Surf – Michel Bourez à la relance

vendredi 27 mars 2015

Pathétique ! Voilà comment l’on pourrait résumer en un mot la première étape du Championship Tour disputée, début mars, sur la Gold Coast australienne. 
Les longues droites du pourtant légendaire spot de Snapper Rocks ont boudé cette quatorzième édition de la Quiksilver Pro Gold Coast. Et même si les phases finales se sont relativement bien passées, le mal était fait ! 
Des vagues aux abonnés absents et un vent fort persistant ont obligé les organisateurs de la World Surf League à repousser la “waiting period”. Fait rarissime pour être signalé. Mais c’est surtout du côté des têtes de série que les conséquences ont été désastreuses. Elles ont tout simplement galvaudé leur statut à l’instar de Gabriel Medina, John John Florence, Kelly Slater, Joel Parkinson, tous éliminés au round 3. Le Tahitien Michel Bourez a fait pire en étant sorti au round 2 par Glenn Hall. 
La victoire de l’Irlandais est d’autant plus méritoire qu’elle est survenue au moment où il était en plein doute. 
Seulement classé 34e mondial la saison dernière, Glenn Hall n’a eu le droit d’être encore présent parmi l’élite que grâce à l’attribution d’une “wild card” pour compenser les nombreuses blessures qui l’ont affecté l’an dernier. 
C’est donc un Michel Bourez dépité qui a quitté prématurément la Gold Coast sur un cinglant : “Retour à la maison, j’ai besoin de surfer !” Quel doux euphémisme, pour ne pas dire… écœuré ! 
Rasséréné depuis par une session “zen” au fenua, le Tahitien Michel Bourez n’a déjà plus droit à l’erreur et devra se révolter lors de la Rip Curl Pro Bells Beach qui débute mardi. Mais le Tahitien n’aura pas une entame si facile que çà lors de cette deuxième étape du WSL, opposé à l’Américain Nat Young, finaliste en 2013, et au Hawaiien Dusty Payne, deuxième de la Triple Crown of Surfing l’an dernier. De plus, “Spartan” n’a jamais vraiment brillé à Bells Beach, sa meilleure perf’ restant une neuvième place en 2010 et 2011. Depuis, c’est la traversée du désert pour le Tahitien avec trois éliminations dès le… round 2. 

Gestes et propos déplacés

Alors que Michel Bourez est le premier compétiteur à s’en être pris indirectement à l’organisation de la WSL, d’autres ont été beaucoup plus virulents pour se faire entendre ou comprendre. Petit florilège des dérapages “puériles” survenus sur la Gold Coast  début mars : l’Australien Josh Kerr qui pète un cable face au Brésilien Migel Pupo et fracasse sa planche à coup de poing;   Freddy Pataccchia qui se met minable face à Adriano de Souza (14,76 contre 1,13 pts). Le Hawaiien balance  sa planche sur les rochers  pour montrer sa frustration ; moins violent mais tout aussi répréhensible, Kelly Slater qui s’incline face au “rookie” brésilien Italo Fer-reira (13,00 à 8,77 pts) sans véritablement se battre. L’Américain termine sa série avec une planche prototype avec laquelle il ne surfe aucune vague… 

Mick Fanning, le seul du Top 5 à surnager

Mais la palme du grotesque est attribuée au  Brésilien Gabriel Medina, qui écope d’une amende après ses propos à l’encontre de son adversaire Glenn Hall. “La prochaine fois que Glenn (Hall) me dit ‘va te faire foutre’, je lui donnerai une bonne leçon.” Le tenant du titre ne digère pas d’avoir dû surfer dans des conditions exécrables qui plus est pour être éliminé à cause d’une interférence, avant d’enfoncer le clou. “On a attendu dix jours. le contest a été prolongé deux jours, tout ça pour avoir des vagues comme ça. Je pense que KP (le commissaire de la WSL Kieren Perrow) n’a pas fait du bon boulot. J’espère qu’il peut mieux faire.”
Le moins que l’on puisse dire, c’est que tous les favoris se sont véritablement fait sonner les cloches sur la Gold Coast. 
Tous ? Non ! Seul l’Australien Mick Fanning a résisté à cette bérézina collective du Top 5… jusqu’en quarts de finale, battu finalement par le Brésilien Adriano de Souza. 
Le “White Lightning”, qui sera opposé au round 1 à Bells Beach à deux Hawaiiens, Freddy Patacchia Jr et Mason Ho, s’est, en tout cas, mis dans de bonnes dispositions pour défendre son titre à partir de mardi. 
Et dans ce marasme ambiant qui a régné lors de cette première étape, ce sont véritablement les outsiders qui ont flambé. 
Désormais, le plus dur va commencer pour eux car ils vont devoir démontrer que leur très bonne entame de saison peut durer sur le long terme.
Felipe Toledo, vainqueur magnifique à la Quiksilver Pro Gold Coast face à l’Australien Julian Wilson (19,60 contre 14,70 pts), affrontera Owen Wright (Aus) et Jadson Andre (Bré). Innarêtable lors de la première étape de la saison, le Brésilien a d’ores et déjà prouvé qu’il avait un gros potentiel. À lui maintenant d’en faire bon usage. Idem pour Julian Wilson qui sera opposé à Kolohe Andino (USA) et Matt Wilkinson (Aus).

Jérémy Florès pas gâté

Conséquence de son mauvais classement (33e) la saison dernière, Jérémy Florès va devoir se coltiner, à chaque premier round cette saison, un adver-saire taille “XL” comme le prévoit le règlement du WSL… Pas simple ! 
Après avoir été dominé par le Sud-Africain Jordy Smith (7e) à Snapper Rocks au premier round, c’est l’Australien Taj Burrow (9e) qui jouera le rôle du “grand méchant” à Bells Beach, le “rookie” brésilien Wiggolly Dantas, quart-de-finaliste à Gold Coast, jouera le rôle de l’outsider. Vraiment du gros calibre pour le demi-finaliste 2012 français. 
Suite à une semaine cauchemardesque à Snapper Rocks, lors de laquelle Kelly Slater et Gabriel Medina ont subi la loi des outsiders Italo Ferreira et Glenn Hall, les deux prétendant au titre mondial ne sont bien évidemment pas encore largués, mais il leur faudra très rapidement changer de rythme s’ils ne veulent pas connaître une saison galère. 
L’Américain sera opposé à Sebastian Zietz (Haw) et Ricardo Christie (NZL) tandis que le Brésilien affrontera Matt Banting (Aus) et le vainqueur des trials. Espérons que  lors du Rip Curl Pro, qui démarre mardi, les cloches de Bells Beach retentiront seulement  pour annoncer le nom du vainqueur et non pas pour d’autres facéties… pathétiques. 

M.Tr. 

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete