pour les soldes, ni les prix qu’ils choisissent de mettre”, confie le gérant du magasin Yu Lin. Lorsque le chiffre d’affaires n’est plus rentable, répondre à la demande de la clientèle, suivre les dernières tendances ou encore innover devient une nécessité. “Je n’aime pas copier et je n’aime pas que l’on me copie”, renchérit-il.
Pour Samuel Baucher, manager chez Olympians Sport, “le but des soldes, ce n’est pas de faire de la concurrence. C’est vraiment l’occasion de faire un déstockage massif.” Dans sa boutique entièrement consacrée aux équipements sportifs, il a prévu de solder environ 200 produits. “Nous soldons tout ce qui n’a pas été assez vendu dans l’année”, explique Samuel Baucher.
“Il faut liquider le stock pour faire de la place aux nouveaux arrivages. Nous ne voulons pas garder des articles qui peuvent dépérir.” Les consommateurs pourront donc trouver des chaussures, vélos d’appartement, vêtements, raquettes de tennis ou encore des paniers de basket à très bas prix. “Nous avons baissé les étiquettes jusqu’à 85 % du prix de base.”
Mais se débarrasser de toutes ses réserves en seulement deux semaines relève de l’impossible pour certains commerçants. “Nous avons prévu de participer aux soldes, mais nous prolongerons la période jusqu’au 28 février”, explique une vendeuse. D’autres préfèrent s’y prendre à l’avance, en faisant des promotions tout au long de l’année. C’est par exemple le cas chez Quiksilver, où certains articles sont bradés à 50 %. Réduire les prix hors période de soldes est devenu monnaie courante car “maintenant, la vie est dure”.
Nicole, vendeuse chez Top News, reste néanmoins confiante quant aux ventes qui seront réalisées durant cette période. “Nous avons bien vendu pendant les fêtes et à la rentrée. Je ne pense pas que les soldes ne marcheront pas.”
 
N.Y.

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete