Habillage fond de site

Sri Lanka – Les attentats sont une “réponse” au massacre de Christchurch

mercredi 24 avril 2019

Revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), les attentats qui ont fait 321 morts, dont 38 étrangers, et 500 blessés le dimanche de Pâques dans des églises et des hôtels du Sri Lanka visaient apparemment à venger le massacre commis le mois dernier dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. /Photo prise le 23 avril 2019/REUTERS/Dinuka Liyanawatte

Revendiqués par le groupe Etat islamique (EI), les attentats qui ont fait 321 morts, dont 38 étrangers, et 500 blessés le dimanche de Pâques dans des églises et des hôtels du Sri Lanka visaient apparemment à venger le massacre commis le mois dernier dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande. /Photo prise le 23 avril 2019/REUTERS/Dinuka Liyanawatte

Revendiqués par le groupe État islamique (EI), les attentats qui ont fait 321 morts, dont 38 étrangers, et 500 blessés le dimanche de Pâques dans des églises et des hôtels du Sri Lanka visaient apparemment à venger le massacre commis le mois dernier dans deux mosquées de Christchurch, en Nouvelle-Zélande, a déclaré hier un ministre sri-lankais.

Le secrétaire d’État à la Défense, Ruwan Wijewardene, a précisé que deux groupes islamistes srilankais, le National Thawheed Jama’ut (NTJ) et le Jammiyathul Millathu Ibrahim, étaient responsables de ces attentats coordonnés.

Les Nations unies ont précisé que 45 enfants figuraient parmi les morts. Les attentats suicides ont visé trois églises et quatre hôtels. Ils ont été revendiqués hier par l’EI, via son organe de propagande Amaq. L’EI ne fournit aucune preuve à l’appui de sa revendication. “Les premiers éléments de l’enquête montrent qu’il s’agit de représailles à l’attaque contre les mosquées en Nouvelle-Zélande”, a déclaré Ruwan Wijewardene devant le Parlement.

Le mois dernier, un Australien de 28 ans, Brenton Harrison Tarrant, a abattu 50 personnes qui priaient dans deux mosquées de la ville néo-zélandaise de Christchurch, et diffusé le carnage en direct sur Facebook. Hier, le Premier ministre srilankais Ranil Wickremesinghe a déclaré qu’il pouvait effectivement y avoir “des liens” entre les attentats de dimanche et l’EI. Il a également jugé “possible” que ces attentats aient été une réponse aux fusillades de Christchurch.

Certains des kamikazes s’étaient rendus à l’étranger et avaient regagné le Sri Lanka, a-t-il précisé.

 

Avertissements indiens

 

La police sri-lankaise a arrêté une quarantaine de personnes depuis les attentats, dont un ressortissant syrien. Le gouvernement de Colombo a reconnu avoir reçu des services secrets indiens, dix jours avant Pâques, des informations selon lesquelles le National Thawheed Jama’ut envisageait d’attaquer des églises.

Un rapport des services de renseignement daté du 11 avril mettait en garde contre un tel risque mais, selon une source gouvernementale, le Premier ministre Ranil Wickremesinghe n’a pas été informé de cette menace en raison de ses désaccords politiques avec le président Maithripala Sirisena.

Le chef de l’État avait limogé Wickremesinghe l’an dernier mais avait dû le rétablir dans ses fonctions sur décision de la Cour suprême. Depuis, le Premier ministre était toutefois écarté des réunions consacrées aux questions de sécurité. Maithripala Sirisena a précisé que le rapport des services de renseignement n’avait pas été porté à sa connaissance et a annoncé qu’il entendait remplacer le chef d’état-major des forces armées dans les prochaines 24 heures.

“Je vais complètement restructurer la police et les forces de sécurité dans les prochaines semaines. Je prévois de remplacer les responsables de la défense dans les prochaines 24 heures”, a-t-il dit dans une déclaration télévisée à la nation. “Les responsables de la sécurité qui ont reçu le rapport de renseignement d’un pays étranger ne m’en ont pas fait part. Des mesures appropriées doivent être prises. J’ai décidé de prendre des mesures fermes contre ces responsables”, -t-il ajouté.

Selon des sources indiennes et sri-lankaises, les services de renseignement srilankais ont encore été informés par l’Inde de la possibilité d’une attaque imminente deux heures avant les explosions. Un deuil national a été décrété hier au Sri Lanka et trois minutes de silence ont été observées en hommage aux victimes.

 

Reuters

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, qui sera élue Miss Tahiti 2019 :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete