Habillage fond de site

Sous les plastiques, la plage

samedi 10 août 2019

Les échantillons de plastiques retrouvés sur la plage. (© TSP)

Les échantillons de plastiques retrouvés sur la plage. (© TSP)


Des missions de trois jours à une semaine se sont déroulées sur sept atolls des Tuamotu. La TSP et le collectif Nana sac plastique ont mené ces déplacements. Messages d’information et collecte de déchets s’y sont déroulés, avec de mauvaises surprises à la clef.

Récemment, la Tahitienne de secteur public (TSP), en partenariat avec l’association Nana sac plastique, s’est rendue dans différents atolls des Tuamotu pour y mener une campagne de nettoyage des plages et de sensibilisation de la population.

Ils répondaient alors à un appel d’offres de la Direction de l’environnement (Diren) sur sept îles : Arutua, Apataki, Kaukura, Rangiroa, Manihi, Tatakoto et Tureia. Les missions se sont déroulées sur des périodes allant de trois jours à une semaine.

Les intervenants ont été surpris par ce qu’ils ont découvert sur les plages, sur place. Moea Pereyre, membre de l’association Nana sac plastique, Kihi Tuiho et Rava Sachet, de la société TSP, ont ramené avec elles une ribambelle de déchets différents, dont certains ne peuvent pas provenir de la Polynésie française.

Bouteilles en plastique allemandes, shampooing russe, emballages fidjiens, plastiques chinois en tous genres accompagnaient nos canettes, nos plastiques et surtout nos résidus de filets de pêche et de nacres.

La catastrophe écologique du plastique gangrène les plages de Polynésie française, y compris celles qui sont éloignées des îles de la Société, les plus consommatrices et émettrices de plastiques.

 

Un vortex de plastique non loin des Gambier

 

À un peu plus de 500 kilomètres au sud-est de Rikitea, un vortex (gyre) de plastique s’est formé autour d’une île de Pitcairn.

L’île Henderson est aujourd’hui mondialement connue pour être recouverte de déchets plastiques en tous genres et de toutes provenances.

Mais ces déchets se promènent aussi sur nos côtes. Récemment, des sacs plastiques pour emballer des calamars ont été retrouvés aux Marquises et sur d’autres îles. La partie visible, brutale, d’une pollution plus lente et plus massive sur nos côtes.

Non loin du gyre d’Henderson, les îles des Tuamotu de l’Est sont touchées. Le plastique y circule de plus en plus, sans parler des dispositifs de concentration de poisson (DCP) venant des thoniers chinois qui se “perdent” dans nos eaux.

Si la population n’est pas responsable et subit cette pollution, la TSP et le collectif Nana sac plastique ont essayé d’aider ces populations à se passer du plastique.

Sur place, les membres de la TSP ont aidé les populations à nettoyer certains endroits de leurs atolls. Près de 2 tonnes par atoll (17 m3) ont été renvoyées pour être traitées à Papeete.

 

Retour aux sources

 

En parallèle à ces opérations de nettoyage, des messages de sensibilisation ont été passés pour que chacun revienne au panier niau. “C’est quand même extraordinaire que l’on continue à faire des chapeaux et des paniers de manière traditionnelle pour les touristes, que l’on mange dans des feuilles de bananiers ou autres, que l’on fasse cuire à l’ancienne, qu’on leur offre des paniers en niau… et que, quand tout le monde est parti, on aille sur le motu avec barquettes de riz en plastique, les sacs plastiques, les couverts en plastique”, s’étonne Moea Pereyre, membre du collectif Nana sac plastique. “Il y a des choses à revoir.”

Aussi, des cours de tressage ont été mis en place. Des ateliers pour cuire son poisson de différentes façons aussi, ainsi que des ateliers pour fabriquer son liquide vaisselle, sa lessive, et même son shampooing et son dentifrice.

Un retour aux sources qui semble évident, mais que beaucoup, même dans les atolls éloignés du brouhaha de la ville, oublient.

 

Bertrand Prévost

 

atelier 2

Retour aux sources avec les paniers niau, dans l’atelier 2. (© TSP)

DCP

Sur un atoll, un pêcheur s’est amusé à conserver toutes les bouées et tous les GPS des DCP chinois qu’il a pu trouver. Cela inquiète par le nombre. (© TSP)

plastique

Du plastique en pagaille. (© TSP)

ramassage

Les enfants ont participé aux ramassages.(© TSP)

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pensez-vous qu’un Tahitien peut enfin s’imposer à domicile cette année à la Tahiti Pro Teahupo'o ? Si oui, lequel ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete