Surpêche: Tokelau donne le thon

    jeudi 6 novembre 2014

    L’accord de Tokelau limite les prises de thons albacores dans les zones économiques exclusives de 11 pays – c’est-à-dire jusqu’à 200 milles marins au large des côtes. L’accord prend effet dès la signature, et on attend toujours la signature des 10 autres pays: l’Australie, la Nouvelle-Zélande, les Îles Cook, Fidji, Niue, le Samoa, les Îles Salomon, Tonga, Tuvalu et le Vanuatu.
     Kuresa Nasau, le Ulu de Tokelau, c’est-à-dire le chef du gouvernement, au micro de Jemima Garrett : « Le défi le plus immédiat, c’est la conférence de la commission des pêches du Pacifique centre et ouest qui aura lieu à Apia en décembre. Nous demanderons aux membres de la commission de reconnaître et signer l’accord de Tokelau. Mais nous négocierons un pas supplémentaire: l’extension de l’accord aux zones de haute-mer. »
    Le thon albacore est l’une des espèces victimes de la surpêche dans le Pacifique. Il est ciblé par les flottes étrangères, et particulièrement par la chinoise, qui est lourdement subventionnée par le gouvernement de la Chine populaire, et compte plus de 1300 bateaux.
    Pour les pays du Pacifique, il est bien sûr difficile de renoncer aux revenus créés par la délivrance de permis de pêche aux flottes étrangères. Mais dans le cas du thon albacore, la solidarité océanienne est plus que nécessaire, car c’est un grand migrateur. Il faut donc un accord régional. Cet accord de Tokelau est un premier pas, mais il n’est pas contraignant, les pays qui ne le respectent pas ne risquent pas de sanctions.
    D’autres territoires envisagent d’y adhérer : le Samoa américain, la Nouvelle-Calédonie, la Polynésie française et Wallis et Futuna.
     
    Radio Australia

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete