Habillage fond de site

Le St. Regis et le Hilton Moorea à nouveau à vendre ?

jeudi 21 décembre 2017

À Tahiti, il se dit que tous les hôtels sont toujours à vendre.  Le groupe chinois Hainan ne ferait pas mentir l’adage et serait prêt à se séparer des deux hôtels acquis au fenua, il y a moins de deux ans. (©DR)

À Tahiti, il se dit que tous les hôtels sont toujours à vendre. Le groupe chinois Hainan ne ferait pas mentir l’adage et serait prêt à se séparer des deux hôtels acquis au fenua, il y a moins de deux ans. (©DR)

La rumeur enfle depuis qu’au début décembre, Standard & Poor’s a rétrogradé la note du Hainan Group de B+ à B, c’est-à-dire “spéculatif” – lire “risqué”. Le Hainan Group, qui a acquis en avril 2016 deux des fleurons de l’hôtellerie polynésienne, le St Regis de Bora Bora et le Hilton Moorea, chercherait à se séparer d’actifs estimés à plus de six milliards de dollars US, dont ces deux propriétés rachetées à Louis Wane. 

Le Hainan Group, fondé en 1993 par un ancien pilote de l’armée populaire de libération pour le compte de la province de Hainan, a été lentement privatisé par ses dirigeants et est devenu un puissant conglomérat, classé 170e dans la liste Fortune 500. Son portefeuille d’actifs est estimé à 145 milliards de dollars et les revenus annuels, majoritairement générés hors de Chine, atteindraient 90 milliards de dollars.

Mais le groupe est également lourdement endetté – 104 milliards, soit dix fois son bénéfice brut d’exploitation – auprès des banques chinoises (China Development Bank et Export and Import Bank of China), après une orgie d’acquisitions qui se monte à 40 milliards de dollars depuis début 2016. 

C’est ainsi que Hainan Group est devenu le plus gros actionnaire de la Deutsche Bank  (9,9 %) et possède 25 % de Hilton Worldwide, achetés 6,5 milliards de dollars en octobre 2016. Fin 2016, le gouvernement chinois définissait une nouvelle stratégie économique nationale visant à décourager les investissements hors de Chine pour les rediriger vers “l’économie réelle.” 

En juin, Pékin a lancé l’offensive contre plusieurs entreprises chinoises soupçonnées de poser un « risque systémique » à l’économie, et trop exposées dans certains secteurs désormais jugés dangereux, comme le tourisme. Hainan est une des premières cibles du gouvernement de Xi Jinping. 

Depuis le début de la semaine, le Wall Street Journal et Bloomberg se sont fait l’écho de l’intention de Hainan de vendre de nombreuses propriétés commerciales dans le monde : il est question de plusieurs immeubles de bureaux à New York et à Londres, à San Francisco et Minneapolis, et deux resorts en Polynésie française. 

Dans ces conditions, on peut se demander quelle suite sera donnée à la lettre d’intention signée en 2016 avec le Pays pour développer un hôtel et un golf de neuf trous à Atimaono, ainsi qu’à la desserte par Hainan Airlines de Tahiti.

C.P

Désiré Teivao
0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete