Surf – Air Tahiti Nui Trials : rendez-vous ce week-end

    jeudi 6 août 2015

    Avant de lâcher les ogres du Championship Tour (CT) pour la Billabong Pro Teahupo’o, du 14 au 25 août,
    ce sont les “amateurs” qui vont s’affronter lors des pré-trials le 8 et des trials du 9 au 11. L’amalgame entre nouvelle et ancienne générations ne peut être que bénéfique quant aux performances des Tahitiens. Qui succèdera à Taumata Puhetini, magnifique vainqueur, l’an dernier, face à l’Australien Nathan Hedge ?

    Taumata Puhetini, Hira Teriinatoofa, Tikanui Smith, Kevin Bourez, Teiki Charles, Matahi Drollet, Tereva David et Kevin Johnson, les huit meilleurs des trials de l’an dernier seront rejoints, dimanche prochain, par un autre contingent fort de huit Tahitiens également. Ces derniers se seront disputés, la veille, la gagne lors d’une journée de pré-trials qui s’annonce déjà compliquée, avec un fort mara’amu et une houle de sud-est consistante, mais mal orientée, attendus. Ça s’annonce chaotique !
    Quoi qu’il en soit, ils seront tous prêts pour offrir la meilleure réplique possible, du 9 au 11 août, aux étrangers -ils seront seize- qui n’ont toujours pas digéré d’avoir été privés de titre pendant deux années consécutives (2013, 2014) dans les trials.
    Le regretté Ricardo Dos Santos, décédé en janvier dernier des suites d’une fusillade commise devant chez lui au Brésil, est le dernier étranger à avoir remporté les trials (2011 et 2012). Depuis, deux Tahitiens se sont succédé au palmarès : Alain Riou en 2013 et Taumata Puhetini en 2014. C’était leur seconde victoire respective, après 2003 pour Alain et 2010 pour Taumata.

    Hira l’indéboulonnable

    Et cette année encore, le collectif tahitien semble soudé comme jamais pour affronter la horde étrangère. Pour cela, il peut compter sur des anciens et des jeunots tous aussi affûtés les uns que les autres.
    “J’ai toujours été dans le dernier carré mais jamais tout en haut, et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Je continue à m’entêter à tout le temps la faire car je veux y arriver. Mais ça va être de plus en plus difficile avec la nouvelle génération de surfeurs qui pousse très fort. C’est clair !”, a prévenu Hira Teriinatoofa,
    l’indéboulonnable doyen pour qui ce sera sa 18e participation aux trials.
    Et parmi cette génération montante du surf, on peut citer, au hasard, Matahi Drollet, le surfeur de “gros”, pour qui ce sera une première fois dans les trials mais qui sera forcément handicapé par les conditions médiocres annoncées.
    “C’est frustrant car, cette année, on s’est entraîné dans des grosses condition. Mais voilà que ça s’annonce catastrophique. Cependant, on va essayer de faire le mieux possible et avoir une approche différente : ne pas chercher les tubes et primer les manœuvres. Et, si par miracle, tu arrives à dénicher ne serait-ce qu’un petit tube, tu es sûr d’être bien noté”, a souligné celui qui a dompté, le 11 septembre 2014, chez lui à Teahupo’o, un monstre qui lui a valu le prix du “Tube de l’année” au Big Wave Awards.
    “Mon objectif est d’essayer de me qualifier pour le main event et, après, d’aller le plus loin. Les compétitions du circuit mondial ne m’intéressent pas pour l’instant, peut-être plus tard. Ce qui m’intéresse par dessus tout, c’est de surfer du gros et d’être à nouveau nominé pour les XXL Big Wave Award”, a conclu le “gamin”
    de 17 ans qui veut rééditer l’exploit de son frère Manoa.

    Baptême du feu pour Napias

    Manoa, vainqueur deux fois des trials, en 2005 et 2007, avait accédé au Championship Tour, l’année suivante, grâce à une invitation de dernière heure. Il avait alors fracassé des têtes de l’élite comme Kelly Slater, Adrian Buchan et Joel Parkinson. Mais il n’a ensuite rien pu faire face au Brésilien Bruno Santos dans une finale sans vague. Un exploit qui n’a jamais été réédité par un Tahitien… Jusqu’à présent. Allez les gars, c’est le moment !
    Eliott Napias, pour qui ce sera la première fois, a toutes les recettes, mais a tout à apprendre à ce niveau : “Je vais passer par les pré-trials et croiser les doigts pour me qualifier pour les trials. J’appréhende un peu car ça va être la première fois que je participe. Ça dépend des conditions. Si ça fait trois, quatre mètres, ça va être dur avec tous les accidents que l’on a vus là-bas. Il y a toujours cette appréhension latente. Pour samedi, un vent fort et une houle consistante mais mal orientée sont attendus. Ça va être compliqué de se lancer dans les vagues. Mais je me sens prêt, autant physiquement que mentalement, avec un peu d’appréhension quand même.”
    Matahi va savourer cette perspective qui s’ouvre à lui, lui qui va faire ses armes sur les pré-trials à 17 ans et qui a pour objectif de “rentrer dans les trials et après c’est que du bonus. Essayer de créer la surprise et me faire remarquer. Mon objectif à long terme est de devenir surfeur professionnel.” Ça s’est dit !
    Et en ce qui concerne ses adversaires ? “Peu m’importe d’affronter des Tahitiens ou des étrangers. Je me focalise sur ma vague et essaye de l’exploiter à son maximum. Le fait d’affronter des Tahitiens est plus stressant car tu connais leur niveau… Ils sont tous costauds et ils savent comment tu surfes. Alors qu’avec les étrangers, étant donné que tu ne les connais pas, tu angoisses un peu moins.” Se mêle déjà un mélange de crainte, d’appréhension, d’enthousiasme et d’exaltation
    qui devront être fructifiés en victoire.
    M.Tr.

    Les participants

    • Pré-trials (provisoires)
    Taramu Tinirau, Enrique Ariitu, Jocelyn Poulou, Nainoaiki David, Vetea David, Steven Pierson, Benjamin Schetrit, Eliot Napias, Tetopata Matehau, David Dandois, Mateia Hiquily, Teaotua Dubois, Ariimoana David, Danielson Maitai, Heimata Carroll, Avvenenti Lorenzo, Ryan Gallina*
    * Le Hawaiien réside depuis plus de six ans sur le territoire. Étant licencié à la Fédération tahitienne de surf, cela lui donne le droit de participer aux pré-trials. Il concourra cependant sous la bannière tahitienne.

    • Trials
    – Les Tahitiens : Taumata Puhetini, Hira Teriinatoofa, Tikanui Smith, Kevin Bourez, Teiki Charles, Matahi Drollet, Tereva David, Kevin Johnson
    – Les étrangers : Nathan Hedge, Anthony Walsh, Bruno Santos, Bruce Irons, Nathan Florence, Koa Rothman, Makua Rothman, Nick Von Ripp
    – Wild cards Billabong : Jack Robinson, Ryan Callinan, Josh Moniz, Jack Freestone, Ian Gentil, Griffin Colapinto, Seth Moniz, Taylor Clark

    NB :  la compétition se disputera entre les 9 et 11 août.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete