Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Synode de l’Église protestante ma’ohi : nucléaire et phosphate en ligne de mire

mardi 1 août 2017

synode EPM

Une centaine de personnes étaient réunies la semaine dernière à Teahupo’o. (© Église protestante ma’ohi)


L’Église protestante ma’ohi a clos, dimanche dernier, son 133e synode. Un événement annuel au cours duquel pasteurs, diacres et autres représentants de l’Église contribuent à une grande réflexion sur différents sujets de société. Ce synode terminé, les messages de l’Église seront à présent portés dans chaque paroisse.

Le 133e synode de l’Église protestante ma’ohi (EPM) a réuni, la semaine dernière à Teahupo’o, plus d’une centaine de personnes. Parmi elles, des paroissiens, mais surtout les diacres, pasteurs et représentants de l’Église, qui ont contribué à une grande réflexion sur différents sujets de société (lire ci-dessous).

Outre cette réflexion, guidée par le thème générique “C’est par la foi que tu grandiras”, le synode a également été l’occasion de “rappeler quelques décisions importantes des synodes précédents”, expliquait, hier, Jean Teururai, le vice-président de l’EPM.

“Par exemple en 2004, c’est là qu’on a décidé de changer le nom de l’Église en Église protestante ma’ohi. En 2007, on a proposé un nom du Pays, Ma’ohi nui. En 2008, on a décidé d’appeler le gouvernement Hau Ma’ohi. En 2011, c’était l’inscription du pays sur la liste de l’ONU des pays à décoloniser. En 2016, c’est la décision de porter plainte contre l’État français au tribunal de l’ONU pour l’ampleur du mal et des maladies que les essais nucléaires ont provoqué. Il est important pour nous de faire ce rappel des décisions que l’Église a prises.”

Des décisions qui dictent une ligne de conduite générale, car “tout ce qu’on a décidé, on va le mettre en pratique dans nos paroisses d’abord”, poursuit le vice-président.

“Comme le nom du pays et du gouvernement, depuis qu’on a pris la décision, on pratique ça dans nos discours. Et si ce sont des décisions qui portent sur tout le pays, comme notre plainte contre l’État français, on va aussi accompagner ça. Mais on va d’abord sensibiliser nos paroissiens, les adultes, les jeunes, jusqu’aux enfants à l’école du dimanche, pour faire prendre conscience à tout le monde des décisions de l’Église.”

Après Teahupo’o cette année, le synode de l’an prochain devrait se tenir à Papeete.

 

V.H.

 

Quelques sujets de réflexion du synode

Dans un communiqué transmis à tous les membres du synode, l’Église protestante ma’ohi dresse un bilan de cette rencontre et fait part de sa position et de ses recommandations quant aux différents sujets abordés. Les voici :

 

• Les problèmes du peuple ma’ohi

“Un des problèmes majeurs qui détruit la vie du peuple ma’ohi est la drogue ice et le jeu d’argent bingo. Le synode appelle le peuple à ne pas consommer la drogue ice dans sa vie. Que les dirigeants accompagnent le peuple afin d’éviter qu’il ne tombe pas dans les conséquences qu’entraîne cette drogue. Le synode interpelle également le gouvernement de ne pas légiférer le bingo, qui risquerait de conduire vers l’ouverture du casino. Le synode interdit strictement toutes ces pratiques dans ses paroisses.”

 

• Le patrimoine ancestral du peuple ma’ohi

– L’utilisation du nom de Teahupo’o
“Le synode tient à exprimer son inquiétude du fait que le nom de Teahupo’o soit devenu une ressource financière des organismes locaux et mondiaux, soutenus par le gouvernement, s’appropriant ainsi le nom de Teahupo’o aujourd’hui. Et il appelle ces organismes à ramener Teahupo’o à Teahupo’o. Les propriétaires de ce nom sont les descendants de Rahero, qui habitent
Teahupo’o.”

– La terre, la mer, le ciel et leur plénitude
“Le synode interpelle avec insistance les gouvernements de Ma’ohi nui et de France en vue de restituer le patrimoine ancestral au peuple ma’ohi qui le gérera, l’organisera et le préservera pour que tout le monde en jouisse. (…) Le synode interpelle le gouvernement et les sociétés de l’électricité utilisant le pétrole et l’eau afin de réduire l’exploitation de ces éléments et de les remplacer par l’énergie de la création comme le soleil et le vent. Le synode s’adresse également aux responsables municipaux pour ne pas accorder notre eau aux investisseurs locaux et extérieurs. Enfin, le synode proteste vivement contre le projet des investisseurs ma’ohi et la décision des responsables municipaux des Marquises concernant la pêche des poissons, patrimoine des Marquises.”

 

• L’exploitation de phosphate à Makatea

“L’exploitation de phosphate à Makatea, cela suffit. Il faut arrêter définitivement, car il n’y a que des trous qui restent. Le peuple n’est même pas informé du désastre actuel. Parmi les anciens travailleurs de Makatea, certains sont restés sur place, d’autres sont partis pour la Nouvelle-Calédonie ou le Vanuatu, et peu d’entre eux en ont tiré profit. C’est dire que les riches s’y sont manifestement enrichis.

Face aux changements climatiques et aux risques possibles de montée du niveau de la mer, Makatea constitue en principe une protection et un refuge pour les habitants paumotu.

Notre rôle de sentinelle vigilante nous encourage à interpeller les habitants de Mihiroa et de tout le 6e arrondissement à s’unir pour lutter fermement contre cette initiative. C’est pourquoi le synode exhorte le gouvernement à ne pas guider le peuple avec l’argent. Seul l’amour pour sa terre peut l’aider. L’Église s’adresse également à ses responsables ecclésiaux afin d’apporter les éclairages au peuple concernant cette question, afin que Ma’ohi nui s’unisse pour préserver sa terre mère nourricière.”

 

• La contamination nucléaire

“Nous sommes tous contaminés. Pour le peuple, cette contamination s’est totalement estompée. Or, il s’agit d’une contamination générationnelle qui atteint notre territoire de Ma’ohi nui. Nous devrons attendre pas moins de 400 000 ans pour qu’elle commence à disparaître.

Le synode interpelle les confessions religieuses de Ma’ohi Nui, du Pacifique et du monde entier pour nous soutenir à mener à terme notre poursuite judiciaire. Le synode demande à l’État français d’assumer sa responsabilité de suivi des soins des maladies qui atteignent le peuple ma’ohi, et à retirer ses déchets radioactifs qu’il a déposés dans le ventre de notre mère nourricière qu’est Moruroa. Elle confirme que les accords politiques passés du gouvernement ma’ohi et de l’État français ne la feront pas taire. Nous nous exprimons ici par la foi chrétienne face à l’État français pour que celui-ci reconnaisse ses fautes, et se repente devant le peuple ma’ohi pour le drame causé par la contamination nucléaire. Elle encourage le peuple croyant de Ma’ohi nui à faire de la date du 2 juillet une date de commémoration pour se souvenir du drame de la contamination nucléaire. Le synode encourage également le peuple à se joindre au combat de Moruroa e tatou.”

 

• La santé du peuple aujourd’hui

“Cher peuple de Ma’ohi nui, libérez-vous de tout ce qui peut mettre en péril votre santé. Favorisez les activités physiques, par le sport, l’agriculture, la pêche, et par une consommation équilibrée de nourriture. Rappelez-vous de la vie de nos anciens. Notre problème aujourd’hui, c’est que nous ne prenons plus soin de notre corps et de notre santé. C’est devenu une maladie grave pour nous. Le synode interpelle le peuple ma’ohi à être son premier médecin pour prendre soin de son corps. Le synode interpelle aussi le gouvernement, en lui demandant de faire baisser les prix des meilleurs aliments. Que le peuple soit encouragé et aidé, ainsi que les agriculteurs et les pêcheurs, les planteurs de fruits locaux et de plantes médicinales sans utiliser de produits chimiques, et la pêche dans notre zone maritime.”

 

 

3
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete