Habillage fond de site

Surf – Huit Tahitiens à l’assaut des vagues hawaiiennes

mercredi 18 janvier 2017

Oneill massin

Quatre-vingt-septième en 2016, O’Neill Massin devra faire montre d’arguments autrement plus solides s’il veut jouer la qualification dans le “main event” cette saison. ( © WSL/Freesurf/Keoki)

 

La lutte sera longue et fastidieuse, mais ça on le sait déjà. Les huit Tahitiens qui participent à partir d’aujourd’hui à la Sunset Pro sont durs au mal.

O’Neill Massin, Taumata Puhetini, Tereva David, Lorenzo Avvenenti, Eliot Napias, Tinirau Taramu, Sacha Levy-Agami et Kauli Vaast ne seront pas de trop pour mater le gros “swell” qui va s’abattre aujourd’hui sur le spot hawaiien.

Avec de solides conditions attendues, ce sont donc les surfeurs du QS 1 000 qui iront défier les rouleaux compresseurs en premier. Suivront les juniors et les filles.

Alors que Kauli Vaast ne participera qu’à la Pro juniors -il aura 15 ans le 26 février-, Sacha Levy-Agami, de deux ans son aîné, jouera, lui, sur les deux tableaux.

Irrités et frustrés après leur prestation en demi-teinte aux Mondiaux juniors ISA, en septembre aux Açores (Kauli, sorti au round 4 des U16, et Sacha, expulsé au round 2 des repêchages U18), auront à cœur de bien lancer leur saison… Et ça commence par Sunset Beach !

En ce qui concerne Eliot Napias qui se lance corps et âmes dans les méandres du circuit QS, il a déjà croisé le fer avec les coriaces surfeurs de la zone Hawaii/Tahiti Nui. C’était la semaine dernière à la Shoe City Pro sur le spot de Huntington Beach. Et le vainqueur du Championnat et de la Coupe de Tahiti en juniors est déjà au taquet malgré une élimination quelque peu prématurée au round 3, due à quelques erreurs techniques, mais “j’ai vu que j’avais le niveau”. Et ça, ça change tout !

O’Neill Massin et Taumata Puhetini, qui débuteront seulement au troisième round, devront proposer des arguments autrement plus solides. En effet, O’Neill avait bouclé sa saison à la 87e place et Taumata à la 175e.

Mais l’argument proposé par O’Neill à la HIC Pro Sunset Beach (QS 3 000), début novembre, avec une place de demi-finaliste à la clé, lui permet de dégager plus de sérénité et d’assurance à l’entame de la nouvelle saison.
À Taumata, Tereva, Lorenzo, Eliot, Tinirau, Sacha et Kauli de se mettre dans les mêmes dispositions.

 

Mihimana en février

 

Et quant on parle de sérénité et d’assurance, un nom nous vient tout de suite à l’esprit… Mihimana Braye. Le Tahitien lancera sa saison le 21 février en Australie avec la Maitland and Port Stephens Toyota Pro (QS 6 000).

Mihimana, même s’il a conclu sa saison à une frustrante 50e place, aurait très bien pu se qualifier pour le “main event” cette année, s’il avait su mieux négocier sa fin de saison.

En novembre, à la Hang Loose Pro (QS 6 000) au Brésil, il sombre dès le deuxième round. Puis, en décembre à Hawaii, lors des deux épreuves QS de la Triple couronne (10 000), il fonce jusqu’au round 4 à la Hawaiian Pro mais perd pied à la Vans World Cup au stade du round 3.

Certes, la part de malchance a forcément joué… mais la marche était trop haute en 2016. En 2017, par contre…

 

M.Tr.

 

 

222
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

La pose des silhouettes noires peut-elle avoir un impact sur les habitudes de circulation ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete