Habillage fond de site

La Startup Cup Polynésie dans les starting-blocks

jeudi 1 mars 2018

Les participants devront présenter leur projet de startup devant un jury composé de représentants de la CCISM, d’Avis Pacificar, d’EDT Engie, de la Banque Socredo et de l’OPT.

Les participants devront présenter leur projet de startup devant un jury composé de représentants de la CCISM, d’Avis Pacificar,
d’EDT Engie, de la Banque Socredo et de l’OPT.

Pour encourager l’entrepreneuriat au fenua, la Chambre de commerce, d’industries, des services et des métiers (CCISM) a décidé d’organiser, entre les mois de mai et juillet, la première Startup Cup Polynésie.

Pendant cette période, les personnes désirant y participer pourront prendre part à huit ateliers d’“émergences d’idées”. Ces ateliers seront organisés dans huit communes différentes. Papeete, Pirae, Faa’a, Punaauia, Moorea, Raiatea, Bora Bora et une île des Marquises seraient au programme.

“Au cours de ces demi-journées d’ateliers, les participants ne doivent pas forcément venir avec une idée de start-up en tête”, a indiqué Julien De Sousa, responsable de l’événement. Puis de préciser : “Ils ou elles peuvent participer parce qu’ils ont envie de résoudre un problème. Par exemple, le trafic et les embouteillages à Tahiti. En présentant ce problème, des équipes peuvent se constituer autour. Après, des exercices seront pratiqués par des animateurs, qui permettront de comprendre d’où vient le problème et d’envisager plusieurs solutions. On encourage, par ce biais, la créativité. Enfin, le but de ces ateliers est de permettre aux porteurs de projet d’aboutir à un concept pour régler ce problème.”

Innovations au service des grands groupes

Ce concept est ensuite présenté à un jury composé de représentants de la CCISM et des cinq entreprises partenaires de l’événement que sont Avis Pacificar, EDT Engie, la Banque Socredo et l’OPT.

Les lauréats des huit ateliers seront ensuite réunis pour une grande finale, à Papeete, où un prix du jury et un prix du public seront décernés. Avec à la clef une dotation financière de 500 000 F pour le ou les lauréats du prix du jury. Les vainqueurs seront aussi automatiquement intégrés à la prochaine promotion de Prism, l’incubateur de start-up de la CCISM, où ils disposeront d’un accompagnement pour concrétiser leurs projets.

Des initiatives et des innovations qui peuvent par la suite intéresser les grands groupes du fenua, très friandes en la matière. “Si des idées concernant les énergies renouvelables ou plus largement le développement durable peuvent émerger de cette Startup Cup, nous sommes preneurs”, a confié Julien Couronné, directeur des ressources humaines à EDT Engie. “Le but de cet événement est aussi de décloisonner les frontières qui peuvent exister aujourd’hui entre grands groupes et start-up. Pour permettre une meilleure émulation entre les acteurs”, a expliqué, de son côté, Vincent Fabre, fondé de pouvoir à la Socredo. Pour cette première édition, la CCISM espère atteindre un total de 300 participants. À vos méninges startupers de Polynésie.

D.T.

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon-vous, qui sera élue Miss Tahiti 2018 ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete