Surf – Michel Bourez n’y arrive décidement pas !

    lundi 22 août 2016

    bourez

    La vague de Teahupoo n’a, une nouvelle fois, pas souri au Tahitien Michel Bourez. (Photo : Anne-Charlotte Bouleau)

     

    Rounds 1 et 2

     

    Le Tahitien Michel Bourez a été sorti de la Billabong Pro Tahiti, septième épreuve du Championship Tour, hier au round 2, par le Hawaiien Keanu Asing. Idem pour Hira Teriinatoofa, battu par l’Australien Matt Wilkinson.

     

    Michel Bourez avait de quoi tirer la langue, hier, sur le spot de Havae. “Spartan” a une nouvelle fois connu la douleur de l’élimination dès le round 2 de l’épreuve tahitienne, battu par le Hawaiien Keanu Asing (9,67 contre 8,57 points).

    L’an dernier c’est le Brésilien Jason Andre qui avait été le bourreau du Tahitien. Mis au supplice, samedi dès le round 1, par l’Américain Kelly Slater qui a retrouvé toute la fougue de ses très longues glorieuses années passées sur le circuit mondial, Michel Bourez voyait là son calvaire débuter.

    Spartan” a adopté d’entrée une stratégie agressive payante et s’offrait un solide 14,83 points (7,10-7,73) pour prendre les rênes de sa série devant Slater et l’Australien Matt Banting.

    L’Américain voulait absolument éviter l’affront d’un revers sur une vague qu’il affectionne particulièrement -il est le recordman de victoires à Teahupoo (4)-.

    Durant 25 bonnes minutes, il va pourtant être en galère avec seulement 9,33 points et 8,83 points à débusquer pour surclasser un Michel Bourez, bien à l’aise dans son surf jusque-là.

    Le “King” sait que le temps passe, et pas que celui des années -il à 44 ans-, mais aussi et surtout celui de sa série. À dix minutes environ de la sirène, Kelly Slater doit frapper un grand coup pour survivre, et il va la jouer à l’expérience.

    En parfaite symbiose avec le récif de Havae, il se cale à la perfection pour recevoir l’offrande : un tube caverneux qu’il agrippe de sa planche pour scorer un sublime 9 points.

    Avec une qualification assurée directement pour le round 3 avec quinze points (9 et 6 pts), Kelly Slater est véritablement en phase de rédemption, lui qui n’est que 19e au classement CT.

    Mais c’est deux dernières épreuves à J-Bay (5e) et Fidji (3e) ont été là pour le rassurer et Teahupoo pour le confirmer.

    Quant à Michel Bourez (14,83 pts) et Matt Banting (9,30 pts), ils devaient en passer par les repêchages disputés hier.

     

    Pas d’exploit pour Hira

     

    Tout comme, d’ailleurs, Hira Teriinatoofa, invité sur le main event de par sa performance d’avoir été le meilleur Tahitien lors des trials, dimanche dernier -éliminé en quarts par l’Australien Nathan Hedge.

    Le double champion du monde ISA a vécu, avec l’Australien Davey Cathels, l’enfer, un calvaire, un supplice face à John John Florence qui ne lui a laissé aucune chance d’exister.

    Deux tube monstrueux du Hawaiien pour un score total sans appel de 18,40 points les mettant tout les deux “combo”, c’est-à-dire dans l’obligation de surfer deux vagues pour espérer…

    Mais espérer quoi face à un John John qui n’a toujours pas digéré sa défaite en demi-finale en 2014. Eh oui ! Le Hawaiien est rancunier. Et avec ce qu’il a montré samedi, il va faire mal.

    Envoyé donc en repêchages hier, Hira n’a pu s’interposer face à l’actuel numéro un mondial, l’Australien Matt Wilkinson, malgré un score très serré (14,17 contre 13,50 points).

    Il rêvait de renouveler l’exploit de 2006 et son quart de finale dans le main event mais ce n’est que partie remise. Hira sera encore et toujours là en 2017.…

     

    “Je t’aime, moi non plus”

     

    La douleur à Teahupoo, Michel Bourez la connait bien. Il avait connu la blessure physique l’an dernier sur ce spot de Havae -main cassé et dos en vrac subit lors d’une “free session”- avec qui les relations sont depuis, longtemps maintenant, fort compliquées.

    C’est un peu du genre : “Je t’aime, moi non plus”. Hier, au round 2 face à Keanu Asing, le Tahitien a  vécu une nouvelle blessure, psychologique cette fois.

    Peu inspiré et enchaînant les erreurs techniques et tactiques, il a failli face au Hawaiien. On pensait pourtant que Michel allait assurer la qualification d’autant qu’il l’avait déjà dominé cette saison lors de la Rip Curl Pro Bells Beach, fin mars, au round 2 de l’épreuve australienne.

    Mais Keanu a vendu chèrement sa peau s’assurant la qualification avec 9,67 points (4,67-5), alors que Michel n’était pas loin derrière avec 8,57 points (5,70-2,87). Mais les 3,97 points recherchés par le Tahitien lui semblait un gouffre.

    Plus mauvais résultat depuis le début de la saison pour “Spartan”, cette contre-performance l’éjecte automatiquement du top 10 où il était jusqu’à présent huitième.

    Cela ne remet pourtant pas, et de loin, en cause son objectif de devenir, cette année, champion du monde. Il devra s’en inspirer pour ne pas rééditer une telle déconvenue lors de la prochaine étape en Californie (Hurley Pro at Trestles du 7 au 18 septembre).

    Mais quand même, on n’a toujours pas d’explication quant à son faible rendement ici à Teahupoo. On garde espoir que tout revienne dans l’ordre !

    Quant aux autres dont on attendait beaucoup également, on parle des favoris, ils ont assuré.  Et même le champion en titre, le Français Jérémy Florès, et l’autre wild card, le Brésilien Bruno Santos, nous ont fait plaisir.

    Ça promet d’être chaud aujourd’hui au round 3.

     

    M.Tr.  et A.-C.B.

     

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete