Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Surf – Michel Bourez, quand l’appétit va, tout va !

mardi 11 juillet 2017

Michel Bourez

Michel Bourez ? Un maître en la matière dans les gros tubes du spot de Tavarua à Fidji, mi-juin lors de la Outerknown Fiji Pro, cinquième étape du Championship Tour. (© Photo : WSL/Kelly Cestari)


Michel Bourez veut montrer à quel point il a encore faim. Demain (la nuit prochaine pour Tahiti si les conditions le permettent, NDLR), sur le spot de Jeffrey’s Bay en Afrique du Sud, le Tahitien tentera à nouveau de se goinfrer de points lors de la Corona Open-J-Bay, sixième étape du Championship Tour de la World Surf League… Son appétit et son exigence ne sont visiblement pas rassasiés. Et pour cause, “Spartan” sort d’une épreuve fidjienne (Outerknown Fiji Pro disputée mi-juin) ébouriffante de perfection lors de laquelle il n’a abdiqué que dans les toutes dernières secondes en demi-finale (14,23-14,20) face à l’Australien Matt Wilkinson, futur vainqueur.

À Tavarua, Michel Bourez a pleinement nourri ses desseins, passant de la 23e à la 12e place au classement mondial avec 14 450 points, et compte bien continuer à marcher sur l’eau tout en gardant les pieds sur terre.

Le Tahitien, conscient qu’il a déjà grillé ses deux jokers*
(25e place sur la Gold Coast et à Rio), doit pourtant continuer de cueillir les fruits de sa puissance ascendante, et ce, dès demain  sur la longue et tubulaire droite sud-africaine de Pointbreak.
On attend donc un “Spartan” aux dents longues et aiguisées, d’autant qu’il s’agira pour lui de réaliser un pari difficile mais fortement jouable : goûter à son premier quart de finale à J-Bay (éliminé au round 5 en 2011, 2015 et 2016 et au round 3 en 2009 et 2014. Pas d’épreuve en 2012 et 2013).

Avant d’en arriver à ce coup fumant, le Tahitien devra tout d’abord digérer deux adversaires qui se sont fracassé les
dents dans les tubes fidjiens. Respectivement 14e et 23e, le Brésilien Filipe Toledo (éliminé au round 3) et le Hawaiien Ezequiel Lau (au round 2) n’ont également plus droit à l’erreur.
Surtout lorsque l’on sait qu’elle peut prendre des proportions dangereuses.

La preuve en est avec John John Florence, solide leader depuis le début de la saison, qui est tombé de son piédestal après avoir enchaîné deux contre-performances successives (13e à Rio et Fidji). Il n’y a pas encore péril en la demeure pour le Hawaiien, deuxième à seulement 250 points du leader Matt Wilkinson, mais des gloutons tels que  Jordy Smith, Adriano de Souza, Owen Wright, troisièmes ex æquo à 350 points de lui, ne se gêneront pas pour venir bouleverser un Championnat qui s’annonce plus ouvert que jamais… Ainsi que tous les outsiders d’ailleurs.

De quoi en perdre la tête mais pas l’appétit.

M.Tr.

 

* À l’issue de la saison, seuls les 9 meilleurs résultats (sur 11) de chaque surfeur sont conservés. Voici ceux de Michel Bourez à mi-saison : Gold Coast (25e),
Margaret River (5e), Bells Beach (13e),
Rio Pro (25e), Fiji Pro (3e).
Reste à disputer : Open J-Bay, Billabong Pro Tahiti, Hurley Pro at Trestles, Quiksilver Pro France, MEO Rip Curl Pro Portugal, Billabong Pipe Masters.

 

Capture d’écran 2017-07-11 à 10.45.56

2
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete