Habillage fond de site

Taekwondo : la sélection tahitienne se prépare aux Championnats du monde

lundi 26 février 2018

Quatre des cinq sélectionnés entourés à droite, par Ricardo Teriipaia et à gauche, par Tamu Tufariua.

Quatre des cinq sélectionnés entourés à droite, par Ricardo Teriipaia et à gauche, par Tamu Tufariua.

Ariimana Lehartel, Tikeilani Teriipaia, Gaudenzy Maheata, Moerani Tahutini et Iosia Teato sont les cinq sélectionnés qui porteront le drapeau Tahitien aux prochains mondiaux de taekwondo junior. Organisé cette année pour la première fois de l’histoire, en Tunisie, ces mondiaux vont rassembler la crème du Taekwondo mondial. Une belle opportunité pour les combattants locaux de briller sur le plan mondial. Sélectionnés depuis septembre 2017 par la fédération Tahitienne de taekwondo présidée par Tamu Tufariua, les jeunes qui composent le « Team Tahiti » se préparent physiquement et mentalement depuis plusieurs mois. Venant de différents clubs et d’horizons différents, Ariimana, Tikeilani, Maheata, Moerani et Iosia ont désormais un seul et même objectif : faire la fierté du fenua. Âgés de 15 à 17 ans, ils ont été sélectionnés grâce à leur assiduité et à leurs bons résultats aux compétitions. Trois d’entre eux sont issus de clubs de Tahiti tandis que les deux autres proviennent de l’île sacrée, Raiatea.

Coachés par le président et le vice-président de la fédération, Tamu Tufariua et Ricardo Teriipaia, les jeunes sont pour l’heure, encore, en phase d’entraînement. Et c’est au dojo du club d’excelsior à la Mission qu’ils sont formés. À moins d’un mois de la grande rencontre, les coachs sont confiants. « Ils ont de la chance, ils ont un bon niveau. Mais il est important qu’ils continuent de travailler. Il faut absolument qu’il y ait, régulièrement, des sorties comme celle-là pour les mettre dans le bain », a confié Tamu Tufariua, persuadé du potentiel grandissant de ses jeunes. En effet, chaque année, la fédération exporte ses jeunes pour les confronter à un autre niveau. Elle n’hésite pas à donner à ses athlètes la possibilité de flirter avec le haut niveau.

Ce fut le cas en 2015, lors des mondiaux de Muju ou encore l’an dernier en présentant une délégation de seniors aux Jeux d’Asie. Au terme de ces compétitions, les combattants sont revenus sans médailles, mais avec de l’expérience supplémentaire. Au niveau national, Tahiti ne se classe pas trop mal et réussit à rapporter l’or dans certaines catégories. Ces rencontres à l’étranger sont source de motivation pour les jeunes Tahitiens. « J’ai commencé le Taekwondo à l’âge de quatre ans en voyant mes frères s’entraîner. Mon père était président du club de Taekwondo de Mataiea. Donc, j’ai vite accroché avec ce sport. j’ai participé à plusieurs compétitions à l’étranger, des compétitions en France, en Amérique. C’est important de concourir à l’étranger, ça te fait voir autre chose. Quand tu vois le niveau des autres, tu te rends compte qu’il ne faut pas rester sur tes acquis. Pour ces mondiaux, je me sens bien, il faut dire que je m’entraîne dur. Je vais au moins essayer d’atteindre le podium et, si je peux, j’irai chercher l’or », a confié Maheata Gaudenzy qui a été récemment nommée capitaine de la sélection avant d’enchaîner sur un message clair destiné aux preneurs de décision. « En ce moment, il y a des problèmes au niveau des trois fédérations et ça nous touche nous aussi en tant qu’athlètes. J’espère juste que l’on ne va pas nous bloquer pour ces championnats du monde et couper notre objectif. »

Depuis quelque temps, le monde du taekwondo local connaît une période de turbulences avec la présence de trois fédérations : la fédération Tahiti Nui taekwondo présidée par Ramon Gatien, la ligue régionale de taekwondo conduite par Myrtana Tiaoao et la fédération tahitienne de taekwondo dirigée par Tamu Tufariua. Depuis deux semaines, la dernière fédération citée est sur la sellette. Jusqu’à présent, elle est officiellement détentrice de la délégation de service public, mais pourrait se la voir retirer si aucun consensus n’est trouvé. À ce sujet, Tamu Tufariua est clair : « Pour que nos athlètes ne soient pas pénalisés, on est prêts à s’unifier puisque c’est ce que le Pays veut. Au contraire, plus on est, mieux c’est ! Et on aura beaucoup d’autres champions. »

Vaitiare Pereyre-Gobrait

 

 

Parole à Tamu Tufariua

Président de la fédération Tahitienne de Taekwondo

« Les résultats des compétitions nous ont permis de mettre en évidence ces cinq athlètes. Ils vont donc représenter Tahiti aux championnats du monde qui se dérouleront en Tunisie. On a toujours une petite crainte de ne pas les voir partir, malheureusement. Mais j’espère que le Pays va prendre conscience du fait que les athlètes n’ont rien à voir avec tout ça. Ils continuent de s’entraîner parce qu’ils sont là pour la compétition. »

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete