Sur les traces des tortues vertes à Tetiaroa

    mardi 20 octobre 2015

    L’heure est venue de pousser pour les tortues vertes ! La saison de ponte a démarré, il y a deux semaines, à Tetiaroa, avec une femelle de 148 kg — pour 107 cm de carapace — venue pondre ses œufs sur la plage du motu Onetahi.
    L’association Te Mana o te Moana, qui s’occupe chaque année, depuis 2007, du recensement des traces et nids sur l’atoll, enverra donc sa première équipe, la semaine prochaine, pour commencer un suivi de jour et de nuit. “Il s’agit de parcourir le motu, pour comptabiliser le nombre de montées de tortues vertes, explique Matthieu Petit, coordinateur des projets recherche et conservation de Te Mana o te Moana. Une montée représentant un aller et retour de la tortue sur la plage. Pour le suivi de nuit, nous allons marquer les femelles qui viennent pondre, et sonder les nids avec un thermomètre, parce que la température nous donne une bonne indication quant au sexe des bébés.”

    Huit années de recensement

    Cela fait huit ans que Te Mana o te Moana, assistée de volontaires et scientifiques, répète la même opération chaque année à la même période, c’est-à-dire d’octobre à mars. Ce suivi est mené dans le cadre du réseau de référents tortues marines géré par la direction de l’Environnement. C’est actuellement le seul suivi de pontes mené en Polynésie française cumulant huit années de données consécutives. Il rentre, à ce titre, dans le cadre des mesures préconisées par le Plan de conservation 2013-2017 des espèces marines emblématiques de Polynésie française et s’inscrit également dans le cadre d’une démarche globale de renforcement des connaissances soutenue par le Groupe tortues marines France.
    La saison passée (octobre 2014 – mars 2015), 368 traces de tortues ont pu être recensées sur l’atoll de Tetiaroa, contre 201 traces pour la période 2013-2014, ou encore 57 pour 2012-2013. De fortes variations dans le nombre de traces de tortues sont donc observées entre chaque saison et sont, pour le moment, difficilement interprétables. “C’est un inventaire à long terme qui nous permettra d’avoir une idée de l’évolution des stocks, poursuit Matthieu Petit. Mais il nous faut bien encore 3-4 ans avant de pouvoir émettre des conclusions parce que ce ne sont pas les mêmes tortues qui reviennent chaque année.”
    En effet, les tortues ne reviennent pondre que tous les 2 à 4 ans, mais pondent plusieurs fois par saison, et le nombre des pontes peut être influencé à la fois par l’environnement (variations saisonnières, événements El Niño) et par l’impact de l’homme (braconnage, aménagements littoraux). Malgré les huit ans de données déjà disponibles, ce suivi doit donc être continué afin de pouvoir conclure sur les tendances de l’évolution des populations de tortues dans cette zone.

    V.H.

    La tortue verte est la seule à pondre en Polynésie

    Cinq espèces de tortues sur les sept existantes vivent dans les eaux polynésiennes. La tortue luth, la tortue olivâtre et la tortue caouanne, qui sont toutefois rarement observées. Les tortues imbriquées, qui sont assez fréquentes puisqu’elles se nourrissent chez nous. Et les tortues vertes, qui sont les seules à pondre en Polynésie. Celles-ci ne sont matures, donc adultes, qu’à partir de 25-30 ans. Leur reproduction est donc tardive. Et elles ne se reproduisent que tous les 2 à 4 ans en moyenne.
    Les tortues vertes reviennent pondre dans le secteur où elles sont nées, voire sur la même plage ; elles pondent entre 3 et 5 fois par saison (avec 12 à 15 jours entre chaque ponte). Elles pondent une centaine d’œufs en moyenne par nid et, si le nid n’est pas dérangé pendant la période d’incubation (entre la ponte et l’éclosion des œufs), 90 % des œufs devraient éclore.
    En Polynésie française, de nombreuses îles sont connues pour être des sites de ponte historiques pour la tortue verte, mais très peu d’informations scientifiques sont disponibles. Dans les îles de la Société, Mopelia-Scilly-Bellinghausen, Tetiaroa et Tupai sont les derniers sites de ponte importants de l’archipel.

    Source : Te Mana o te Moana

    nono 2015-10-21 08:16:00
    oh ! le dechet en plastique sur la photo ( couvercle pour fermer le gobelet )
    aaah les hommes !
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete