Statut de l’artiste : l’avis du CESC sera connu aujourd’hui

    mercredi 28 octobre 2015

    Petit à petit, il fait son bout de chemin. Le projet de loi du Pays portant reconnaissance des professions artistiques et diverses mesures en faveur de l’art en Polynésie française – plus communément appelé le statut de l’artiste – passera cet après-midi en séance plénière, au CESC.
    Le texte présenté aujourd’hui est issu d’une grande concertation, Honorahu’a, lancée en juin 2014 avec les acteurs du monde de la culture et des arts. Il propose d’accorder aux artistes exerçant l’une des activités répertoriées dans un arrêté annexe (lire en encadré), un statut économique et social afin de favoriser leur professionnalisation et ainsi inscrire leur activité créative dans une démarche entrepreneuriale. Et cela passe d’abord par une même patente “artiste” pour tous, gratuite et exonérée de TVA ; mais aussi et surtout par une carte professionnelle délivrée par une commission ad hoc pour cinq ans, à condition de justifier de trois ans d’activité, sachant que les années de formation entrent en compte. Par exemple, un élève qui étudie la sculpture au Centre des métiers d’art pourra, à l’issu de ses trois ans de formation, demander cette carte d’artiste professionnel. L’attribution de cette carte donnera lieu à la création d’un “répertoire des artistes de la Polynésie française”, qui permettra d’avoir une meilleure visibilité de la filière.
    Le projet de loi comprend également un chapitre dédié aux aides financières, disponibles pour la formation des artistes et pour les projets individuels ou associatifs de création artistique, quels qu’ils soient.
    Enfin, une autre partie traite de la fiscalité applicable aux artistes et à leurs œuvres, et prévoit notamment une exonération de droits et taxes, autant pour l’importation que l’exportation d’œuvres.
    L’avis du CESC sera rendu à 14 heures par John Doom et Sylvain Lamaud, en leur qualité de rapporteurs. S’il est favorable –a priori il devrait l’être, mais ne sait-on jamais !– le texte devrait tout de même subir quelques ajustements avant d’être étudié à l’assemblée de la Polynésie française, la prochaine étape du circuit. Les ajustements concerneraient notamment la composition de la commission ad hoc et la liste des activités ouvrant droit à l’attribution d’une carte professionnelle.

    V.H.

    N’est pas artiste qui veut

    Le statut de l’artiste définit dans un arrêté annexe les activités pouvant donner lieu à l’attribution d’une carte d’artiste professionnel. En voici la liste, qui devrait toutefois subir quelques ajustements avant que le projet de loi ne soit étudié par l’assemblée de la Polynésie française :
    Artistes des arts visuels et graphiques : peintres, plasticiens, sculpteurs, mosaïstes, céramistes, photographes d’art, de mode ou reporter, installations, art vidéo, illustrateurs d’œuvres littéraires et scientifiques.
    Auteurs littéraires : écrivains, scénaristes, dialoguistes.
    Artistes et techniciens du spectacle : artistes de la musique et du chant (musiciens et interprètes), artistes dramatiques (acteurs, orateurs), artistes de la danse et des spectacles divers, arts de la scène (scénographie, chorégraphes), costumiers de spectacle, créateur de décor de spectacle.

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete