Habillage fond de site

SURF – Les Tahitiens en quête de couronne

mardi 14 novembre 2017

Mihimana Braye

L’accession de Mihimana Braye dans l’élite mondiale la saison prochaine passe inévitablement par deux grosses performances à Hawaii. (© Photo : WSL/Masurel )

Bienvenue au royaume de la Triple Crown of Surfing, épreuve de fin de saison qui se décline en trois étapes à Hawaii : Haleiwa et Sunset Beach pour les épreuves du Qualifying Series et Banzai Pipeline pour celle du Championship Tour.

Sera couronné, celui qui sera le mieux classé sur ces trois épreuves. La chasse s’est donc ouverte officiellement dimanche dernier par un jour “off” par manque de vagues, mais la Hawaiian Pro devrait être lancée aujourd’hui ou, plus certainement, demain.

Et comme de coutume, une pléiade de ténors a fait le déplacement à Haleiwa sur le spot de Ali’i Beach, avec 25 surfeurs de l’élite dont le champion du monde et leader actuel du CT, John John Florence.

Le Hawaiien défend sa couronne après l’avoir déjà remportée trois fois (2011, 2013 et 2016).

Face à ces cadors, six Tahitiens au mental en acier trempé tenteront de flamber face à trois catégories de surfeurs : ceux qui tentent d’accéder au “main event”, ceux qui ne veulent pas le quitter et ceux qui veulent coiffer la couronne.

Il va falloir serrer les dents et retenir des larmes de souffrance. Ça tombe bien, Taumata Puhetini, Ariihoe Tefaafana, Heremoana Luciani, O’Neill Massin, Mihimana Braye et Michel Bourez sont durs au mal.

Michel Bourez, seul pensionnaire du CT, attendra le round 3 pour savoir si son rêve de remporter la Triple Crown of Surfing prendra corps.

Le Tahitien est l’un des rares à avoir remporté les trois épreuves du triptyque hawaiien (Haleiwa en 2008 et 2013, Sunset Beach en 2014, Banzai Pipeline en 2016).

En fait, à part lui, ils ne sont que trois à l’avoir fait (Mark Richards, Gary Elkerton et Andy Irons).

“Spartan” reste vexé par la nouvelle fessée qu’il a prise au Portugal sur le CT – 13e à la Rip Curl Pro fin octobre.

Et même si sa saison (16e au classement) est pour l’instant très loin de la flamboyance de 2016 où il avait terminé à une resplendissante sixième place et s’était même offert une victoire de prestige au Pipe, le Tahitien ne risque plus d’être éjecté du “main event”. Ouf !

C’est bien estampillé du surnom de “Pipe Master” que Michel Bourez veut marquer un peu plus l’histoire de son empreinte en inscrivant son nom à la liste des vainqueurs de la Triple Crown of Surfing.… Une lueur perceptible dans les yeux de “Spartan”.

 

Les “meilleurs” Tahitiens “de la planète” à Haleiwa

 

 

Quant aux cinq autres Tahitiens en compétition, ils n’ont pas l’intention de louper leur rendez-vous majuscule avec l’histoire, même s’ils devront démarrer tout en bas, au round 1.

“Les Tahitiens qui sont réunis pour cette compétition font partie des meilleurs surfeurs de la planète et ils méritent d’être là ! Il faudra compter sur nous !”, annonce confiant Taumata Puhetini, sacré champion de Tahiti open le mois dernier.

La saison dernière, le Tahitien n’avait passé qu’un seul tour à Haleiwa et à Sunset Beach.

Une culture de la victoire éprouvée depuis longtemps coule dans les veines du Tahitien qui annonce un brin philosophe : “Pendant une compétition de surf et comme dans la vie de tous les jours, il faut savoir être authentique et aimer ce que l’on fait !” Et quand on aime, on a toujours raison.

L’émergence d’un héros – presque –  à domicile serait une bénédiction pour ce contingent tahitien qui galère toujours autant pour assurer sa présence sur le circuit QS, surtout par manque de moyens financiers et de sponsoring.

Mais que ce soit Taumata Puhetini, Ariihoe Tefaafana, Heremoana Luciani, O’Neill Massin, Mihimana Braye, tous ont un seul credo : la gagne !

Tous mal classés sur le QS, Ariihoe est tout de même troisième de la zone Hawaii/Tahiti Nui, Heremoana (4e), O’Neill (7e) et Taumata (8e).

Leur objectif sera donc surtout d’essayer de remporter le titre de champion régional. Mais tout dépendra de leur performance à la Hawaiian Pro et à la Vans World Cup (25 novembre au 6 décembre).

Pour Mihimana Braye, la vérité est ailleurs. Le Tahitien est le mieux classé du QS (86e) et peut encore accéder au “main event”, à condition toutefois de trouver la clé pour bousculer la hiérarchie.

Et sur ce point, il a autant d’espoir que de fierté d’y parvenir, c’est-à-dire énormément. C’est donc parti pour des séries plus suffocantes les unes que les autres.

 

M.Tr.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete