Habillage fond de site

Stanley Cross ressort sa robe d’avocat

mercredi 3 avril 2019

Stanley Cross souhaite s’engager aux côtés d’Oscar Temaru à l’ONU mais surtout, veut défendre le maire de Faa’a dans le procès qui l’attend le 18 juin prochain. (© archives LDT)

Stanley Cross souhaite s’engager aux côtés d’Oscar Temaru à l’ONU mais surtout, veut défendre le maire de Faa’a dans le procès qui l’attend le 18 juin prochain. (© archives LDT)

Cinq ans après avoir remisé sa robe d’avocat au placard, l’avocat Stanley Cross reprend du service. Révélée par Radio 1, l’information a été confirmée par ce dernier, qui souhaite s’engager aux côtés d’Oscar Temaru à l’ONU mais surtout, souhaite défendre le maire de Faa’a dans le procès qui l’attend le 18 juin prochain dans le cadre du financement par des fonds publics de la radio politique Radio Tefana. Un procès similaire à ceux qui ont déjà conclu à des condamnations dans le cadre de Radio Bleu et Radio Maohi.

“En voyant ce qui arrivait à Oscar Temaru après qu’il a déposé le 2 octobre dernier, une communication au Tribunal pénal international de La Haye pour crimes contre l’Humanité contre les présidents de la République de la France pour ces trente ans d’essais nucléaires chez nous, j’ai eu ce sentiment désagréable de vivre le remake de l’affaire de notre metua Pouvanaa a Oopa de 1958-1959”, nous a écrit Stanley Cross hier.

“Quand vous êtes le témoin direct de ce que j’appelle, n’en déplaise à certains, un “assassinat politique”, il m’était difficile de rester un simple spectateur, sachant que le combat s’engagera dans les prétoires du palais de justice. Et puis, il était de mon devoir de citoyen maohi indépendantiste de me lever, de reprendre ma robe d’avocat, ce d’autant que ce porte-parole de l’indépendance de notre pays depuis plus de 40 ans, est un ami de longue date.”

On refait le match Stanley Cross poursuit : “J’étais là lorsque Oscar Temaru a été démis de ses fonctions de représentant à l’Assemblée de Polynésie et j’en ai été profondément bouleversé.”

Pêle-mêle, le mari de Tina Cross, elle aussi très engagée auprès d’Oscar Temaru, refait le match judiciaire qui a conduit à la perte du mandat à l’Assemblée de la Polynésie française. Une décision de justice que l’avocat a toujours en travers de la gorge et qu’il continue de contester. “Vous ne pouvez pas ne pas crier à l’injustice lorsque, dans l’affaire des comptes de campagne des élections territoriales d’avril-mai 2018, vous relevez que : le rapporteur de la Commission nationale des comptes de campagne et des formations politiques avait proposé l’approbation des comptes de campagne d’Oscar Temaru et le remboursement pour plus de 8 millions de francs sur plus de 14 millions de dépenses de campagne, et qu’il ne sera pas suivi par les membres de la commission ; le rapporteur public au Conseil d’État a demandé dans ses conclusions qu’il n’y a pas lieu de prononcer de peine d’inéligibilité à l’encontre d’Oscar Temaru et qu’à la grande stupéfaction des professionnels du droit, le Conseil d’État ne suivra pas les conclusions du rapporteur public.”

La goutte d’eau, ce sera le placement en garde à vue du leader indépendantiste. “Il est clair à mes yeux qu’après son mandat de représentant à l’Assemblée de Polynésie, c’est aujourd’hui le mandat de maire de la commune de Faa’a que les autorités visent maintenant.”

Stanley Cross conclut aussi que ce métier d’avocat lui avait manqué. “La vérité est qu’ils (les collègues avocats, ndr.) m’ont beaucoup manqué durant ces 5 années où j’ai eu cette sale impression de vieillir trop vite.”

 

B.P

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Pour cette rentrée scolaire, vous avez fait le plein de cartable :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete